moulin de la Roche, puis usine de chaussures Pautrel frères, puis laiterie de la Blanche Hermine, actuellement laiterie Nazart

Désignation

Dénomination

moulin, minoterie, usine de chaussures, laiterie industrielle

Titre courant

moulin de la Roche, puis usine de chaussures Pautrel frères, puis laiterie de la Blanche Hermine, actuellement laiterie Nazart

Localisation

Localisation

Bretagne 35 Fougères

Aire d'étude

Ille-et-Vilaine

Canton

Fougères

Adresse

Nançon (rue du) 2

Référence cadastrale

1986 AT 156 à 160

Milieu d'implantation

en ville

Cours d'eau

le Nançon

Parties non étud

atelier de fabrication, bureau d'entreprise, entrepôt industriel, magasin industriel

Historique

Datation des campagnes principales de construction

Temps modernes, 1er quart 20e siècle

Datation des campagnes secondaires de construction

2e quart 19e siècle, 2e quart 20e siècle

Datation en années

1845, 1931, 1941

Justification de la datation

daté par source, daté par travaux historiques

Auteurs de l'oeuvre

maître d'oeuvre inconnu

Commentaire historique

Moulin de la Roche vendu comme bien national en 1791 à M. Pétel de la Harée. Le 22 décembre 1829, il est réglementé par arrêté préfectoral. Depuis cette date, l'établissement subit plusieurs transformations. En 1845, le moulin, alors exploité par MM. Droulon et Durand, fait l'objet d'une demande de reconstruction afin de le convertir en minoterie. Cette dernière cesse son activité vers 1865-1866. En 1870, les bâtiments sont utilisés comme logement pour les soldats. En 1901, l'usine appartient à M. Durand de la Béduaudière et est exploitée par MM. Pautrel frères, fabricants de chaussures en tous genres pour hommes, femmes, fillettes et enfants. Elle est spécialisée dans la fabrication d'articles cousu-Goodyear, cousu-chausson-Goodyear et à la main, ainsi que dans la fabrication de talons Louis XV. En 1911, l'usine est détruite. Elle est reconstruite après la Première Guerre mondiale. En 1931, l'usine de chaussures est transformée en laiterie. En 1941, le bâtiment est surélevé puis de nombreux travaux d'extension sont entrepris sur le site. En 1976, avec une collecte de 69 300 000 l, la laiterie industrielle de la Blanche Hermine fabrique du beurre, des camemberts, du cheddar, des yaourts, de la caséine et du lait écrémé et concentré. La laiterie Nazart est toujours en activité. En 1829, une roue à augets remplace une roue à aubes. En 1845, la minoterie fonctionne alors avec huit paires de meules et plusieurs bluteries. Le 30 avril 1858, mention d'une machine et d'une chaudière à vapeur pour suppléer au moteur hydraulique. Il s'agit d'une chaudière à vapeur en tôle, à deux bouilleurs de forme cylindrique, d'une capacité de 3 m3. La machine à vapeur développe une puissance de 8 ch. La cheminée d'usine mesure alors plus de 22 m de hauteur. En 1942, établissement d'une nouvelle turbine hydraulique. En décembre 1899, l'usine Pautrel frères emploie cent vingt ouvriers soit cinquante hommes, cinquante-deux femmes et dix-huit enfants et deux cent quarante en janvier 1907. En 1977, la laiterie emploie cent soixante dix personnes et en 1993, sous la nouvelle raison sociale Laiterie Nazart, cent quatre vingt treize salariés.

Description

Matériau du gros-oeuvre et mise en oeuvre

enduit, schiste, moellon, essentage de tôle, béton, béton armé

Matériau de la couverture

ardoise, métal en couverture, tôle ondulée

Vaisseau et étage

1 étage carré, étage de comble

Type de la couverture

toit brisé en pavillon, toit à longs pans, toit à longs pans brisés

Source de l'énergie

énergie hydraulique, produite sur place, énergie thermique, produite sur place, énergie électrique, achetée

Commentaire description

Site longé par la rivière du Nançon. L'édifice, abritant à la fois les bureaux et une partie de l'atelier de fabrication, se compose de trois corps de bâtiment qui forme un plan en U. Construit en schiste, il compte un étage carré et un étage de comble couvert, pour le corps de bâtiment principal, d'un toit à longs pans brisés à égout retroussé, et pour les deux petits corps de bâtiment transversaux, en retour d'équerre sur la façade postérieure, de toits brisés en pavillon à égout retroussé, en ardoise. Dans son prolongement se situe la seconde partie de l'atelier de fabrication, construction plus récente en béton armé enduit, à un étage carré couvert d'un toit à longs pans en ardoise. Les entrepôts et magasins industriels consistent en des structures plus légères avec essentage de tôle et couverture à longs pans en ardoise ou en métal.

Statut juridique

Statut de la propriété

propriété privée

Références documentaires

Date d'enquête

1998

Crédits

© Inventaire général

Date de rédaction de la notice

1999

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Gasnier Marina

Cadre de l'étude

patrimoine industriel

Dossier

dossier individuel

Visite guidé

Patrimoine industriel