Présentation de la commune de Villebichot

Désignation

Titre courant

Présentation de la commune de Villebichot

Localisation

Localisation

Bourgogne-Franche-Comté ; Côte-d'Or (21) ; Villebichot

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Bourgogne

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Climats du vignoble de Bourgogne

Description

Commentaire descriptif de l'édifice

Située à 25 km au nord-est de Beaune et à 25 km au sud de Dijon, la commune de Villebichot compte 351 habitants (recensement INSEE 2008) pour une surface de 10,36 km². Elle est limitrophe d'Epernay-sous-Gevrey au nord, de Saint-Bernard au nord-ouest, de Flagey-Echézeaux à l'ouest, de Boncourt-le-Bois au sud-ouest et de Saint-Nicolas-lès-Cîteaux au sud et à l'est. Le village est traversé depuis l'est jusqu'au sud-ouest par la RD 116 et du nord-ouest au sud-est par la RD 109c. Enfin, le GR de pays "sur les traces des Moines de Cîteaux" passe au nord du noyau villageois. Villebichot est implanté dans un environnement agricole et relativement plat. Le village se développe cependant sur une très légère pente orientée nord/sud (entre 215 et 200 m). Il est bien visible dans le paysage mais aucun élément particulier n'émerge de l'ensemble des constructions. Quelques bois sont également présents aux limites de la commune (bois de la Servelle et de la Fin de Chêne au nord, bois du Champ Varin au sud) ainsi qu'un petit étang au nord (étang du Milieu). La Vouge sillonne le territoire d'ouest en est en passant légèrement au sud du noyau villageois. Elle alimente un petit plan d'eau au sud-ouest du village en bordure duquel se trouvait un moulin. Le tissu urbain se présentait à l'origine sous la forme d'un village-rue orienté est/ouest (rue de la Maladière, Grande Rue, rue de l'Eglise et rue du Moulin) mais s'est étendu aujourd'hui le long d'autres rues transversales (rue de Corcelles, rue de Boulard, rue du Lavoir…). Le village a cependant conservé une forme longitudinale relativement étalée. L'intersection de l'axe historique avec la route de Saint-Bernard au nord et la rue du Lavoir au sud crée un point de centralité dans le tissu avec l'aménagement d'une place (place de la Mairie) et la présence des édifices de la vie locale (église, mairie-école). La trame viaire est large voire très large en raison de l'importance des accotements (Grande Rue). Des effets de fermeture sont créés par la sinuosité de certaines rues (rue du Lavoir) et la topographie légèrement vallonnée restreint parfois les perspectives (Grande Rue). Les bas-côtés sont le plus souvent couverts de terre et gravillons dans une teinte ocre. Sur la Grande Rue, ils sont séparés de la chaussée par un caniveau et des parterres de gazon ont été aménagés. Les accotements sont plus rarement enherbés. Des buissons, des haies ou des bacs à fleurs ornent parfois ces accotements. Quelques trottoirs ont été aménagés notamment aux intersections des rues. A chaque extrémité de la Grande Rue se trouve une place. A l'ouest, la place de la Mairie se présente comme une vaste esplanade gravillonnée avec des bandes d'enrobé séparées par des pavés et sur lesquelles sont disposés des buissons, des arbres, des bancs et des lampadaires. Le reste de la place est à usage de stationnement. A l'est, la place de la Libération est constituée d'une esplanade triangulaire en terre et gravillons avec parterres enherbés. Elle abrite le Monument aux morts auquel on accède par une bande en enrobé ceinte de pavés. Des buissons, quelques arbres et des bancs ont été disposés sur cette place. La densité des constructions est très lâche, celles-ci étant placées le plus souvent en retrait de la rue, sans mitoyenneté, avec des cours pour le bâti ancien ou des jardins pour les extensions pavillonnaires (rue du Lavoir, rue de Boulard). Le parcellaire est majoritairement en lanière. Le bâti ancien comprend une douzaine de longères de tailles diverses. Elles se composent sous un même toit d'un logis et de dépendances agricoles desservies par une porte charretière et comprennent un rez-de-chaussée et un comble quelquefois aménagé, celui-ci pouvant être en surcroît. Quelques bâtiments d'origine agricole présentent un plan plus massif avec des toitures imposantes, parfois débordantes, qui marquent le paysage urbain (maisons 2 place de la Libération ou 23-27 Grande Rue). Ils sont également composés d'un logis et d e