Église paroissiale Saint-Sulpice

Désignation

Dénomination de l'édifice

Église paroissiale

Vocable - pour les édifices cultuels

Saint-Sulpice

Titre courant

Église paroissiale Saint-Sulpice

Localisation

Localisation

Occitanie ; 31 ; Saint-Sulpice-sur-Lèze ; André Maurette (esplanade)

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Haute-Garonne

Adresse de l'édifice

André Maurette (esplanade)

Références cadastrales

1839 D 355 ; 2020 0D 90

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e moitié 15e siècle ; milieu 16e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1546 ; 1554

Commentaires concernant la datation

Date portée

Description historique

Rien ne permet d’affirmer que cette église ait pu être à un moment de son histoire celle des Hospitaliers mentionnés depuis le 12e siècle dans les environs. Il s’agit plutôt d’une église paroissiale construite peu de temps après la fondation de la bastide en 1257, et dont l’implantation s’inscrit dans le parcellaire de cette dernière. Elle n’a été rejetée à l’extérieur de la bastide qu’au moment de l’édification de l’enceinte fortifiée, vers 1356, qui est venue enclore seulement une partie de l’agglomération. De cette première église de la seconde moitié du 13e siècle ou de la première moitié du 14e siècle, ne subsistent que quelques vestiges. C’est probablement le cas de la partie inférieure du clocher bâtie en pierre et du premier escalier en vis intégré dans une maçonnerie elle-aussi entièrement en pierre menant au premier étage du clocher. À ce niveau se trouve une porte en arc brisé qui donne actuellement sur le vide, juste en-dessous des voûtes de la nef. Cette porte n’a aucune raison d’être dans l’édifice actuel et est probablement un témoin de l’édifice antérieur. Au cours de la seconde moitié du 15e siècle, l’église a été entièrement reconstruite en brique dans un style gothique méridional relativement courant dans la région. Les peintures murales découvertes dans la troisième chapelle sud datent de cette reconstruction. Une partie de la charpente présente des bois anciens, chanfreinés avec des congés en pointe, qui pourraient aussi remonter à cette période. Le clocher n’a été reconstruit qu’au milieu du 16e siècle, comme en témoigne la date portée « 1546 » figurant sur la porte menant au second escalier en vis, au premier étage du clocher. Une autre pierre, utilisée en remploi dans le mur ouest de la galerie nord, porte la date « 1554 » et le monogramme « IHS ». L’inscription en caractères gothiques sur la clé de voûte de la chapelle des fonts baptismaux semble aussi porter une date du 16e siècle. Deux objets conservés dans l’église et protégés au titre des Monuments historiques datent de cette période : le bénitier en marbre et la porte de placard en marqueterie de la chapelle des fonts baptismaux. Les transformations des 17e et 18e siècles sont mal connues. Plusieurs objets protégés au titre des Monuments historiques datent du 18e siècle, dont la chaire, les clôtures de chœur et de chapelle, des statues, etc. La partie sud-ouest de la sacristie, entre les contreforts de la travée de chœur sud, est bâtie en 1810 comme en témoigne la date portée à l’extérieur. Jusqu’aux années 1840, le cimetière se trouvait encore du côté nord de l’église et la galerie nord était ouverte. Elle était portée par des piliers en brique qui sont encore visibles dans la maçonnerie nord de la galerie. La fermeture de la galerie ne remonte qu’à la fin du 19e siècle, tout comme la construction des trois petits corps de bâtiment entre les contreforts du chevet. Ils accueillent une extension de la sacristie, avec une entrée indépendante, et une petite chapelle dans l’axe du chœur. Un nouveau décor peint a été réalisé sur l’ensemble de l’édifice à cette période, mais les traces de peintures antérieures sont nombreuses partout où le décor du 19e siècle se détériore. L’église est classée au titre des Monuments historiques depuis 1974.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Brique ; pierre de taille

Matériaux de la couverture

Tuile creuse

Description de l'élévation intérieure

1 vaisseau

Typologie du couvrement

Voûte d'ogives

Typologie de couverture

Toit à longs pans ; croupe polygonale

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier de distribution : escalier en vis sans jour, en maçonnerie

Commentaire descriptif de l'édifice

L’église est implantée à l’ouest de la bastide, dans l’angle sud-est de l’esplanade André Maurette. Elle est orientée. Elle comprend une nef unique terminée par un chevet à cinq pans coupés et bordée par quatre chapelles entre les contreforts au sud et deux au nord. Le côté nord de l’édifice est bordé par une longue galerie. La sacristie et des pièces annexes sont aménagées entre les contreforts du chevet. Le clocher-porche se trouve à l’ouest. C’est un clocher octogonal à base carrée surmonté d’une flèche octogonale. L’église est bâtie presque entièrement en brique. Seuls quelques éléments et pans de murs sont en moyen appareil de pierre de taille : partie inférieure du clocher, escalier en vis (en totalité pour le premier et uniquement les marches pour le second), décor sculpté du clocher. Seuls quelques rares pans de murs sont enduits, notamment les salles annexes aménagées contre le chevet. Les toits à longs pans et croupes sont couverts de tuiles creuses. La flèche maçonnée est couverte d’un enduit alors que la poivrière de l’escalier est en brique apparente. La nef, le chœur et les chapelles sont couverts de voûtes d’ogives. Les voûtes et les murs sont peints.

Protection et label

Date et niveau de protection de l'édifice

1974/05/22 : classé MH

Précision sur la protection de l'édifice

Eglise (cad. D 90) : classement par arrêté du 22 mai 1974

Nature de l'acte de protection

Arrêté

Référence aux objets conservés

IM31000316 ; IM31001746 ; IM31001748 ; IM31001749 ; IM31001750 ; IM31001751 ; IM31002043 ; IM31003651 ; IM31003652 ; IM31003653 ; IM31003654 ; IM31003655 ; IM31003656

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Conditions d'ouverture au public

Utilisation cultuelle

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1992

Date de rédaction de la notice

1992 ; 2020

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Comet Anaïs

Cadre de l'étude

Inventaire préliminaire

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional Occitanie - Direction de la Culture et du Patrimoine - Service Connaissance et Inventaire des Patrimoines 22, bd Maréchal Juin 31406 Toulouse cedex 9 - Espace Capdeville, 417 Rue Samuel Morse, 34000 Montpellier - 05.61.39.62.47