carrière de granite L'Avenir

Désignation

Dénomination

carrière

Précision sur la dénomination

carrière de granite

Titre courant

carrière de granite L'Avenir

Localisation

Localisation

Bretagne 35 Louvigné-du-Désert

Aire d'étude

Ille-et-Vilaine

Canton

Louvigné-du-Désert

Lieu-dit

le Val

Référence cadastrale

1987 B3 929 à 939

Milieu d'implantation

isolé

Parties non étud

foyer, excavation, transformateur (abri)

Historique

Datation des campagnes principales de construction

limite 18e siècle 19e siècle

Justification de la datation

daté par source, daté par tradition orale

Auteurs de l'oeuvre

maître d'oeuvre inconnu

Commentaire historique

Cette carrière est mentionnée dès 1801. Suite à un mouvement de crise qui s'étend dans différents bassins granitiques dont celui de Louvigné, le 27 août 1921, quinze syndicalistes constituent la société dite L'Avenir, coopérative ouvrière au capital initial de 8 100 f. En 1926, elle compte plus d'une soixantaine de coopérateurs et deux ans plus tard son capital s'élève à 149 000 f. Dans les années 1950, la coopérative L'Avenir devient la deuxième plus importante entreprise de granite de Bretagne, après celle du Hinglé (22). En 1971, outre l'extraction du granite, l'activité concerne tous les types de travaux portant sur le granite : les monuments funéraires de tous modèles, les travaux d'art et les cheminées (en bleu de Louvigné, bleu de Hinglé, noir de Lanhélin). Les débouchés concernent à 100 % le marché français avec 38 % de monuments funéraires, 36 % pour les travaux publics et 24 % pour divers bâtiments. L'activité d'extraction cesse dans les années 1977-1978 et la société L'Avenir ferme ses portes en 1985. Aujourd'hui, son successeur, la Société la Générale du Granit, continue l'exploitation sur un autre site. En 1971, le matériel de production traditionnel se compose de scies à fil, de scies à disques diamants, de polissoirs à main et automatiques, d'un pont roulant de 15 t et de grues. En 1971, la carrière emploie deux cent dix personnes.

Description

Matériau du gros-oeuvre et mise en oeuvre

granite, pierre de taille, petit appareil, bossage

Matériau de la couverture

tuile mécanique

Vaisseau et étage

étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé

Type de la couverture

toit bombé, croupe

Source de l'énergie

énergie électrique, produite sur place

Commentaire description

L'ancien foyer corporatif se compose d'un corps de bâtiment principal, de plan rectangulaire. Il est surmonté d'un toit à croupe en tuile mécanique, et est flanqué, sur sa façade antérieure, de deux courtes ailes en retour d'équerre. Chacune d'entre-elle est couverte d'une charpente à la Philibert Delorme qui supporte un toit bombé en tuile mécanique. L'ensemble, à un étage de soubassement et un rez-de-chaussée surélevé, est en granite et se caractérise par un appareillage en bossage en boule. La ligne de faîte horizontale de la façade antérieure est interrompue, au centre, par un fronton circulaire en granite qui porte l'inscription " Paix et Travail ". De même, les deux ailes présentent chacune un médaillon circulaire doté d'un décor et d'une inscription : " Travail, Capital, Talent, coopératives de production ", puis " Bien-être, Liberté, un pour tous, tous pour un ". L'excavation se situe à une centaine de mètres à l'arrière du bâtiment.

Etat de conservation

vestiges

Statut juridique

Statut de la propriété

propriété privée

Références documentaires

Date d'enquête

1998

Crédits

© Inventaire général

Date de rédaction de la notice

1998

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Gasnier Marina

Cadre de l'étude

patrimoine industriel

Dossier

dossier individuel

Visite guidé

Patrimoine industriel