Moulin à blé, puis usine métallurgique dite forges de Martigné, actuellement minoterie dite les Grands Moulins, la Forge (Martigné-Ferchaud)

Désignation

Dénomination de l'édifice

Moulin à blé, usine métallurgique, minoterie

Appelation d'usage

Moulin à blé, puis usine métallurgique dite forges de Martigné, actuellement minoterie dite les Grands Moulins

Titre courant

Moulin à blé, puis usine métallurgique dite forges de Martigné, actuellement minoterie dite les Grands Moulins, la Forge (Martigné-Ferchaud)

Localisation

Localisation

Bretagne ; Ille-et-Vilaine (35) ; Martigné-Ferchaud

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Ille-et-Vilaine

Canton

Retiers

Lieu-dit

Forge (la)

Références cadastrales

1985AB 2 à 4, 240 à 256, 258 à 259, 261 à 263, 265, 291, 292, 440 à 443

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En écart

Nom du cours d'eau traversant ou bordant l'édifice

Semnon (le)

Partie constituante non étudiée

Atelier de fabrication, bâtiment d'eau, bassin de retenue, digue, entrepôt industriel, bureau, logement d'ouvriers, logement de contremaître, logement patronal, transformateur

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

3e quart 17e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1672

Commentaires concernant la datation

Daté par source, daté par tradition orale, daté par travaux historiques

Description historique

Les forges de Martigné sont créées en 1672 sur le site des grands moulins, par René Saget de la Jonchère, maître de forge à la Hunaudière, près de Châteaubriant (44). Vers 1730, les forges sont l'une des plus modernes de Bretagne, ce qui leur vaut une parution, en 1735, dans l'ouvrage sur la Bretagne réalisé par le président de Robien pour illustrer le travail du fer. En 1736, une importante inondation la dévaste. Jusqu'au XIXe siècle, l'établissement reste la propriété indivise des héritiers Saget. L'usine, fidèle à la méthode wallonne, comprend un haut fourneau, une forge qui contient deux foyers d'affinerie, un feu de chaufferie et une fenderie. En 1810, le haut fourneau produit, dans une année moyenne, 4200 q de fonte sous forme de gueuses et de gros marteaux. La forge n'est active que durant six mois de l'année environ. L'activité de l'affinerie et de la chaufferie, à peu près de même durée, produit 2750 q de fer. Les forges sont alimentées par du minerai qui provient de la commune de Rougé (44) et tirent leur combustible des forêts environnantes. Par manque de bénéfice, la fabrication de fer forgé est arrêtée en 1843. La forge est démolie, seul le haut fourneau restant actif. Il en découle une augmentation de la production de fonte en raison du transfert du charbon de bois initialement consommé dans les feux d'affinerie et de chaufferie vers l'unique fusion du minerai de fer. La production de fonte, qui passe ainsi à 8000 q en 1843, est vendue pour l'essentiel aux forges à l'anglaise de Basse-Indre (44). En 1844, A. Garnier devient propriétaire. En 1857, il fait construire un second haut fourneau à la sortie du bourg qui fonctionnera dans les mêmes conditions que l'ancien. A partir de 1860 environ, les hauts fourneaux fonctionnent par intermittence avant de s'éteindre. En 1886, une importante minoterie, toujours active, succède à l'activité métallurgique.En 1810, la forge emploie quarante-cinq personnes.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Schiste, grès, moellon

Matériaux de la couverture

Ardoise, métal en couverture, tôle ondulée

Description de l'élévation intérieure

Étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 2 étages carrés

Typologie de couverture

Toit à longs pans, croupe, croupe brisée

Source de l'énergie utilisée par l'édifice

Énergie hydraulique, énergie électrique, , produite sur place, , achetée

Commentaire descriptif de l'édifice

Site alimenté par un cours d'eau provenant de l'étang situé de l'autre côté de la chaussée. Une partie des bâtiments conservés se compose d'anciens logements ouvriers construits, pour certains, sur l'affleurement schisteux. Ils présentent tous une architecture modeste basée sur un modèle simple variant sensiblement : souvent en rez-de-chaussée, parfois avec un étage de comble, construits en schiste et grès armoricain et couverts d'un toit à longs pans en ardoises. Le logement du contremaître, également construit sur ce modèle mais indépendant, présente une horloge en bois inscrite dans une lucarne surmontée d'un fronton triangulaire et couverte d'un toit en pavillon. Un campanile repose sur le faîte du toit. Le logis du maître, en rez-de-chaussée, se différencie par son plan en L et par son étage de comble supplémentaire qui perce le brisis du toit à croupes brisé à égout retroussé. Une aile en retour d'équerre, à un étage carré couvert d'un toit à longs pans, flanque sa façade postérieure dotée d'une coursière en bois abritée par un avant-toit. Le logis patronal du minotier se distingue par son architecture plus monumentale, rythmée par des travées de baies. A un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé et un étage de comble, il est couvert d'un toit à croupes en ardoises. Les anciens bâtiments industriels sont concentrés autour de la minoterie à un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé et deux étages carrés, rythmés par cinq travées de fenêtres et couverte d'un toit à longs pans. A l'ouest, se dresse l'ancien petit moulin, de plan sensiblement carré, au toit à deux versants pentus percés de trois lucarnes pendantes accolées en plein cintre, ainsi que le transformateur. De l'autre côté de la route, les anciennes halles, en rez-de-chaussée, jouxtent l'actuel bureau.

Commentaires d'usage régional

Minoterie dite à l'américaine de plan allongé comptant au moins deux étages carrés (type D1)

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1998

Date de rédaction de la notice

1998

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Gasnier Marina

Cadre de l'étude

Patrimoine industriel (patrimoine industriel d'Ille-et-Vilaine)

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Bretagne - Service de l'Inventaire du Patrimoine Culturel - 283 avenue du général Patton - CS 21101 - 35711 Rennes Cedex 7 - 02.22.93.98.35

Moulin à blé, puis usine métallurgique dite forges de Martigné, actuellement minoterie dite les Grands Moulins, la Forge (Martigné-Ferchaud)
Moulin à blé, puis usine métallurgique dite forges de Martigné, actuellement minoterie dite les Grands Moulins, la Forge (Martigné-Ferchaud)
(c) Inventaire général, ADAGP
Voir la notice image