Fortification d'agglomération

Désignation

Dénomination

fortification d'agglomération

Titre courant

Fortification d'agglomération

Localisation

Localisation

Haute-Normandie 27 Vernon

Aire d'étude

Vernon

Canton

Vernon

Milieu d'implantation

en ville

Cours d'eau

Seine (la)

Parties non étud

édifice fortifié

Historique

Datation des campagnes principales de construction

12e siècle, 13e siècle

Auteurs de l'oeuvre

Commentaire historique

Une première enceinte est attestée dès 1119, sous le règne du duc Henri 1er. Elle devait former un triangle rectangle, entre la rue Bourbon-Penthièvre, les rues Carnot et Potard, le bord de Seine. Cette enceinte est agrandie et reportée vers le sud-ouest dans la seconde moitié du 12e siècle. Au début du 13e siècle, le rattachement de Vernon au royaume de France au traité de 1196 entraîne d'importants travaux défensifs : courtines munies d'arcs de décharge, donjon du château. Les murs atteignent huit mètres de hauteur et deux mètres d'épaisseur. L'enceinte médiévale, dont l'emprise correspond au tracé des actuels boulevards (formés par le comblement des anciens fossés) , englobait une surface de 15 hectares. Elle était percée de 5 portes et flanquée de tours (ont été retrouvés des vestiges de la tour de Clères, tour semi-circulaire située à l'angle nord de l'enceinte, au bord de la Seine, détruite en 1842 pour faciliter l'élargissement du chemin de halage, et de la tour du Vieux René, située au sud, détruite en 1833). Une autre porte, appelée porte de Mantes, proche de la porte de Gamilly (également appelée porte de Mantes) a été découverte lors de fouilles en 1870 ; elle aurait été détruite au 15e siècle ; la porte Notre-Dame dite aussi porte du Roi ou porte aux Merciers est détruite au 16e siècle ; la porte d'Evreux ou Fausse porte est détruite au milieu du 19e siècle. Les défenses sont renforcées au cours de la guerre de Cent Ans, puis de la Ligue, et un système bastionné plus élaboré est projeté au début du 17e siècle pour améliorer la place (plan de Hardouyn non réalisé). Certains bastions ou éperons font l'objet d'opérations d'urbanisme dans la seconde moitié du 18e siècle. En 1777, les fortifications sont fieffées à la Ville par le duc de Penthièvre, puis détruites progressivement à la fin du 18e siècle et tout au long du siècle suivant ; les fossés sont comblés et des boulevards plantés de tilleuls sont créés. Quelques vestiges sont visibles boulevard du maréchal Leclerc (portion de l'enceinte 12e-13e siècle, fortement remaniée dans les siècle ultérieurs) , rue Bourbon-Penthièvre, place Chantereine, entre la rue Potard et la rue des Ecuries des Gardes (portion d'enceinte de 80 m de long, arcs de décharge de style gothique).

Description

Matériau du gros-oeuvre et mise en oeuvre

calcaire, moyen appareil, silex, moellon

Parti de plan

système bastionné

Commentaire description

Fortification englobant le château fort (IA27000075) , constituée d'un mur d'enceinte, de 6 portes de ville, de la tour du Vieux René et de la tour de Clères ; l'édifice fortifié dit château de Vernonnet (IA27000292) , peut être considéré comme un élément de cet ensemble, sorte d'ouvrage avancé sur la rive droite de la Seine venant renforcer le système défensif.

Etat de conservation

vestiges

Protection

Intérêt de l'oeuvre

à signaler

Statut juridique

Statut de la propriété

propriété publique,propriété privée

Références documentaires

Date d'enquête

1995

Crédits

© Inventaire général

Date de rédaction de la notice

1995

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Bocard Hélène

Cadre de l'étude

inventaire topographique

Dossier

dossier avec sous-dossier

Dossier adresse

Conseil régional de Haute-Normandie - Service chargé de l'inventaire 2, rue Maladrerie 76000 Rouen - 02.32.08.19.80