Maison d'industriel dite Villa Eugénie puis le Fenandre

Désignation

Dénomination de l'édifice

Maison

Genre du destinataire

D'industriel

Appelation d'usage

Villa Eugénie puis le Fenandre

Titre courant

Maison d'industriel dite Villa Eugénie puis le Fenandre

Localisation

Localisation

Bourgogne-Franche-Comté ; Jura (39) ; Morez ; 5 avenue Charles de Gaulle

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Franche-Comté

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Morez

Adresse de l'édifice

Charles de Gaulle (avenue) 5

Références cadastrales

1980 AE 81

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Communs, buanderie, escalier indépendant, passerelle, parc, mur de soutènement

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1899

Commentaires concernant la datation

Porte la date

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Jacquemin Louis (commanditaire)

Description historique

La maison est bâtie en 1899 (date portée) pour l'industriel Louis Jacquemin (1847-1926) , dont les initiales apparaissent sur la ferronnerie de la porte d'entrée. Initialement associé à ses frères dans la maison J.-B. Jacquemin et Cie (1 à 8 rue de l'Industrie) , Louis a fondé en 1896 sa propre affaire (Louis Jacquemin et Cie, ou Lux) et installé son usine de lunettes pour automobilistes et motocyclistes aux 99-101 rue de la République (voir ces dossiers). La villa passe ensuite à la famille Crestin-Billet : elle est acquise, dans le premier quart du 20e siècle, par Louis Crestin (ou Crestin-Maitenaz, époux d'une dame Billet) , lui-même industriel lunetier, fondateur en 1892 (avec Joseph et Victor) de la société L. Crestin-Billet et Frères, qui construit en 1916 son usine à proximité, au 12 avenue Charles de Gaulle (marque Cébé). La véranda au sud a été agrandie lors de sa restauration, dans la seconde moitié du siècle, et le parc a été amputé de sa partie orientale lors de la réalisation de la rocade, au milieu de la décennie 1980.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, moellon, pierre de taille, enduit, bois, pan de bois, essentage de planches

Matériaux de la couverture

Métal en couverture

Description de l'élévation intérieure

Sous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, étage en surcroît

Typologie du couvrement

Voûte en berceau plein-cintre

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Toit à longs pans brisés, pignon couvert, croupe, demi-croupe, appentis

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en maçonnerie, escalier de distribution extérieur : escalier droit, escalier isolé : escalier droit

Commentaire descriptif de l'édifice

Les murs de la maison, au plan de forme complexe, allient moellons et pierres de taille (pour la cage d'escalier) calcaires enduits ; le bois est présent pour le porche, la logette et l'oriel. Le sous-sol est surmonté d'un rez-de-chaussée surélevé, d'un étage carré (directement accessible à l'est à l'aide d'une passerelle métallique) et d'un étage en surcroît. Ces niveaux sont desservis par un escalier dans oeuvre tournant à retours avec jour en pierre (dont la cage est fermée au nord par des vitraux) et éclairés par des baies couvertes d'un arc surbaissé. Le toit est à longs pans brisés, avec croupe au nord, demi-croupe au sud, pignon couvert à l'est et à l'ouest. L'oriel (au sud) est coiffé d'un appentis, la logette (à l'ouest) d'une terrasse. La toiture est métallique. La dépendance (buanderie et séchoir à linge) associe moellons enduits au rez-de-chaussée, couvert de voûtains en berceau plein-cintre, et pan de bois avec essentage de planches à l'étage, accessible à l'aide d'un escalier extérieur droit en pierre. Son toit, à longs pans brisés, a un revêtement métallique. Un escalier droit isolé en pierre permet de rejoindre l'avenue Charles de Gaulle, en contrebas du parc.

Technique du décor des immeubles par nature

Vitrail (étudié dans la base Palissy)

Commentaires d'usage régional

Maison de notable

Protection

Référence aux objets conservés

IM39002247, IM39002246

Observations concernant la protection de l'édifice

Les maisons de notable (généralement des maisons d'industriel) se distinguent des autres par leur monumentalité ou leur source d'inspiration.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2000

Date de rédaction de la notice

2009

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Poupard Laurent

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Franche-Comté - Direction de l'Inventaire du patrimoine 4, square Castan 25031 Besançon Cedex - 03.63.64.20.00

1/25
maison d'industriel dite villa Eugénie puis le Fenandre
maison d'industriel dite villa Eugénie puis le Fenandre
© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, ADAGP
Voir la notice image