Présentation de la commune de Villers-la-Faye

Désignation

Titre courant

Présentation de la commune de Villers-la-Faye

Localisation

Localisation

Bourgogne-Franche-Comté ; Côte-d'Or (21) ; Villers-la-Faye

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Bourgogne

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Climats du vignoble de Bourgogne

Description

Commentaire descriptif de l'édifice

Située à 11 km au nord de Beaune et à 31 km au sud-ouest de Dijon, la commune de Villers-la-Faye compte 401 habitants (recensement INSEE 2008) pour une superficie de 5,84 km². Elle est limitrophe de Meuilley au nord, de Marey-lès-Fussey au nord-ouest, d'Echevronne à l'ouest, de Magny-lès-Villers au sud, de Corgoloin au sud-est, de Comblanchien à l'est et de Chaux au nord-est. Villers-la-Faye est traversé d'est en ouest par la RD 115 et du nord-est au sud par les RD 115j et c.Villers-la-Faye est implanté en fond de vallée (autour de 350 m d'altitude), la partie la plus ancienne s'étendant à l'est, au pied du Mont Saint-Victor (394 m), la partie la plus récente à l'ouest se développant quant à elle sur les coteaux. Le village est majoritairement entouré de parcelles de vignes, mais également de terres agricoles sur le reste du plateau à l'est. Aux extrémités nord, ouest et est (combe des As) du territoire communal, ainsi que sur le Mont Saint-Victor, la forêt domine. Le village est visible dans le paysage mais aucun élément ne s'en détache. Le tissu urbain est groupé et se structure autour d'une rue traversante (Grande Rue/ RD 115) orientée nord-sud et de plusieurs rues transversales desservant plusieurs îlots. Cette artère principale, ponctuée par deux places (place de la Mairie et place des Tilleuls), se prolonge ensuite vers le nord-ouest, en épousant le creux du vallon, et dessert les zones pavillonnaires. Le noyau ancien présente une densité relativement modérée du fait de la présence de nombreuses cours qui aère le tissu. Cependant, la fermeture de la plupart d'entre elles par des murets, ou l'alignement des édifices sur rue créent une continuité de façade dans certaines voies (Grande Rue, rue de Chaux) donnant ainsi l'impression d'une densité plus importante. A l'exception des places (place des Tilleuls, place de la Mairie) et de quelques portions de rues munies de trottoirs, la chaussée est le plus souvent bordée d'une rigole d'écoulement des eaux et de bas-côtés étroits, voire inexistants. La place de la Mairie, de forme triangulaire, présente un plan légèrement incliné revêtu de dalles gravillonnées avec des petites marches disposées en hémicycle autour d'une fontaine composée de pierres percées encastrées dans un muret en béton. Plantée de deux arbres, elle possède un banc en pierre et une fontaine à main en fonte. La place des Tilleuls, au croisement de la Grande Rue et de la route de Magny, présente de larges accotements couverts de gravillons roses et de places de stationnement en bitume. Plantée d'arbres, elle possède quelques bancs, ainsi que des lampadaires et des rigoles d'écoulement des eaux pavées disposées de part et d'autre de la chaussée. Les extensions pavillonnaires à l'ouest, sous forme de lotissement, présentent un tissu plus lâche et une trame viaire plus rectiligne. La chaussée est bordée de trottoirs en bitume. Le bâti est en grande majorité agricole ou viticole. Il s'implante sur un parcellaire de tailles et de formes variées. Les ensembles bâtis s'implantent le plus généralement soit à l'arrière d'une cour, soit autour de celle-ci. Dans le premier cas, les maisons sont parfois mitoyennes (rue de Chaux, rue du Château). Dans le second cas, les parties d'habitation (maison ou logis avec dépendances accolées) sont indifféremment disposées en fond de cour et parallèlement à la rue, ou en front de voirie et perpendiculairement à la rue. Les bâtiments comprennent généralement un rez-de-chaussée et un ou deux étages ; le dernier pouvant être de combles ou en surcroît. La plupart des maisons possèdent un escalier hors oeuvre, généralement parallèle à la