Maison d'industriel

Désignation

Dénomination de l'édifice

Maison

Genre du destinataire

D'industriel

Destination actuelle de l'édifice

Magasin de commerce ; boucherie ; immeuble

Titre courant

Maison d'industriel

Localisation

Localisation

Bourgogne-Franche-Comté ; Jura (39) ; Morez ; 159 rue de la République

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Franche-Comté

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Morez

Adresse de l'édifice

République (rue de la) 159

Références cadastrales

1822 SU 536, 560, 561, 1980 AI 413 à 416, 418 à 420

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Boutique, logement, atelier, remise, communs, passerelle, cour, jardin

Nom de l'édifice

Place Henri Lissac

Références de l'édifice de conservation

IA39000749

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1ère moitié 18e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

2e quart 19e siècle

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Dolard Jean-Baptiste (propriétaire), Bailly Jean-François (propriétaire)

Description historique

La maison est bâtie dans la seconde moitié du 17e siècle ou, plus vraisemblablement, dans la première moitié du 18e siècle, avant 1748. A cette date, elle appartient à un nommé Dolard, certainement le maître de forges Jean-Baptiste Dolard (1680-1750) , propriétaire d'usines métallurgiques dans le bas de Morez, notamment de la première tréfilerie de Franche-Comté (la " tirerie ") qu'il a créée à la fin de la décennie 1720. Dans le quartier, Dolard possède les terres et maisons allant des actuels numéros 147 à 159 rue de la République et l'ensemble du pré à l'arrière (lieu-dit Sous les Queues). Ses biens passent par sa fille et sa petite-fille dans la famille du poète Lamartine puis, avant 1809, à l'industriel Pierre-Alexis Perrad (1745-1821) qui, à côté de la métallurgie, s'essaiera au textile en établissant une filature de coton à Morez en 1783. Figuré sur le plan cadastral napoléonien de 1822, le site se compose de bâtiments disposés autour d'une cour centrale (celui sur rue augmenté d'un deuxième étage carré après 1780). Il passe des mains de Perrad à celles de Jean-François Bailly (ou Bailly-Bazin) , qui y construit vers 1843 un nouveau corps (celui à usage d'ateliers ?) , de Joseph-Aimé Romanet (fabricant d'horlogerie dans le bas de la ville) puis, en 1895, d'un banquier de Lons-le-Saunier Camille Prost (bientôt à l'origine du magasin au 157 bis rue de la République, voir ce dossier). Il accueille une charcuterie et une pâtisserie en 1934, une boucherie-charcuterie, un magasin de chaussures et un de vêtements en 2000. Les ateliers étaient peut-être ceux de la lunetterie Fernand Humbert-Brun.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, moellon, enduit

Matériaux de la couverture

Métal en couverture, ardoise

Description de l'élévation intérieure

2 étages carrés, étage en surcroît, étage de comble

Typologie du couvrement

Voûte d'arêtes

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Toit à longs pans, pignon couvert, croupe, demi-croupe, appentis

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours sans jour, en maçonnerie, escalier de distribution extérieur, escalier dans-oeuvre : escalier droit, en charpente

Commentaire descriptif de l'édifice

Les bâtiments ont des murs en moellons calcaires enduits et sont coiffés d'un toit à longs pans métalliques. La maison, dont le rez-de-chaussée est voûté d'arêtes, compte deux étages carrés, un étage en surcroît et un étage de comble. Ses étages sont desservis par un escalier tournant à retours sans jour en pierre, donnant dans le couloir central. Une passerelle couverte relie son deuxième étage aux jardins situés à l'est. Son toit présente une croupe au nord et un pignon couvert au sud ; la couverture est en ardoise au nord et à l'ouest, en tôle plate à l'est. Les deux ailes en retour délimitant la cour ont chacune un étage carré et un comble à surcroît, accessibles par un escalier extérieur droit en bois. Protégée par un toit à longs pans, l'aile nord est percée d'un porche dont un angle est marqué par une colonne engagée. Munie d'un toit en appentis, l'aile sud servait de remise et logement. Le côté oriental de la cour est fermé par un bâtiment à deux étages carrés et étage de comble, autrefois à usage de dépendance (écurie, buanderie, etc.) et actuellement partiellement désaffecté (le rez-de-chaussée est occupé par la laboratoire de la charcuterie). Il montre une demi-croupe au sud. Un grand bâtiment forme saillie sur l'angle nord-est. Ses deux étages carrés, éclairés à l'est par des fenêtres jumelées signalant des ateliers, et son comble sont distribués par un escalier droit en bois, placé dans un puits de lumière.

Commentaires d'usage régional

Baies multiples,maison avec atelier

Protection et label

Observations concernant la protection de l'édifice

Les baies multiples sont des baies d'un module courant dont la multiplication marque la présence d'un atelier.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2000

Date de rédaction de la notice

2009

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Poupard Laurent

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Sous-dossier

Adresse du dossier Inventaire

Région Franche-Comté - Direction de l'Inventaire du patrimoine
4, square Castan 25031 Besançon Cedex - 03.63.64.20.00

1/9
maison d'industriel
maison d'industriel
© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, ADAGP
Voir la notice image