fermes

Désignation

Dénomination

Ferme

Titre courant

Fermes

Localisation

Localisation

Centre-Val de Loire 36

Aire d'étude

Blanc (Le)

Référence cadastrale

1819, 1984

Parties non étud

Grange, étable, séchoir, étable, écurie, bergerie, porcherie, hangar agricole, pigeonnier, colombier, chai, pressoir, cellier

Décompte des oeuvres recensées

341 repérées, 61 étudiées

Historique

Datation des campagnes principales de construction

15e siècle (?), 16e siècle, 17e siècle, 18e siècle, 19e siècle, 20e siècle

Commentaire historique

Les fermes du canton du Blanc constituent un habitat très majoritairement ancien, dont 35% est créé au XIXe siècle souvent à proximité d'un habitat antérieur. 18% présente encore des traces significatives du XVIe siècle dont 1, 78% seulement est resté proche de sa forme initiale sans développements ultérieurs marquants. 45, 8% des fermes existantes sont créées au XVIIe ou au XV IIIe siècle, et parmi celles-ci 6, 5% n'ont pas subi de développements ultérieurs notables. 15, 6% des fermes présentent les traces d'une occupation continue du XVIe au XIXe siècle ou au-delà. Les créations du XXe siècle représentent seulement 2, 66% du corpus.

Description

Matériau du gros-oeuvre et mise en oeuvre

Calcaire, moellon, enduit partiel, enduit, grès

Matériau de la couverture

Tuile plate, tuile mécanique, ardoise

Commentaire description

Pour ce qui concerne l'économie générale des bâtiments d'exploitation, le canton du Blanc se situe aux marges de deux systèmes : les fermes à cour ouverte, les plus fréquentes dans le Val de Loire, en Touraine et dans la Champagne berrichonne, et les fermes à cour fermée plus fréquentes en Poitou. Les fermes à cour fermée par les bâtiments eux-mêmes ou par un mur de clôture représentent dans le canton moins d'un tiers des 338 fermes repérées (29, 6%) , et se trouvent principalement dans les communes ou les parties de communes situées au sud de la Creuse (Saint-Aigny, Concrémiers, Ingrandes, Le Blanc, Ciron) ainsi qu'à Pouligny-Saint-Pierre qui constitue un cas particulier avec 39% à lui seul. La Brenne est en revanche une région de fermes à cour ouverte (70, 4% du corpus). On les rencontre massivement à Rosnay, Ruffec et Douadic (86% à 79% des fermes). La distinction entre ces deux types de fermes relève probablement de formes d'agriculture ou de modes de sociabilité différents. Elle ne recouvre pas un mode particulier de répartition des bâtiments dans l'espace, sinon que les fermes importantes aux bâtiments disposés régulièrement en carré sont naturellement prédisposées à produire une cour fermée, tout particulièrement pour les créations des XVIIe et XVIIIe et parfois du XIXe siècle. Pour le reste, toutes les fermes aux bâtiments alignés en barre ou disposés en L ou en U sont susceptibles de se voir dotées d'une cour ouverte ou fermée.

Typologie

Ferme à cour ouverte,ferme à cour fermée,trame de bâti régulière ou irrégulière,ferme à logis principal accolé aux bâtiments d'exploitation,ferme à logis principal isolé

Références documentaires

Date d'enquête

1996

Crédits

© Inventaire général

Date de rédaction de la notice

2003

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Trézin Christian

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Dossier

Dossier collectif

Dossier adresse

Conseil régional du Centre - Service chargé de l'inventaire 6, rue de la Manufacture 45000 Orléans - 02.38.78.85.21