Village

Désignation

Dénomination de l'édifice

Village

Titre courant

Village

Localisation

Localisation

Normandie ; Eure (27) ; Marais-Vernier

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Haute-Normandie

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Quillebeuf-sur-Seine

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

6e siècle, 12e siècle

Description historique

Vers 557, le roi Childebert donne à Samson, archevêque de Dol un certain nombre de paroisses à l'embouchure de la Risle, parmi lesquelles le marais Vernier, l'ensemble prenant le nom d'exemption de Dol. Samson y fonde un monastère nommé Panlate, détruit par les invasions normandes. Il n'a pas été restauré après l'attribution de la Normandie à Rollon en 927. L'implantation du village est tributaire de la présence des marais qui ont envahi un ancien méandre de la Seine. C'est un village-rue au pied de la falaise en forme de courbe, limitant les marais à l'est. C'est le seul village à avoir toutes ses terres sans la cuvette et à s'être développé exclusivement sur l'activité agricole du site, les autres étant tournés soit vers la Seine, soit vers le plateau. L'église paroissiale Saint-Laurent, dédicacée en 1129 par Baudry évêque de Dol, retiré dans l'exemption a remplacé la chapelle fondée par les religieux de Panlate. Au 12ème siècle, le fief éponyme appartient à la famille de Longchamps. Les marais servaient de pâtures communales, comme en témoignent l'accord conclu en 1440 entre Jean de Longchamps, seigneur du lieu et les habitants maintenus dans leurs droits d'héberger les bestiaux dans le marais et avoir le bois mort, la mousse et les cailloux des bois de la seigneurie. Cette seigneurie, dont dépendaient deux autres fiefs, Longchamps et le Colombier, autrement la cour, est achetée en 1531 par Guillaume Jubert, seigneur de Bézu, apportée par mariage en 1571 à la famille du Bec, puis par héritage à Jean le Tellier de la Luthumière, qui s'associe en 1607 à une tentative d'assèchement des marais. En 1879, la commune comprenait 1316 hectares et 586 habitants, une école mixte de 116 enfants. Ses ressources consistaient en culture de légumes et 2100 pommiers à cidre. La commune passe de 495 habitants en 1968 à 502 habitants en 1975, et 464 en 1982. Au recensement de 1990 elle en compte 481

Protection et label

Précision sur la protection de l'édifice

Abords du pont de Tancarville, commune en totalité en site inscrit

Typologie de la zone de protection

1967 : site inscrit

Intérêt de l'édifice

À signaler

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1981

Date de rédaction de la notice

1996

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Etienne Claire

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Haute-Normandie - Service chargé de l'inventaire
2, rue Maladrerie 76000 Rouen - 02.32.08.19.80