Usine de chaussures Bertin, puis Bertin-Presticonfort, puis Société Bertin frères, 3 rue Paul Féval (Fougères)

Désignation

Dénomination de l'édifice

Usine de chaussures

Appelation d'usage

Usine de chaussures Bertin, puis Bertin-Presticonfort, puis Société Bertin frères

Titre courant

Usine de chaussures Bertin, puis Bertin-Presticonfort, puis Société Bertin frères, 3 rue Paul Féval (Fougères)

Localisation

Localisation

Bretagne ; Ille-et-Vilaine (35) ; Fougères ; 3 rue Paul Féval

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Ille-et-Vilaine

Adresse de l'édifice

Paul Féval (rue) 3

Références cadastrales

1986 AR 21

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Atelier de fabrication ; conciergerie ; bureau ; cour ; entrepôt industriel ; magasin industriel

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 19e siècle ; 1er quart 20e siècle ; 2e quart 20e siècle ; 3e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1908 ; 1911 ; 1912 ; 1931 ; 1965 ; 1972

Commentaires concernant la datation

Daté par source ; daté par travaux historiques ; daté par travaux historiques ; daté par travaux historiques ; daté par travaux historiques ; daté par travaux historiques ; daté par travaux historiques

Description historique

Usine de chaussures fondée en 1881 par M. Bertin. La société Bertin Presticonfort est fondée en 1891 par François Bertin. De 1904 à 1918, la société est dirigée par son épouse. A cette date, la succession est reprise par les héritiers. L'usine, spécialisée dans le classique et la fantaisie, dépose la marque de chaussures Au Lion. En 1908, construction du logement du gardien sur le site de l'usine. Réalisation d'une série de travaux de construction dans les années 1911 et 1912 avec l'agrandissement de l'usine et des bureaux. En 1925, constitution de la société Bertin frères. En 1931, agrandissement du logis patronal Bertin, situé rue de Nantes. En 1931, l'entreprise reçoit la médaille d'or à l'Exposition Coloniale Internationale. En 1952, J.-C. Bertin rentre dans l'entreprise et, progressivement, spécialise les productions dans la chaussure confort pour femmes. Vers 1956-1957 et en 1965, de nouveaux locaux sont construits. En 1972, extension des ateliers de fabrication pour des raisons d'hygiène et de sécurité liées à l'emploi de colles à base de néoprène. La date de cessation d'activité se situe entre 1983 et 1985. En 1985, la ville de Fougères rachète les locaux. Le 17 juin 1987, l'entreprise Bertin est absorbée par l'entreprise de chaussures J.-B. Martin.En 1936, l'usine Bertin occupe deux cent vingt six ouvriers et cent quatre vingt deux en 1940. En 1949, Bertin frères emploie vingt sept personnes à la coupe, onze au pointage, vingt-huit à l'apprêt, quatorze au rempliage, quarante-neuf à la piqûre, douze à la préparation, vingt-quatre au montage, quarante-deux au finissage, vingt-trois au magasin et quatre à l'emballage. En 1973, l'établissement Bertin frères emploie trois cent cinquante personnes, trois cents en 1980 et deux cent soixante six en 1983.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Schiste ; brique ; brique creuse ; béton ; enduit partiel ; moellon ; parpaing de béton

Matériaux de la couverture

Ardoise ; métal en couverture ; tôle ondulée

Description de l'élévation intérieure

1 étage carré ; étage de comble

Typologie de couverture

Toit à longs pans ; shed

Source de l'énergie utilisée par l'édifice

Énergie électrique ; ; achetée

Commentaire descriptif de l'édifice

Etablissement composé de plusieurs corps de bâtiment répartis autour d'une cour fermée et correspondant à des campagnes de construction différentes, d'où la variété des matériaux employés. L'atelier de fabrication (broches), de plan rectangulaire, à un étage carré, est construit en schiste et couvert d'un toit à longs pans en ardoises. La façade sur rue est rythmée par cinq baies à arc surbaissé encadrées de briques ; elle est aussi soulignée par un bandeau de briques qui court sur l'ensemble de l'élévation et se prolonge sur le bâtiment accolé. Ce dernier, construit sur le même modèle, abrite les bureaux et le magasin d'expédition. Les deux façades postérieures sont flanquées d'ateliers de fabrication et de magasins industriels couverts de sheds en métal et construits en briques creuses, en briques, en parpaings de béton et partiellement enduits. En face, de l'autre côté de la cour, se situe l'entrepôt industriel, en rez-de-chaussée divisé en plusieurs compartiments ; il est bâti en parpaings de béton et est couvert de sheds en tôle ondulée. Le logement du concierge est implanté sur le même axe, à l'entrée de l'usine. Construit en schiste partiellement enduit, il a un étage carré et un étage de comble couvert d'un toit à longs pans en ardoises.

État de conservation (normalisé)

Établissement industriel désaffecté

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1998

Date de rédaction de la notice

1999

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Gasnier Marina

Cadre de l'étude

Patrimoine industriel (patrimoine industriel d'Ille-et-Vilaine)

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Bretagne - Service de l'Inventaire du Patrimoine Culturel - 283 avenue du général Patton - CS 21101 - 35711 Rennes Cedex 7 - 02.22.93.98.35