Centrale hydroélectrique des Ponts Neufs

Désignation

Dénomination de l'édifice

Centrale hydroélectrique

Appelation d'usage

Centrale hydroélectrique des Ponts Neufs

Titre courant

Centrale hydroélectrique des Ponts Neufs

Localisation

Localisation

Bretagne ; Côtes-d'Armor (22) ; Morieux

Précision sur la localisation

Oeuvre située en partie sur la commune : Hillion

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Côtes-d'Armor

Canton

Lamballe

Lieu-dit

Les Ponts Neufs

Références cadastrales

1982 B2 616

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En écart

Nom du cours d'eau traversant ou bordant l'édifice

Le Gouessant

Partie constituante non étudiée

Salle des machines, bassin de retenue, bief de dérivation, barrage

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

3e quart 20e siècle, 4e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1894, 1898, 1904, 1920, 1950, 1978

Commentaires concernant la datation

Daté par source, daté par travaux historiques

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

La centrale électrique des Ponts Neufs est édifiée en 1894 par la Société Anonyme d'énergie électrique dont le siège social se situe à Saint-Brieuc (22). Quatre ans plus tard, la salle des machines est agrandie de façon à recevoir une turbine hydraulique développant 75 ch. En 1904, un magasin et un logement sont édifiés sur le site. Le barrage de l'étang des Ponts Neufs est réglementé par arrêté préfectoral du 15 juin 1911, lequel précise les conditions d'utilisation de la force motrice empruntée, par la Société d'énergie électrique de Saint-Brieuc, à l'étang des Ponts Neufs pour la mise en activité de l'usine. Le débouché libre du déversoir est fixé à 18, 50 m et celui du vannage de décharge à 4, 50 m. Avec une surface de 15 ha environ, l'étang des Ponts Neufs est alimenté par les rivières du Gouessant, de l'Evron et par le ruisseau de Gouranton. Cet étang constitue une réserve d'eau destinée à la production, par la force hydraulique, de l'énergie électrique nécessaire pour assurer l'éclairage de la ville de Saint-Brieuc. Une simple digue en terre, longue de 90 m et haute de 38, 14 m, sépare l'étang de la centrale. En 1914, la Société Anonyme d'énergie électrique vend l'établissement à la Compagnie centrale d'éclairage par le gaz Eugène Lebon et Cie dont le siège social est à Paris (75). Le matériel hydraulique est alors remplacé par des appareils modernes. En 1920, la centrale hydroélectrique est reconstruite et fait l'objet d'une restructuration importante avec des travaux destinés à améliorer l'utilisation de la chute d'eau et par là même à augmenter sa puissance. Elle connaît deux campagnes de rénovation en 1950 et en 1978. La conduite forcée possède un répartiteur à trois branches ; elle mesure 25 m de longueur et présente une section de 2, 50 m2. Devenue la propriété d'EDF, la centrale hydroélectrique est toujours en activité. En 1894, la centrale hydroélectrique se compose de deux turbines de 125 ch chacune, de deux dynamos avec excitateurs, d'une chaudière et d'une machine à vapeur. En 1925, elle comprend trois groupes turbo-alternateurs, dont un a disparu. Actuellement, la centrale fonctionne avec deux turbines Francis H issues du constructeur Singrun. L'une tourne à 426 t/mn et est couplée à un alternateur Hillairet d'une puissance de 320 kVA ; la seconde, double, tourne à 570 t/mn et est couplée à un alternateur Schneider d'une puissance de 160 kVA.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Granite, schiste, moellon, brique, béton, béton armé, enduit

Matériaux de la couverture

Tuile mécanique

Description de l'élévation intérieure

En rez-de-chaussée

Typologie de couverture

Toit à longs pans, shed

Source de l'énergie utilisée par l'édifice

Énergie électrique, produite sur place, turbine hydraulique

Commentaire descriptif de l'édifice

Reconstruite et remaniée à plusieurs reprises depuis sa toute première implantation, l'actuelle centrale hydroélectrique date de 1920 ; la salle des machines consiste en un bâtiment édifié en briques à ossature métallique, en partie rivetée, couvert d'un toit à longs pans en tuiles mécaniques. Elle est flanquée de la salle de relayage, corps de bâtiment de construction plus récente, en béton armé recouvert d'enduit et surmonté de sheds. L'ensemble est accolé aux vestiges de l'ancienne centrale édifiée en moellons de granite et de schiste à la fin du 19e siècle.

Protection

Référence aux objets conservés

IM22003522, IM22003520, IM22003521, IM22003519

Intérêt de l'édifice

À signaler

Eléments remarquables dans l'édifice

Machine énergétique (étudiée dans la base Palissy)

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété publique

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2003

Date de rédaction de la notice

2003

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Gasnier Marina

Cadre de l'étude

Patrimoine industriel

Typologie du dossier

Dossier individuel

Accès Mémoire

ARRDT_STBRIEUC

Adresse du dossier Inventaire

Région Bretagne - Service de l'Inventaire du Patrimoine Culturel - 283 avenue du général Patton - CS 21101 - 35711 Rennes Cedex 7 - 02.22.93.98.35