École professionnelle dite Ecole nationale d'Optique puis lycée polyvalent Victor Bérard

Désignation

Dénomination de l'édifice

École professionnelle

Précision sur la dénomination de l'édifice - hors lexique

Lycée polyvalent

Appelation d'usage

Ecole nationale d'Optique puis lycée polyvalent Victor Bérard

Titre courant

École professionnelle dite Ecole nationale d'Optique puis lycée polyvalent Victor Bérard

Localisation

Localisation

Franche-Comté ; Jura (39) ; Morez ; 35 quai Aimé Lamy

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Morez

Adresse de l'édifice

André Lamy (quai) 35

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Amphithéâtre universitaire, conciergerie, logement, infirmerie, cantine, pensionnat, gymnase, transformateur, escalier indépendant, rotonde de jardin, jardin, cour, garage

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e quart 20e siècle, 4e quart 20e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

3e quart 20e siècle, 1er quart 21e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1929

Commentaires concernant la datation

Daté par source, daté par travaux historiques

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source, attribution par travaux historiques, attribution par source, attribution par source, attribution par source, attribution par travaux historiques

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Bérard Victor (personnage célèbre)

Description historique

Après une première école communale d' " horlogerie en petit " (montres) , attestée de 1855 à 1861-1862, la municipalité héberge dans ses nouveaux locaux, inaugurés en 1890 et associant hôtel de ville et groupe scolaire (voir ce dossier) , l'école pratique d'industrie créée par le décret du 31 août 1895. Le deuxième directeur, Jules Monneret, ouvre une section de lunetterie en 1904 puis une section commerciale en 1907. Face au succès de l'école et à ses besoins d'expansion, le conseil municipal demande sa nationalisation le 22 juillet 1922. Avec l'appui du sénateur Victor Bérard et de l'inspecteur de l'Enseignement technique Albert Odobey, le maire Henri Lissac et le directeur Monneret obtiennent, par la loi du 13 juillet 1925, que l'établissement soit transformé en École nationale professionnelle (création validée par le décret présidentiel du 21 mars 1928). Le 28 décembre 1925, l’État confie à Paul Guadet (1873-1931) , architecte en chef des bâtiments civils et architecte de l'Enseignement technique (auteur par ailleurs à la même époque de l’École nationale d'Horlogerie de Besançon) , la construction de locaux dédiés à cette école. Le terrain retenu est fort pentu et peu accessible, mais situé en ville. Guadet intègre les multiples contraintes techniques dans son projet, organisé en cinq bâtiments couverts de terrasses : A (escalier et logements) , B (enseignement) , C (économat et logements) , D (internat) et P (galerie reliant C, D et B). L'exécution, confiée pour le gros œuvre à l'entreprise parisienne Georget et Cormier, est surveillée par l'architecte André Boucton, de Besançon, qui assume seul l'achèvement du chantier après le décès de Guadet le 16 octobre 1931. Ouvert le 15 octobre 1932, avec 156 élèves dont 109 internes, le nouvel établissement est inauguré le 18 juin 1933. Il est agrandi au début des années 1950 : le bâtiment D est surélevé d'un étage et couvert d'un toit à longs pans puis c'est, en 1954, au tour du bâtiment B de subir la même transformation. Le développement du lycée impose une rénovation générale à partir des années 1990 et certaines extensions, dues à l'architecte Jean-Michel Curtet, de Saint-Claude : bâtiment E (1993-1994) destiné à des salles de cours et au Centre de documentation et d'information, bâtiment F (1997) dans son prolongement au nord pour des salles d'optique, physique et chimie, cafétéria à l'angle de la galerie P et de l'internat D. Par ailleurs, l'architecte bisontin Olivier Tardy restructure ce dernier (de 2008 à 2011) et aménage un étage supplémentaire dans le comble (tout en préservant la capacité d'accueil, soit 200 élèves).

Description

Matériaux du gros-œuvre

Béton, béton armé, enduit, essentage de tôle

Matériaux de la couverture

Métal en couverture, béton en couverture

Description de l'élévation intérieure

Étage de soubassement, 3 étages carrés

Typologie du couvrement

Charpente en béton armé apparente

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Terrasse, toit à longs pans pignon couvert, croupe, noue, pignon découvert, toit bombé

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier droit, en maçonnerie, escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, escalier isolé

