Port de commerce, port militaire, port de pêche

Désignation

Dénomination de l'édifice

Port

Précision sur la dénomination de l'édifice - hors lexique

Port de commerce ; port militaire ; port de pêche

Titre courant

Port de commerce, port militaire, port de pêche

Localisation

Localisation

Normandie ; Eure (27) ; Quillebeuf-sur-Seine

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Haute-Normandie

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Quillebeuf-sur-Seine

Partie constituante non étudiée

Quai

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

11e siècle, 17e siècle, 18e siècle

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Le port de Quillebeuf, port d'estuaire, est attesté au 11ème siècle : en 1040, Herluin fondant l'abbaye de Grestain, lui donne le droit de pêche en Seine depuis les gardes de Quillebeuf jusqu'au Port Noir près de Honfleur. En 1180, le transport par mer de la garde-robe du roi est assuré depuis le port de Quillebeuf jusqu'à Bonneville-sur-Touques, et en 1184 des réparations y ont lieu aux vaisseaux du roi. En 1199, le roi Jean d'Angleterre accorde une licence pour expédier des vins de Quillebeuf en Angleterre. Les lettres d'exemption du roi Charles VII en 1460 mentionnent que le port de Quillebeuf assure le transport du ravitaillement des villes de Honfleur et Caudebec, et un siège d'amirauté y est créé. En 1526, l'abbaye de Jumièges rappelle qu'elle a droits et coutumes sur toutes les marchandises déchargées au port, ainsi que le droit d'ancrage et de travers. De port de commerce, Quillebeuf devient enjeu militaire avec les guerres de Religion : en 1592, une galère protestante s'empare de 42 canons, de 2 navires armés et d'une _ramberge. Henri IV le transforme en port militaire avec la construction de fortifications. Pour récompenser la ville, il accorde au port en 1596 le droit exclusif de pilotage pour conduire en Seine les navires venant de la mer. Lorsqu'il reçoit le gouvernement de Normandie, Concini fait creuser d'énormes tranchées en arrière du port, inachevées à sa mort en 1616. En 1639, la ville est confirmée dans ses exemptions, en considération de ce que les habitants montaient et descendaient sans salaire tous les navires de guerre du roi passant devant le port. Au milieu du 18e siècle, une posée est établie, où tous les navires devaient s'approvisionner avant de prendre la mer. Au 19e siècle, le port vivait du pilotage et de la pêche. L'endiguement de la Seine, à partir de 1855 entraîne peu à peu le déclin. En 1881, les pilotes de Villequier et de Quillebeuf se partagent le pilotage des navires remontant ou descendant la Seine. Le bac de Port-Jérôme à Quillebeuf a été construit pour relier la nouvelle raffinerie de pétrole créée en 1934. C'est le dernier bac à fonctionner entre les ponts de Brotonne et de Tancarville

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, pierre de taille

Protection

Référence aux objets conservés

IM76006210

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété publique

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1981

Date de rédaction de la notice

1996

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Etienne Claire

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Haute-Normandie - Service chargé de l'inventaire 2, rue Maladrerie 76000 Rouen - 02.32.08.19.80