usine de chaux de la Motte Saint-Gervais

Désignation

Dénomination

usine de chaux

Titre courant

usine de chaux de la Motte Saint-Gervais

Localisation

Localisation

Bretagne 35 Val-d'Izé

Aire d'étude

Ille-et-Vilaine

Canton

Vitré ouest

Lieu-dit

la Motte Saint-Gervais

Référence cadastrale

1996 C1 99, 100, 102, 676 à 680

Milieu d'implantation

isolé

Parties non étud

four industriel

Historique

Datation des campagnes principales de construction

2e quart 19e siècle

Datation en années

1826, 1840

Justification de la datation

daté par source, daté par tradition orale

Auteurs de l'oeuvre

maître d'oeuvre inconnu

Commentaire historique

En 1826, une autorisation accorde à Mme Goben et à son frère M. Berthois de la Bretonnière le droit de construire deux fours à chaux permanents, sur la métairie de la Motte Saint-Gervais, pour l'exploitation d'une carrière de pierre calcaire. En 1840, deux autres fours à chaux sont construits sur la partie nord de la lande d'Izé, pour M. Lecardinal de Kernier, copropriétaire de la lande d'Izé. En 1863, l'usine de chaux est dirigée par la société des Mines de Saint-Pierre-la-Cour (53). A cette date, M. Sammin, ingénieur gérant aux Mines de Saint-Pierre-la-Cour, précise que pour faciliter l'exploitation des carrières et des fours à chaux situés dans la commune d'Izé, il est obligé d'établir deux machines à vapeur destinées, l'une à l'épuisement des eaux, l'autre à monter les déblais et les pierres calcaires jusqu'au gueulard des fours à chaux. Ces machines sont établies au milieu des champs appartenant à la société des mines de Saint-Pierre-la-Cour. De source orale, treize ou quatorze fours à chaux ont été en activité sur ce site. La date de cessation d'activité est inconnue. Aujourd'hui, il ne subsiste que quelques vestiges de deux anciens fours. En 1859, mention d'une machine à vapeur à cylindre vertical, à deux bouilleurs, le tout timbré à cinq atmosphères, avec chaudière munie de deux soupapes de sûreté, d'un flotteur, d'un manomètre et d'un sifflet d'alarme. En 1863, M. Sammin utilise deux machines locomobiles tubulaires à foyer intérieur sans retour de flamme, munies de deux soupapes de sûreté, d'un niveau d'eau et de deux robinets indiquant la hauteur d'eau dans la chaudière : il s'agit de deux machines qui développent une puissance de 8 ch et dont les chaudières portent vingt tubes en cuivre et ont une capacité de 1058 l. Les chaudières sont timbrées pour une pression de six atmosphères. L'une des locomobiles remplace une ancienne machine fixe autorisée le 4 janvier 1860 et sert à l'extraction, tandis que la seconde est employée pour l'exhaure. Elles proviennent des ateliers de construction Roulfet, à Paris (75). De source orale, l'usine de chaux de la Motte Saint-Gervais aurait employé jusqu'à cent cinquante ouvriers.

Description

Source de l'énergie

énergie thermique, produite sur place

Commentaire description

Site dont il ne subsiste que quelques vestiges de deux fours à chaux enfouis dans la végétation, implantés sur les terrains de la ferme de la Motte Saint-Gervais.

Etat de conservation

établissement industriel désaffecté, vestiges

Statut juridique

Statut de la propriété

propriété privée

Références documentaires

Date d'enquête

1998

Crédits

© Inventaire général

Date de rédaction de la notice

1999

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Gasnier Marina

Cadre de l'étude

patrimoine industriel

Dossier

dossier individuel

Visite guidé

Patrimoine industriel