Commentaire descriptif de l'édifice

Les bâtiments d'origine, en béton armé, sont étagés d'ouest en est (en remontant la pente) sur un total de onze niveaux. Chacun s'élève sur quatre niveaux (A et P) ou cinq niveaux (B, C, D). Dans l'axe de la pente, le bâtiment A accueille la conciergerie et des logements et, surtout, l'escalier droit monumental reliant l'entrée quai Aimé Lamy au bâtiment de l'administration puis, prolongé par la galerie P en béton enduit, atteint les corps C et D. Le bâtiment B, orienté nord-sud, réunit salles de cours, ateliers, deux amphithéâtres (aux 1er et 2e étages) , les bureaux de l'administration (au 1er) et le gymnase (au 3e). Son avant-corps occidental, sommé par une horloge monumentale, est occupé par le grand escalier tournant. Le bâtiment D, parallèle à B, héberge le restaurant, la laverie et l'internat. Placé contre son angle sud-ouest, où se développe la cafétéria, le bâtiment C réunit dans son plan en L services et logements du personnel. Dans la cour, parallèles au bâtiment B, se développent les corps E (au sud) et F (au nord). Le bâtiment E compte un rez-de-chaussée et deux étages carrés, chacun en retrait par rapport à celui qu'il surmonte afin de ne pas diminuer la luminosité ; son toit terrasse (partiellement végétalisé) prolonge la cour. Le bâtiment F a deux étages de plus (le 3e étant en rez-de-chaussée sur la cour) et est protégé par un toit bombé métallique. Les corps B et D ont des toits métalliques à longs pans et croupes, portés par des charpentes en béton armé ; D présente un pignon découvert au nord et des égouts retroussés.

Technique du décor des immeubles par nature

Mosaïque, ferronnerie

Indexation iconographique normalisée

Carré ; losange ; cercle

Description de l'iconographie

De style Art déco, la décoration de l'école associe mosaïques et ferronnerie. Surmontée par l'inscription " École nationale professionnelle Victor Bérard ", la façade sur le quai Lamy joue sur le contraste entre béton, briques rouges et mosaïque bleue avec filets dorés. Dans les escaliers monumentaux et le grand amphithéâtre, l'accord se fait entre le revêtement de gravillons noirs et marron et les tesselles de mosaïques carrés allant de ces couleurs au jaune. Les ferronneries du portail d'entrée et des garde-corps font appel à un décor de formes géométriques, à base de motifs circulaires (portail) ou carrés voire losangiques.

Protection

Référence aux objets conservés

IM39001862, IM39001863, IM39001861, IM39002287, IM39002305, IM39002311, IM39002315, IM39002325, IM39002257, IM39002263, IM39002288, IM39002310, IM39002314, IM39002265, IM39002324, IM39002266, IM39002278, IM39002302, IM39002312, IM39002262, IM39002299, IM39002318, IM39002261, IM39002276, IM39002289, IM39002309, IM39002267, IM39002280, IM39002286, IM39002292, IM39002279, IM39002294, IM39002303, IM39002326, IM39002264, IM39002271, IM39002284, IM39002285, IM39002304, IM39002258, IM39002260, IM39002270, IM39002273, IM39002277, IM39002283, IM39002295, IM39002296, IM39002321, IM39002274, IM39002297, IM39002300, IM39002306, IM39002313, IM39002317, IM39002320, IM39002268, IM39002282, IM39002290, IM39002291, IM39002308, IM39002319, IM39002275, IM39002298, IM39002301, IM39002316, IM39002323, IM39002259, IM39002272, IM39002281, IM39002293, IM39002307, IM39002322, IM39002269, IM39002380, IM39002401, IM39002395, IM39002403, IM39002393, IM39002400, IM39002382, IM39002384, IM39002389, IM39002398, IM39002378, IM39002386, IM39002392, IM39002394, IM39002385, IM39002396, IM39002379, IM39002387, IM39002390, IM39002391, IM39002397, IM39002381, IM39002383, IM39002399, IM39002402, IM39002388

Intérêt de l'édifice

À signaler

Eléments remarquables dans l'édifice

Escalier ; amphithéâtre

Observations concernant la protection de l'édifice

Cette œuvre de Paul Guadet témoigne de son habileté à intégrer dans un programme les contraintes techniques, particulièrement fortes à Morez, d'où l'importance des escaliers monumentaux. Belle illustration de l'Art déco, notamment par son entrée et le grand amphithéâtre, elle doit être mise en perspective avec l'école d'Horlogerie de Besançon, contemporaine, où Guadet a repris le même langage formel.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété publique

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2000

Date de rédaction de la notice

2009

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Poupard Laurent

Cadre de l'étude

Inventaire topographique, enquête thématique régionale (lycées publics de Franche-Comté)

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Franche-Comté - Direction de l'Inventaire du patrimoine 4, square Castan 25031 Besançon Cedex - 03.63.64.20.00

1/150
école professionnelle dite Ecole nationale d'Optique puis lycée polyvalent Victor Bérard
école professionnelle dite Ecole nationale d'Optique puis lycée polyvalent Victor Bérard
(c) Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, ADAGP
Voir la notice image