Usine de chaux de Quenon (Chevaigné)

Désignation

Dénomination de l'édifice

Usine de chaux

Titre courant

Usine de chaux de Quenon (Chevaigné)

Localisation

Localisation

Bretagne ; Ille-et-Vilaine (35) ; Chevaigné

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Ille-et-Vilaine

Canton

Saint-Aubin-d'Aubigné

Lieu-dit

Quenon

Références cadastrales

1998A 102, 785, 786, 789, 809, 810

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En écart

Partie constituante non étudiée

Atelier de fabrication, logement patronal, bureau, four industriel, cheminée d'usine, salle des machines, entrepôt industriel, magasin industriel

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1844

Commentaires concernant la datation

Daté par source, daté par tradition orale, daté par travaux historiques

Description historique

Le premier four à chaux est construit en 1844 par M. Hay des Nétumières. Il succède à un vieux four démoli la même année. Par la suite, trois autres fours sont édifiés dont le dernier semble dater de 1900. Deux carrières de calcaire, exploitées à ciel ouvert, les alimentent. Mentionnées en 1878, elles appartiennent aux enfants de la comtesse de Nétumières. A cette date et à la suite d'éboulements considérables, la carrière la plus ancienne, profonde 35 m, est définitivement abandonnée. En février 1928, formation de la société anonyme Paul Picard. Elle a pour objet la fabrication de chaux et agglomérés, le commerce de matériaux et toutes exploitations connexes. La maison Picard possède plusieurs établissements industriels de fabrication et de vente de chaux, ciment et matériaux de construction exploités notamment à Chevaigné, mais aussi à Chartres-de-Bretagne (35), à Melesse (35), à Gesnes (53), à Marans (17) et à Trogues (37). En 1928, l'usine comprend quatre fours à chaux, une salle des machines et une salle de gazogènes, un hangar à charbon, une salle d'extinction, un atelier de broyage et de blutage, un magasin, un atelier de compresseur d'air, un petit bâtiment souterrain servant de dépôt de dynamite, une carrière de calcaire en exploitation et une ancienne carrière remblayée. La date de cessation d'activité est inconnue. Actuellement, le site, propriété privée, est désaffecté. En 1863, mention d'une machine à vapeur locomobile pour l'extraction et l'épuisement des eaux de la carrière de calcaire. Issue des ateliers de M.Tuxford (Angleterre), elle développe une force de 6 ch et présente un système avec retour de flammes portant treize tubes en fer. En 1904, installation d'une chaudière à bouilleurs, semi-tubulaire, présentant une surface de chauffe de 100 m2 et timbrée à 7 kg. En 1928, le matériel d'exploitation se compose de deux moteurs à gaz pauvre avec gazogènes, de deux génératrices électriques courant continu, de compresseurs d'air, de deux pompes d'alimentation, de réservoirs d'air comprimé, d'un tableau électrique, d'une forge et de ses accessoires, d'un broyeur à boulets et de moteurs électriques.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Schiste, grès, brique, enduit, moellon

Matériaux de la couverture

Ardoise, métal en couverture, tôle ondulée

Commentaire descriptif de l'édifice

Site construit sur un terrain avoisinant la carrière de marbre de Quenon. L'atelier de fabrication, fortement remanié, est en schiste et en grès. Il s'élève sur un étage carré couvert d'un toit à longs pans en ardoise et est flanqué d'une tour carrée à toit en pavillon. Cheminée d'usine en brique. Le bureau de paye est à un étage carré et un étage de comble couvert d'un toit à longs pans en ardoises. Ce bâtiment abritait également une écurie, un espace de stockage. L'atelier de la couturière qui réparait les sacs de jute se situait à l'étage. Les anciens fours à chaux, situés à l'arrière du site, sont enfouis dans la végétation et sont dans un état de conservation très médiocre. L'ancienne carrière située à proximité a été envahie par les eaux.Source d'énergie : énergie thermique ; produite sur place ; énergie électrique ; achetée.

État de conservation (normalisé)

Établissement industriel désaffecté

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1998

Date de rédaction de la notice

2005

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Le Ninivin Anne-Cécile, Hue Vanessa

Cadre de l'étude

Inventaire préliminaire (Chevaigné), patrimoine industriel (patrimoine industriel d'Ille-et-Vilaine)

Typologie du dossier

Sous-dossier

Adresse du dossier Inventaire

Région Bretagne - Service de l'Inventaire du Patrimoine Culturel - 283 avenue du général Patton - CS 21101 - 35711 Rennes Cedex 7 - 02.22.93.98.35

Usine de chaux de Quenon (Chevaigné)
Usine de chaux de Quenon (Chevaigné)
(c) Inventaire général, ADAGP
Voir la notice image