Usine de pipes en terre Crétal et Aîné, puis LMF, actuellement immeuble Bellevue

Désignation

Dénomination de l'édifice

Maison, usine de poterie

Précision sur la dénomination de l'édifice - hors lexique

Usine de pipes en terre

Destination actuelle de l'édifice

Immeuble à logements

Titre courant

Usine de pipes en terre Crétal et Aîné, puis LMF, actuellement immeuble Bellevue

Localisation

Localisation

Bretagne 35 Saint-Malo

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Ille-et-Vilaine

Canton

Saint-Malo

Adresse de l'édifice

Sillon (chaussée du) 74

Références cadastrales

1982 AL 450, 451

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Atelier de fabrication

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

3e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1858

Commentaires concernant la datation

Daté par source, daté par tradition orale, daté par travaux historiques

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Le 25 novembre 1857, la société Crétal et Ainé, fabrique de pipes depuis 1810, implantée rue d'Antrain, à Rennes (35) , demande l'autorisation d'établir une usine de pipes en terre dans les bâtiments appartenant à M. Fontan, sis sur le Sillon. En 1857, l'autorisation concerne la construction de deux fours et de bâtiments dans la cour située derrière l'immeuble appartenant à M. Fontan daté vraisemblablement entre 1837 et 1844 (source orale). La création de l'usine est effective en 1858. Les bâtiments sont alors conçus pour recevoir quatre à cinq cents ouvriers. L'argile utilisée dans la fabrication des pipes provient de la marne qui existe sous le sable de la plage du Sillon. Les pipes sont cuites dans des fours chauffés au bois et au charbon de terre pour donner un plus grand tirage. Des renseignements fournis au conseil d'hygiène sur la nature des opérations d'une fabrique de pipes en terre indiquent que les cheminées des fours sont très élevées et M. Crétal précise que la fumée qui s'en dégage n'est pas permanente étant donné que son établissement ne chauffe que la nuit et quatre fois par semaine au plus. Les ateliers sont repris, entre 1858 et 1872, par une nouvelle société fondée par MM. Laisné, Martin et Fontan, qui vont poinçonner à leur tour les pipes de la marque LMF. La fabrique cesse toute activité en 1872 en raison de l'interdiction du prélèvement de la marne qui favorise la disparition du sable. L'édifice originel de M. Fontan est alors transformé en immeuble à logements sous l'appellation immeuble Bellevue, qui existe toujours. A son ouverture, en 1858, l'usine emploie soixante ouvriers et trois cents sous le Second Empire.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Enduit, granite, pierre de taille, moyen appareil

Matériaux de la couverture

Ardoise

Description de l'élévation intérieure

2 étages carrés, étage de comble

Typologie de couverture

Croupe

Source de l'énergie utilisée par l'édifice

Énergie électrique, achetée

Commentaire descriptif de l'édifice

Usine située sur le front de mer. Elle se compose d'un bâtiment de plan rectangulaire, à deux étages carrés et un étage de comble couvert d'un toit à croupe en ardoise percé de lucarnes rampantes. Entièrement enduit, l'édifice présente une façade antérieure rythmée, verticalement, par sept travées de baies, celle du centre en granite étant en léger avant-corps. Les travées sont percées de petites baies rectangulaires encadrées de pierre de taille en granite, comme les chaînes d'angle harpées, tandis que la travée principale est ouverte, sur les deux premiers niveaux, par une large porte cochère en plein cintre, ancien corps de passage permettant l'accès aux fours et à la cour fermée. La porte cochère est surmontée, au troisième niveau, de petites baies géminées en plein cintre, elles-mêmes surmontées du nom de l'immeuble : Bellevue. La verticalité de la travée centrale est accentuée par une lucarne encadrée de deux importantes souches de cheminée. Par ailleurs, l'édifice est rythmé, horizontalement, par des bandeaux de granite soulignant les différents niveaux. Une frise en céramique couronne les différentes élévations, certains de ces motifs se retrouvent également sur une des souches des cheminées ainsi que sous les baies de la façade antérieure.

Technique du décor des immeubles par nature

Céramique

Indexation iconographique normalisée

Ornement

État de conservation (normalisé)

Établissement industriel désaffecté

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1998

Date de rédaction de la notice

1999

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Gasnier Marina

Cadre de l'étude

Patrimoine industriel

Typologie du dossier

Dossier individuel

Accès Mémoire

Patrimoine industriel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Bretagne - Service chargé de l'inventaire Hôtel de Blossac - 6, rue du Chapitre 35044 Rennes Cedex - 02.99.29.67.67