Tannerie, corroierie Jules Ferron (Tremblay fusionnée en Val-Couesnon en 2019)

Désignation

Dénomination de l'édifice

Tannerie ; corroierie

Appelation d'usage

Tannerie, corroierie Jules Ferron

Titre courant

Tannerie, corroierie Jules Ferron (Tremblay fusionnée en Val-Couesnon en 2019)

Localisation

Localisation

Bretagne ; Ille-et-Vilaine (35) ; Tremblay

Précision sur la localisation

Commune fusionnée après inventaire : Commune inventoriée sous le nom de Tremblay

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Ille-et-Vilaine

Canton

Antrain

Lieu-dit

Tremblay ; Ecu (l')

Références cadastrales

1987AB 67, 68

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En écart

Nom du cours d'eau traversant ou bordant l'édifice

Tannerie (ruisseau de la)

Partie constituante non étudiée

Atelier de fabrication ; logement patronal ; moulin à tan ; séchoir à peaux

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

3e quart 19e siècle ; 1ère moitié 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1862 ; 1873

Commentaires concernant la datation

Daté par source ; daté par tradition orale ; daté par travaux historiques ; daté par source

Description historique

Tannerie construite en trois campagnes successives, en 1862, 1873 et dans la première moitié du XXe siècle. Il semble qu'elle succède à une tannerie antérieure datant du début du XIXe siècle. Elle est spécialisée dans la fabrication de cuirs lissés et corroyés. En 1932, la production s'élève à mille peaux de vache par an, mais sa capacité peut atteindre quatre à cinq mille peaux. Elle produit uniquement du cuir à semelles qu'elle vend à un important réseau de cordonniers et à des manufactures de chaussures, essentiellement à Fougères. La tannerie, après être passée successivement de père en fils, a cessé son activité le 19 juillet 1969. En 1932, Jules Ferron utilise de la chaux pour l'épilage, puis des tannins végétaux et de l'écorce de chêne pour les bases du tannage.En 1908, mention d'une chaudière à vapeur tubulaire en T, d'une surface de chauffe de 8,95 m2, et timbrée à 9 kg.Entre les deux guerres, la tannerie emploie jusqu'à vingt-deux salariés, mais seulement huit en 1932.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Grès ; granite ; moellon

Matériaux de la couverture

Ardoise

Description de l'élévation intérieure

2 étages carrés ; étage de comble

Typologie de couverture

Toit à longs pans ; croupe

Source de l'énergie utilisée par l'édifice

Énergie hydraulique ; énergie thermique ; énergie électrique ; ; produite sur place ; ; produite sur place ; ; achetée

Commentaire descriptif de l'édifice

L'atelier de fabrication, à deux étages carrés, dont le deuxième est percé de claies, et à un étage de comble, est construit en granite et en grès. Il est couvert d'un toit en pavillon en ardoises. L'ancien moulin à tan et l'atelier de corroierie, accolés à son pignon, sont situés au même droit. Ils s'organisent en deux corps de bâtiment en rez-de-chaussée en granite couverts d'un toit à longs pans en ardoises. L'atelier de corroierie se caractérise par son avant-toit très prononcé qui couvre pratiquement la moitié de la façade, presque entièrement vitrée. En face, se dresse le logement patronal à un étage carré, construit en granite et couvert d'un toit à longs pans en ardoises.

État de conservation (normalisé)

Établissement industriel désaffecté

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1998

Date de rédaction de la notice

1998 ; 2014

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Gasnier Marina ; Dalibard Sabrina

Cadre de l'étude

Patrimoine industriel (patrimoine industriel d'Ille-et-Vilaine)

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Bretagne - Service de l'Inventaire du Patrimoine Culturel - 283 avenue du général Patton - CS 21101 - 35711 Rennes Cedex 7 - 02.22.93.98.35