Moulins d'Apigné, puis briqueterie d'Apigné (Rennes)

Désignation

Dénomination de l'édifice

Moulin, briqueterie

Appelation d'usage

Moulins d'Apigné, puis briqueterie d'Apigné

Titre courant

Moulins d'Apigné, puis briqueterie d'Apigné (Rennes)

Localisation

Localisation

Bretagne ; Ille-et-Vilaine (35) ; Rennes

Précision sur la localisation

Oeuvre située en partie sur la commune : Rheu (Le)

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Rennes Métropole

Canton

Rennes Sud Ouest

Lieu-dit

Apigné

Références cadastrales

1980EI 82, 83, le Rheu 1985 AE 77 à 80

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

Isolé

Nom du cours d'eau traversant ou bordant l'édifice

Vilaine (la)

Partie constituante non étudiée

Atelier de fabrication, logement patronal, entrepôt industriel, séchoir, enclos, cour

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

19e siècle, 1er quart 20e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

3e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1906, 1956

Commentaires concernant la datation

Daté par source, daté par travaux historiques, daté par travaux historiques

Description historique

Les moulins d'Apigné sont de datation ancienne mais ont été reconstruits au cours du XIXe siècle. Mise en faillite en 1904, la minoterie est rachetée par J.-M. Huchet pour y installer une briqueterie. Le 5 octobre 1906, des travaux de restauration et de réhabilitation des bâtiments, ainsi que la construction d'un four à briques sont entrepris. Le 1er janvier 1923, constitution d'une société en nom collectif sous la raison sociale Huchet frères et soeurs pour la fabrication et la vente de briques, pour une durée de vingt ans. En 1923, la briqueterie consiste en un grand bâtiment comprenant au rez-de-chaussée : le moteur, les appareils divers à filer et à mouler, les presses, les pompes et du matériel divers, et aux trois étages supérieurs : les séchoirs et un grenier. Un hangar abrite par ailleurs un four à flamme renversée avec sa cheminée, et plusieurs bâtiments sont à usage de logement, de bureaux, de magasins, d'entrepôts ou de séchoirs. Dans les années 1920, la production se cantonne à de la brique pleine, alors qu'elle se diversifie après la crise économique des années 1930 avec de la brique creuse, de parement, de gros oeuvre, de cloison et du hourdis de plancher. Jusqu'en 1940, elle est dirigée par la famille Huchet, puis M. Chatel prend la tête de l'entreprise. De 1954 à 1956, la briqueterie bénéficie d'un développement technologique tourné vers une mécanisation systématique qui va entraîner plusieurs campagnes de travaux et accroître la production. En 1956, mise en place du four-tunnel alimenté au fuel et atteignant 1000°C. La briqueterie cesse toute activité en 1971. Aujourd'hui, les bâtiments abritent différentes associations de sports nautiques.En 1859, mention d'une machine à vapeur locomobile. En 1906, attestation d'une tuilerie système Bürher. En 1923, existence d'un grand four à feu continu de douze chambres avec ses accessoires. Le matériel d'exploitation comprend des wagonnets, des rails, des plaques tournantes, deux presses à main, des séchoirs mobiles et une turbine hydraulique.En 1920, la briqueterie emploie une trentaine d'ouvriers et une quarantaine dans les années 1950.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Schiste, granite, brique creuse, béton, enduit partiel, moellon, parpaing de béton

Matériaux de la couverture

Ardoise, métal en couverture, tôle ondulée

Description de l'élévation intérieure

3 étages carrés, étage de comble

Typologie de couverture

Toit à longs pans, appentis, croupe

Source de l'énergie utilisée par l'édifice

Énergie hydraulique, énergie thermique, énergie électrique, , produite sur place, , produite sur place, , achetée, , roue hydraulique verticale

Commentaire descriptif de l'édifice

Site desservi par voie fluviale. L'atelier de fabrication est en schiste et en granite. Il compte trois étages carrés et un étage de comble couvert d'un toit à croupes en ardoises. La façade antérieure est rythmée par cinq travées de fenêtres encadrées de granite. Une passerelle située au second étage permet de relier l'atelier au premier étage d'un bâtiment transversal qui abrite le logis patronal, les bureaux et le magasin industriel construits dans les mêmes matériaux. Il a un étage carré et un étage de comble à surcroît abritant le séchoir, couvert d'un toit à croupes en ardoises. Il est flanqué, sur son pignon, d'un petit bâtiment en appentis construit partiellement en briques creuses. Le reste du site se compose, au centre, de plusieurs corps de bâtiment accolés abritant en partie les anciens fours et les entrepôts industriels. Il s'agit de constructions en rez-de-chaussée, en parpaings de béton et en briques creuses partiellement enduites, à structures porteuses apparentes en métal, couvertes de toits à longs pans en tôle ondulée.

Commentaires d'usage régional

Minoterie dite à l'américaine de plan allongé comptant au moins deux étages carrés (type D2)

État de conservation (normalisé)

Établissement industriel désaffecté

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1998

Date de rédaction de la notice

1999

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Gasnier Marina

Cadre de l'étude

Patrimoine industriel (patrimoine industriel d'Ille-et-Vilaine)

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Bretagne - Service de l'Inventaire du Patrimoine Culturel - 283 avenue du général Patton - CS 21101 - 35711 Rennes Cedex 7 - 02.22.93.98.35

Moulins d'Apigné, puis briqueterie d'Apigné (Rennes)
Moulins d'Apigné, puis briqueterie d'Apigné (Rennes)
(c) Inventaire général, ADAGP
Voir la notice image