façade, et qui dessert le logis à l'étage, le rez-de-chaussée étant le plus souvent occupé par un cellier. La maçonnerie enduite est dominante en termes de mise en oeuvre et les toits sont majoritairement à longs-pans et couverts de tuiles mécaniques. Quelques maisons présentent cependant un aspect plus citadin et cossu avec leur toit à croupes g énéralement couvert d'ardoises et la présence de quelques modénatures (chaînes d'angles feintes, encadrement des baies en pierre, bandeaux et corniches en pierre…). Si l'ambiance chromatique est assez variée avec des teintes blanche, beige, grise ou ocre, le bâti présente des séquences relativement homogènes limitant l'impression de disparité à quelques tronçons de rues. Le noyau villageois abrite plusieurs édifices qui méritent d'être signalés. Tout d'abord, l'ancien château (rue du Château) est partiellement inscrit Monument historique depuis 1925. Composé de plusieurs corps de bâtiment implantés autour d'une cour carrée sa construction remonte au 15e siècle. Il possède notamment une galerie en pans de bois soutenue par des colonnes en pierre, des baies à meneaux et une tour ronde en moellons de pierre apparents au sud-ouest. La mairie, ensuite, se compose d'un premier corps de bâtiment rectangulaire, construit en 1910, comprenant un rez-de-chaussée et deux étages dont un de combles. Il est couvert d'un toit à longs-pans de tuiles plates. Ses murs en maçonnerie enduite sont percés de baies rectangulaires et ornés de bandeaux, d'une corniche et de chaînettes d'angle en pierre. Un édicule comportant une horloge et une cloche couronne la façade nord. A l'ouest le long de la Grande Rue, un second corps de bâtiment rectangulaire portant l'inscription « MAISON COMMUNE / MDCCCCIV » comprend une cave, un rez-de-chaussée et deux étages dont un de combles. Le toit est à croupes et couvert d'ardoises. Les murs sont en maçonnerie enduite avec un soubassement en moellons de pierre apparents sur la façade ouest. Les baies sont rectangulaires et parfois jumelées et une descente de cave en arc segmentaire est pratiquée sur la Grande Rue. La façade ouest est décorée de chaînes d'angle, de bandeaux et de corniches en pierre ainsi que d'arcs ornementaux en briques. L'église, enfin, présente un plan basilical. Le portail est constitué d'une porte à double vantaux encadrée de pilastres et surmontée d'un fronton triangulaire en pierre. Une tour-clocher carrée, surmontée d'un toit en pavillon couvert d'ardoises, couronne l'ensemble de la façade occidentale. La nef et le choeur, comprenant respectivement deux et une travée, sont couverts de toits à longs-pans de tuiles mécaniques. Les murs en maçonnerie enduite sont percés de baies en plein cintre ou rectangulaires. A l'écart du noyau villageois, sur les hauteurs du Mont Saint-Victor se situent le cimetière et la chapelle du Mont. De cette ancienne église, inscrite Monument historique depuis 1925, il ne reste que la partie orientale avec l'abside en cul de four (époque romane) et la tour-clocher carrée rebâtie au 15e siècle. Le monument aux morts est implanté à proximité du cimetière sur le Mont Saint-Victor. Enfin, isolé au nord du village en bordure de la route de Marey, un établissement scolaire a récemment été édifié avec des aménagements visant à assurer l'accès au site (aire de stationnement, desserte pour les transports scolaires…). L'édifice couvert en partie par un bardage en bois est de faible hauteur (un rez-de-chaussée et un étage) et couvert de toits-terrasses.

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2011

Date de rédaction de la notice

2011

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

GRAHAL

Cadre de l'étude

Pré-inventaire

Typologie du dossier

Présentation de la commune

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Bourgogne - Service Patrimoine et Inventaire 17, bd de la Trémouille BP 23502 - 21035 Dijon cedex - 03.80.44.40.55

1/4
maisons
maisons
© Région Bourgogne - Inventaire général ; © Association pour les Climats de Bourgogne ; © GRAHAL
Voir la notice image