Moulin, le Couesnon (Antrain fusionnée en Val-Couesnon en 2019)

Désignation

Dénomination de l'édifice

Moulin

Titre courant

Moulin, le Couesnon (Antrain fusionnée en Val-Couesnon en 2019)

Localisation

Localisation

Bretagne ; Ille-et-Vilaine (35) ; Antrain ; rue de Couesnon

Précision sur la localisation

Commune fusionnée après inventaire : Commune inventoriée sous le nom de Antrain

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Pays de Fougères

Canton

Antrain

Lieu-dit

Antrain ; Couesnon (le)

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En écart

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 19e siècle

Description historique

"Époque de construction : Moulin banal à l'origine, le moulin du Couesnon, antérieur à 1546, ainsi que son déversoir, ont été édifiés en même temps que les ponts du Couesnon construits soit par l'Etat, soit par la commune, ou en vertu des droits seigneuriaux abolis.En 1860, les ouvrages régulateurs consistent en un déversoir d'une longueur d'une quinzaine de mètres et en un vannage de décharge composé de six vannes. Le régime hydraulique est réglementé par arrêté préfectoral du 25 mai 1864. En 1936, la minoterie, appartenant à la famille Froc depuis 1880, écrase quotidiennement 50 q de blé. La minoterie est toujours en activité. En 1860, le moulin est actionné par deux roues hydrauliques verticales à aubes planes. En 1892, il comprend trois paires de meules. En octobre 1925, les frères Froc, alors propriétaires, sont autorisés à remplacer la roue hydraulique par une turbine et à reconstruire la digue. En 1936, la puissance de la force motrice est distribuée par une turbine hydraulique centripète développant jusqu'à 28 ch avec une hauteur moyenne de chute de 1,10 m. Cette force est complétée par un moteur à gaz pauvre Winthertur qui fournit 40 ch, et par un moteur à gasoil qui développe 30 ch. La même année, le matériel de mouture se compose de cinq broyeurs à cylindres, de quatre convertisseurs, d'une paire de meules et de deux plansichters. Le cadastre napoléonien réalisé en 1823 pour la commune d'Antrain mentionne, à cet emplacement, les "moulins à eau de Couesnon". En effet, à cette époque, il existait au moins deux moulins à eau sur ce site. Le moulin actuel est un bâtiment qui a été reconstruit à la fin du 19e siècle. Ainsi, les caractéristiques de son architecture témoignent de cette époque de construction : encadrement de baies en granite bleu, façade sud rythmée par des travées. La présence d'une niche à statue au centre de la façade atteste également cette époque de construction.A l'instar de nombreux autres moulins remplacés par des minoteries au cours du 19e siècle, les anciens moulins médiévaux qui se trouvaient à cet emplacement ont été remplacé par ce bâtiment à la fin du 19e siècle. La meunerie a en effet participé pleinement à l'essor de l'industrie agro-alimentaire : en témoignent les nombreuses transformations de moulins en minoteries industrielles dans la seconde moitié du 19e siècle. La statistique impériale de 1809 dénombre sept cent vingt-cinq moulins à eau et cent soixante-seize moulins à vent, soit un total de neuf cent un établissements en Ille-et-Vilaine. La diminution progressive du nombre des moulins au cours du 19e siècle est due à la mutation de certains d'entre eux en minoteries et à leur adaptation à un système industriel de production de masse au détriment des petits moulins qui n'ont pas su ou pas pu évoluer par manque de crédits. L'apparition des broyeurs à cylindre et le développement des moteurs énergétiques sont autant de facteurs qui expliquent la disparition des moulins artisanaux, également tributaires du réseau hydraulique. Bien souvent établis sur de modestes cours d'eau à faible débit, les moulins souffrent régulièrement des périodes d'étiage. Le moulin ne fonctionne donc que quelques mois par an et, dès lors, ne peut en aucune façon concurrencer les minoteries qui, dotées de machines à vapeur puis de moteur à gaz pauvre, produisent en continu et vers lesquelles se tourne désormais la clientèle.A proximité de ce moulin, à l'ouest, un pont enjambe le Couesnon. Ce pont était le seul à franchir le Couesnon sur l'axe Fougères-Dol jusqu'à la fin du 18e siècle. En 1793, les troupes vendéennes y affrontèrent les soldats de Marceau à leur retour d'expédition de Granville où devaient aborder des renforts anglais. "

Description

Matériaux du gros-œuvre

Schiste, moellon, granite, pierre de taille

Matériaux de la couverture

Ardoise

Typologie de plan

Plan rectangulaire régulier

Description de l'élévation intérieure

2 étages carrés

Partie d'élévation extérieure

Élévation ordonnancée

Typologie de couverture

Toit à longs pans croupe

Commentaire descriptif de l'édifice

La minoterie s'organise en plusieurs corps de bâtiment accolés. Le corps principal, moulin originel, est construit en schiste et couvert d'un toit à croupes en ardoises.De plan rectangulaire, il compte un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé et deux étages carrés. Sa façade antérieure est rythmée par cinq travées de baies encadrées de pierres de taille et de linteaux en granite. La travée centrale est desservie, au rez-de-chaussée, par un petit escalier droit à volée double à montées convergentes. La minoterie est flanquée, sur un de ses pignons, du bâtiment d'eau à un étage de comble à surcroît, abritant en partie le transformateur, et couvert d'un toit à croupes en ardoises. La façade postérieure de la minoterie, contrefortée à ses angles, est flanquée de deux corps de bâtiment construits en béton armé sur pilotis. L'un est couvert d'un toit à longs pans, l'autre d'un appentis. Des silos et entrepôts industriels en rez-de-chaussée, construits en parpaings de béton et couverts de toits à longs pans en matériau synthétique, bordent l'autre côté de la chaussée.

Commentaires d'usage régional

Minoterie dite à l'américaine de plan allongé comptant au moins deux étages carrés

État de conservation (normalisé)

Bon état

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2011

Date de rédaction de la notice

2011

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Dalibard Sabrina, Gasnier Marina

Cadre de l'étude

Inventaire topographique (Communauté de communes d'Antrain), patrimoine industriel (patrimoine industriel d'Ille-et-Vilaine)

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Bretagne - Service de l'Inventaire du Patrimoine Culturel - 283 avenue du général Patton - CS 21101 - 35711 Rennes Cedex 7 - 02.22.93.98.35

1/2
Moulin, le Couesnon (Antrain fusionnée en Val-Couesnon en 2019)
Moulin, le Couesnon (Antrain fusionnée en Val-Couesnon en 2019)
(c) Région Bretagne
Voir la notice image