usine de construction navale Gauthier, puis Chantiers Navals de l'Ouest, puis usine de confection SIVEL, actuellement usine de construction navale de la Ville-Audrain

Désignation

Dénomination

usine de construction navale, usine de confection

Destinations successives et actuelle

usine de confection

Titre courant

usine de construction navale Gauthier, puis Chantiers Navals de l'Ouest, puis usine de confection SIVEL, actuellement usine de construction navale de la Ville-Audrain

Localisation

Localisation

Bretagne 35 Saint-Malo

Aire d'étude

Ille-et-Vilaine

Canton

Saint-Malo

Adresse

Grande Hermine (place de la)

Référence cadastrale

1982 DP CN 28 à 30

Milieu d'implantation

en ville

Parties non étud

atelier de fabrication, cour, entrepôt industriel, salle des machines

Historique

Datation des campagnes principales de construction

4e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle

Justification de la datation

daté par source, daté par tradition orale

Auteurs de l'oeuvre

maître d'oeuvre inconnu

Commentaire historique

L'usine de construction navale Gauthier, qui a lancé le Pourquoi Pas en 1908, est attestée dès la fin du XIXe siècle. En 1918, fondation des Chantiers Navals de l'Ouest par M. Bellanger, industriel à Paris, qui achète à Saint-Malo, à Saint-Servan et à Cancale un certain nombre d'usines, de chantiers et d'emplacements dont l'ensemble constitue la société. Ces emplacements comprennent quatre concessions dont un emplacement de 17 300 m2 en bordure du bassin intérieur du port de Saint-Malo. L'ensemble du terrain domanial représente alors une superficie totale de 23 505 m2. La construction de la centrale électrique semble dater des années 1920. De 1920 à 1932, renouvellement des concessions situées à proximité de la voie ferrée desservant le quai Surcouf, en bordure du bassin intérieur et de l'avenue Louis Martin, où sont installés la centrale et un hangar à usage de scierie mécanique. En 1929, les Chantiers Navals de l'Ouest souffrent de la pénurie de commande de bateaux qui se fait sentir depuis 1920. En 1932, la société est spécialisée dans la fonderie, la construction mécanique, la scierie, la saboterie, la fabrication de poulies, les travaux à façon et la construction de tous bateaux à voile et à moteur. Elle fabrique aussi des pompes, des guindeaux, des treuils, des gréements et des voilures. En 1933, les Chantiers Navals de l'Ouest sont en liquidation judiciaire. En 1972, une usine de confection, la société SIVEL affiliée au groupe Partner, s'installe sur le site. La société est spécialisée dans la confection de vêtements de luxe pour hommes et femmes. En avril 1984, l'usine est mise en règlement judiciaire. En 1985, une nouvelle usine de construction navale, le Chantier de la Ville-Audrain, fondée en 1980 à Saint-Ideuc par Cathy et Pascal Marcel, s'installe dans l'atelier de fabrication avec 7000 m2 destinés au service de la navigation de plaisance, de la simple manille au bateau de 13 m construit sur place. En 1988, la société est reprise par les frères Allain, spécialisés dans le négoce de bateaux. Le chantier naval est toujours en activité. Les locaux appartiennent à la ville de Saint-Malo. En 1971, l'usine de confection SIVEL emploie trois cent trente salariés.

Description

Matériau du gros-oeuvre et mise en oeuvre

granite, moellon, béton, béton armé, enduit, brique

Matériau de la couverture

ardoise

Vaisseau et étage

sous-sol, 1 étage carré

Type de la couverture

toit à longs pans, toit en pavillon, croupe, terrasse

Source de l'énergie

énergie électrique, achetée

Commentaire description

Etablissement composé de plusieurs corps de bâtiment adossés donnant, à l'arrière, sur une cour. L'atelier de fabrication s'organise en trois vastes corps de bâtiment accolés, de plan rectangulaire, en rez-de-chaussée, à pignons en façade. Edifiée en béton armé enduit, la façade antérieure se caractérise par trois grands pignons à redents, débordant largement des toits à longs pans en ardoise. De plan rectangulaire et construit en granite, le bâtiment de la salle des condenseurs est couvert d'un toit en terrasse couronné par un décor de brique polychrome. Il comprend au sous-sol la salle des condenseurs, au rez-de-chaussée la salle des turbos, et au premier étage la salle de dessin. Ses deux façades dégagées sont rythmées par trois et cinq travées de baies à décor de brique sur chaque plein-de-travée, pendant de celui qui règne sur le couronnement. Il est flanqué d'une part, sur un angle, d'une tour carrée hors-oeuvre, percée, sur toute sa hauteur, d'oculi et couverte d'un toit en pavillon en ardoise, et d'autre part, sur sa façade postérieure, de plusieurs corps de bâtiment adossés et enchevêtrés perpendiculairement et parallèlement : chaufferie, entrepôt industriel et atelier de scierie. ces derniers sont construits en granite, en rez-de-chaussée, couverts en ardoise et présentent deux portes d'entrée plus monumentales. L'une d'entre-elles, en plein-cintre, est surmontée d'une lucarne-pignon aveugle. Au-dessus de la porte d'entrée de la chaufferie, se situe une grande baie en plein cintre inscrite dans un large fronton débordant la ligne de faîte de l'élévation.

Statut juridique

Statut de la propriété

propriété de la commune

Références documentaires

Date d'enquête

1998

Crédits

© Inventaire général

Date de rédaction de la notice

1999

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Gasnier Marina

Cadre de l'étude

patrimoine industriel

Dossier

dossier individuel

Visite guidé

Patrimoine industriel