dépendances. Ces bâtiments et longères, implantés sur cour, possèdent en règle générale un toit à longs-pans, plus rarement à croupes ou à demi-croupes, couverts de tuiles mécaniques ou parfois de tuiles plates. Leurs murs sont construits en divers matériaux (moellons de pierre apparents, maçonnerie enduite, pans de bois avec hourdis enduit). Ce bâti agricole a souvent subi des réhabilitations importantes qui ont abouti à des mises en oeuvre hétérogènes sur un même pan de mur ou encore à des modifications des ouvertures (comblement ou transformation en baie vitrée des portes charretières). Les matériaux utilisés pour ces réhabilitations sont également peu cohérents (parpaings apparents pour combler les ouvertures ou en consolidation). Le bâti ancien se compose également de quelques petites maisons, parfois mitoyennes (rue du Lavoir, ruelle de la Miotte) comportant un rez-de-chaussée et un étage. La maçonnerie enduite, les toits à longs-pans et la tuile mécanique sont dominants pour ce type de constructions. Enfin une maison au n°7 de la Grande Rue, présente un gabarit plus important avec un rez-de-chaussée et deux étages dont un en surcroît éclairé par des baies oblongues. Son toit à croupes est couvert de tuiles plates et ses murs sont en maçonnerie enduite. Dans l'ensemble, l'ambiance chromatique est plutôt hétérogène en raison de la disparité des mises en oeuvre et des teintes. La mairie-école, construite en 1887, est un édifice marquant dans le paysage urbain par son implantation et sa composition architecturale. De plan rectangulaire, elle comporte un rez-de-chaussée et deux étages dont un de comble. Le toit est à croupes, couvert d'ardoises et percé de velux et de chatières en oeil-de-boeuf. Les murs sont en maçonnerie enduite avec chaînes d'angle et bandeaux en pierre. Les baies sont à linteaux délardés et sur la façade sud se trouvent une baie charretière en arc segmentaire et des oculi. La travée centrale de la façade orientale est encadrée de chaînes en pierre au rez-de-chaussée et de pilastres à l'étage. Elle est surmontée d'un édicule en pierre avec fronton triangulaire, abritant une horloge. Une cloche est placée au-dessus de l'édicule qui est encadré par des acrotères en pierre. Un perron en pierre permet l'accès au bâtiment. Au sud de la mairie, l'église, entourée de son cimetière, est partiellement inscrite Monument historique depuis 1927 (façade ouest et clocher). Son origine remonte au 12e siècle. Elle présente en avant-choeur une tour-clocher carrée couverte d'un toit en pavillon de tuiles plates. La nef est couverte d'un toit à longs-pans de tuiles plates et le choeur d'un toit à croupes de tuiles plates. Les murs sont en maçonnerie enduite et épaulés de contreforts en pierre, sauf la tour-clocher construite en moellons de pierre apparents. Le portail en pierre se compose d'une baie en plein-cintre avec voussure et ébrasements à ressauts ornés de colonnes composites. Au sud du noyau villageois, un lavoir datant de 1866 a été construit sur les bords de la Vouge. De plan rectangulaire, il comporte un toit en compluvium en tôle soutenu par des poutrelles et des colonnettes en fer. Ses murs sont en moellons de pierre enduits avec chaînes en pierre. Une baie couverte d'un arc segmentaire et fermée par une grille permet l'accès au bassin rectangulaire en pierre de taille. En dehors du noyau villageois, la commune comprend une grande ferme isolée au sud (ferme de la Outre). Ses bâtiments sont implantés autour d'une vaste cour. La maison, de plan rectangulaire, comporte un rez-de-chaussée et deux étages dont un de comble. Son toit est à croupes et couvert de tuiles plates. Ses murs sont en maçonnerie enduite avec chaînes d'angle en pierre. Un escalier composé d'une volée double à montées convergentes et parallèles à la façade orientale distribue le premier étage.

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2011

Date de rédaction de la notice

2011

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

GRAHAL

Cadre de l'étude

Pré-inventaire

Typologie du dossier

Présentation de la commune

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Bourgogne - Service Patrimoine et Inventaire 17, bd de la Trémouille BP 23502 - 21035 Dijon cedex - 03.80.44.40.55

1/6
village
village
© Région Bourgogne - Inventaire général ; © Association pour les Climats de Bourgogne ; © GRAHAL
Voir la notice image