Maison et usine de fournitures pour l'horlogerie puis de lunetterie Bauduret

Désignation

Dénomination de l'édifice

Maison, usine d'horlogerie, usine de lunetterie

Précision sur la dénomination de l'édifice - hors lexique

Usine de fournitures pour l'horlogerie

Destination actuelle de l'édifice

Café ; magasin de commerce ; immeuble

Titre courant

Maison et usine de fournitures pour l'horlogerie puis de lunetterie Bauduret

Localisation

Localisation

Bourgogne-Franche-Comté ; Jura (39) ; Morez ; 84 rue de la République

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Franche-Comté

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Morez

Adresse de l'édifice

République (rue de la) 84

Références cadastrales

1822 SU 368, 1980 AE 32

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Nom du cours d'eau traversant ou bordant l'édifice

Bienne (la)

Partie constituante non étudiée

Boutique, logement, bâtiment d'eau, atelier de fabrication, garage, bief de dérivation

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

3e quart 19e siècle, 2e moitié 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1858

Commentaires concernant la datation

Porte la date

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Un premier établissement hydraulique voit le jour en 1677 lorsque deux frères Morel décident la création d'un canal. Adossé à la forge des héritiers de Jean-Joseph Morel-Fourier, il est vendu le 10 avril 1824 par le " martineur " Joseph-Emmanuel Bauduret et sa femme Marie-Anne Morel-Mottet au maître de forges Pierre-Claude Prost, qui fait valoir l'usine métallurgique située en amont (1 à 13 cour Paul Odobey, voir ce dossier). Bauduret est dit marteleur et domicilié à Syam lorsqu'il le lui rachète le 16 septembre 1843 (il est alors question d'une partie d'un cours d'eau et du droit d'exploiter un martinet). En 1846, Joseph-Emmanuel Bauduret, Morel-Fourier, Aimé-Honoré Grenier et une dame veuve Grenier née Louise Prost sont propriétaires à cet endroit d'une maréchalerie et d'un atelier d'horlogerie, équipés de deux roues hydrauliques en dessous. Le bâtiment est reconstruit (à la suite de l'arrêté préfectoral de maintien en activité de 1853 ?) en 1858 (date partiellement masquée sur le linteau de la porte d'entrée mais confirmée par le cadastre). Il est dédié à la fabrication de fournitures pour l'horlogerie puis abrite des ateliers de lunetterie dans un corps édifié au long de la Bienne avant 1899, peut-être par Jules Bauduret et François-Célestin Maire (qui a succédé à Honoré Grenier). Le moteur est une roue hydraulique verticale, utilisée jusqu'au début des années 1950, à laquelle un moteur électrique supplée si besoin. En 1934 y sont signalés le lunetier Julien Vinsard et l'épicerie tenue (de 1932 à 1949) par Joséphine Petit-Prost. Comptant sept personnes vers 1940, la lunetterie Vinsard passe au petit-fils de Julien, M Tonetti, puis ferme en 1952. Reprise par Félix Petit-Prost, elle est dissoute en 1954. Petit-Prost continue alors seul le travail à façon (montage des charnières de lunettes) pour la société Lamy Jeune Fils, établie rue Wladimir Gagneur (voir ce dossier). Il cesse son activité en 1990 et, depuis, les ateliers sont désaffectés (une partie du matériel y est toutefois conservée, notamment une presse à balancier du milieu du 19e siècle).

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, moellon, enduit

Matériaux de la couverture

Métal en couverture

Description de l'élévation intérieure

Étage de soubassement, 2 étages carrés, comble à surcroît

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Toit à longs pans, pignon couvert, appentis

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en charpente

Source de l'énergie utilisée par l'édifice

Énergie hydraulique, produite sur place, roue hydraulique verticale, énergie électrique, achetée, moteur électrique

Commentaire descriptif de l'édifice

Les bâtiments ont des murs en moellons calcaires enduits et une couverture métallique. Ils comptent un étage de soubassement, deux étages carrés et un comble à surcroît. Coiffé par un toit à longs pans et pignons couverts, l'immeuble est organisé autour d'un couloir central conduisant à l'escalier dans oeuvre tournant à retours qui dessert les logements des étages. Au rez-de-chaussée, l'ancienne boutique à gauche du couloir correspondait à une mercerie remplacée ensuite par l'épicerie Petit-Prost, celle à droite a accueilli un café. L'atelier, protégé par un toit en appentis, est éclairé côté Bienne par des rangées de fenêtres jumelées aux trois premiers niveaux, de fenêtres lunetières au quatrième ; le côté rue est aveugle. Le garage dans son prolongement est en pan de bois, avec toit à longs pans et tuiles mécaniques. Les aménagements hydrauliques sont partiellement conservés : barrage au niveau de l'hôtel de ville, bief de dérivation (presque totalement couvert) et, à l'étage de soubassement de l'immeuble, une roue hydraulique verticale par dessous, métallique, de 3, 60 m de diamètre.

Commentaires d'usage régional

Baies multiples,baies lunetières,maison avec atelier

Protection et label

Référence aux objets conservés

IM39002248

Observations concernant la protection de l'édifice

La présence d'un atelier (de lunetier ou d'horloger) est fréquemment signalée par des baies lunetières, de petit module et souvent à encadrement en bois, ou des baies multiples (multiplication de fenêtres d'un module courant).

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2000

Date de rédaction de la notice

2009

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Poupard Laurent

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Franche-Comté - Direction de l'Inventaire du patrimoine
4, square Castan 25031 Besançon Cedex - 03.63.64.20.00

1/15
maison et usine de fournitures pour l'horlogerie puis de lunetterie Bauduret
maison et usine de fournitures pour l'horlogerie puis de lunetterie Bauduret
© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, ADAGP
Voir la notice image