Fonderie Chevalier, et usine de construction mécanique Henri et Pierre Chevalier, puis cristallerie de Baccarat, actuellement usine frigorifique Frigoscandia SA, 1 rue Lucien Poulard (Redon)

Désignation

Dénomination de l'édifice

Fonderie, usine de construction mécanique, cristallerie, usine frigorifique

Appelation d'usage

Fonderie Chevalier, et usine de construction mécanique Henri et Pierre Chevalier, puis cristallerie de Baccarat, actuellement usine frigorifique Frigoscandia SA

Titre courant

Fonderie Chevalier, et usine de construction mécanique Henri et Pierre Chevalier, puis cristallerie de Baccarat, actuellement usine frigorifique Frigoscandia SA, 1 rue Lucien Poulard (Redon)

Localisation

Localisation

Bretagne ; Ille-et-Vilaine (35) ; Redon ; 1 rue Lucien Poulard

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Ille-et-Vilaine

Canton

Redon

Adresse de l'édifice

Lucien Poulard (rue) 1

Références cadastrales

1984 AC 375

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Atelier de fabrication, logement patronal, transformateur, conciergerie, logement d'ouvriers, voie ferrée

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

3e quart 19e siècle, 4e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1864, 1888

Commentaires concernant la datation

Daté par source, porte la date, daté par travaux historiques, porte la date

Description historique

La fonderie de seconde fusion, créée par Pierre Chevalier en 1864, est destinée à fournir les pièces de fonte brute entrant dans la fabrication des machines agricoles. En 1888, construction du logis patronal (date portée sous une fenêtre). En 1903, fondation de la Société Henri et Pierre Chevalier. Successivement, un atelier de tour et d'ajustage, ainsi qu'un atelier de scierie et de modelage sont adjoints à la fonderie primitive. La nouvelle Société se lance alors dans la construction de machines agricoles, de pressoirs, de moulins à pommes, etc. Durant la guerre, l'usine travaille uniquement pour la Défense nationale. Une nouvelle fonderie est construite. En 1925, l'usine peut exécuter tous les travaux de fonderie sur modèle ou dessin. Son atelier d'usinage est établi de façon à parachever toutes les pièces que la fonderie produit. Ses produits sont répandus dans la France entière et dans les colonies. En 1928, la verrerie-cristallerie de Baccarat s'installe dans les anciens bâtiments de la fonderie Chevalier. Vers 1934, fermeture temporaire de la cristallerie de Baccarat. A partir du 16 septembre 1939, les bâtiments de la cristallerie sont occupés par l'armée britannique. A cette date, la cristallerie se compose d'une salle de fabrication des pots, d'une salle de préparation de la composition, d'une halle de fabrication, de bureaux, d'un atelier de finissage comprenant coupage, flettage, taillerie, gravure, magasin de cristal et magasin de quincaillerie, d'un atelier de mécanique et d'un atelier de menuiserie, puis de nombreux magasins. La date de cessation d'activité de la cristallerie est inconnue. Le site est actuellement occupé par l'entreprise frigorifique Frigoscandia SA.En 1864, la fonderie Chevalier possède un fourneau Wilkinson et une machine à vapeur, alimentée au coke, développant une puissance de 3 ch, ainsi qu'une chaudière à vapeur cylindrique, horizontale et tubulaire à foyer intérieur. En 1938, la cristallerie de Baccarat comprend des fours à six pots, à onze pots et à douze pots, plusieurs gazogènes dont deux gazogènes Sauvageot puis un gazogène Boutillier, ainsi que ses deux laveurs.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Brique, schiste, enduit, moellon

Matériaux de la couverture

Tuile mécanique, matériau synthétique en couverture

Description de l'élévation intérieure

1 étage carré, étage de comble

Typologie de couverture

Toit à longs pans, appentis, croupe

Source de l'énergie utilisée par l'édifice

Énergie thermique, énergie électrique, , produite sur place, , achetée

Commentaire descriptif de l'édifice

Site desservi par embranchement ferroviaire et voie fluviale. Très remanié, il n'a véritablement conservé d'origine que le logis patronal, en briques, à un étage carré et un étage de comble, couvert d'un toit à croupes en tuiles mécaniques ; ses façades antérieure et postérieure sont respectivement rythmées par quatre et trois travées de baies, ses pignons sont flanqués d'une part de l'ancienne conciergerie couverte à l'origine d'un toit en terrasse, et d'autre part d'un ancien atelier couvert de sheds en tuiles mécaniques. Le transformateur, enduit, est situé à proximité. Une partie des anciens ateliers de fabrication, très remaniés, sont enduits et couverts d'appentis ou de toits à longs pans en tuiles mécaniques et en matériau synthétique. Le logement des apprentis subsiste, 10, rue de la Guichardais, non loin du site. Il s'agit d'une construction en schiste à foyer jumelé, de plan rectangulaire, à un étage de comble à surcroît couvert d'un toit à longs pans en tuiles mécaniques.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1998

Date de rédaction de la notice

1999

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Gasnier Marina

Cadre de l'étude

Patrimoine industriel (patrimoine industriel d'Ille-et-Vilaine)

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Bretagne - Service de l'Inventaire du Patrimoine Culturel - 283 avenue du général Patton - CS 21101 - 35711 Rennes Cedex 7 - 02.22.93.98.35

Fonderie Chevalier, et usine de construction mécanique Henri et Pierre Chevalier, puis cristallerie de Baccarat, actuellement usine frigorifique Frigoscandia SA, 1 rue Lucien Poulard (Redon)
Fonderie Chevalier, et usine de construction mécanique Henri et Pierre Chevalier, puis cristallerie de Baccarat, actuellement usine frigorifique Frigoscandia SA, 1 rue Lucien Poulard (Redon)
(c) Inventaire général, ADAGP
Voir la notice image