Présentation de la commune de Chaux

Désignation

Titre courant

Présentation de la commune de Chaux

Localisation

Localisation

Bourgogne-Franche-Comté ; Côte-d'Or (21) ; Chaux

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Bourgogne

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Climats du vignoble de Bourgogne

Description

Commentaire descriptif de l'édifice

Située à 15 km au nord de Beaune et à 28 km au sud de Dijon, la commune de Chaux compte 408 habitants (recensement INSEE 2008) pour une surface de 7,04 km². Elle est limitrophe de Villars-Fontaine au nord, de Meuilley au nord-ouest, de Villers-la-Faye au sud-ouest, de Comblanchien au sud-est, de Premeaux-Prissey à l'est et de Nuits-Saint-Georges au nord-est. Elle est desservie au sud et à l'est par la RD 8 qui rejoint Nuits-Saint-Georges et par deux routes secondaires au nord et au sud. Le village est implanté au centre du territoire communal, sur un plateau s'élevant entre 350 et 400 m, limité à l'est par la côte viticole et au nord et à l'ouest par les vallées du Meuzin et du ruisseau du Lieu Dieu (entre 265 et 300 m d'altitude). L'est du territoire communal est occupé par un plateau agricole (vignes, champs et pâturages) alors que la partie ouest (Montagne de Montlissard culminant à 432 m) est couverte de forêt tout comme le flanc de la vallée du Meuzin au nord où se situe une carrière de calcaire encore en activité. Le site étant relativement plat, le village est visible dans son ensemble mais, la hauteur des constructions étant relativement homogène, seule la tour-clocher de l'église se dégage de façon notable. Le tissu urbain du village est groupé autour de deux îlots délimités, respectivement, par les rues Fontenotte, des Cerdes, Monument du Canon, de la Serrée et des rue Robert, des Marronniers et Monument du Canon. Il se structure autour de quatre voies principales de circulation. Ces rues convergent vers la place de la Mairie formant ainsi un point de centralité renforcé par la proximité de l'église entourée du cimetière. Des extensions pavillonnaires (lotissements) se développent au nord et au sud du noyau historique, et de façon plus ponctuelle à l'ouest. La trame viaire est légèrement sinueuse et les accotements sont délimités par des trottoirs généralement en terre et graviers, plus rarement revêtus d'un enrobé rouge, et des caniveaux pour drainer les eaux. Le parvis de la mairie a été réaménagé récemment et se distingue par l'emploi d'accotements pavés, de quelques arbres et de parterres de fleurs. A l'est de l'édifice, un petit square avec quelques arbres accueille le monument aux morts qui se dressait précédemment au sud de la mairie et formait un carrefour giratoire. Le croisement des rues Robert et Monument du Canon est souligné par un aménagement spécifique constitué d'un îlot central enherbé avec deux arbres, un calvaire et une fontaine à roue en fonte. Entre ces deux croisements, se situent quelques places de stationnement. La place des Marronniers, de forme triangulaire, se compose : au nord, d'une esplanade enherbée avec quelques arbres, des bancs et un cheminement piéton en gravier ; au centre, de la salle communale ; et au sud, à l'emplacement d'une ancienne mare, d'une vaste esplanade en terre et graviers agrémentée de bancs, de parterres de fleurs et de marronniers et autour de laquelle des places de stationnement ont été aménagées. Le village présente un bâti en grande densité et les parcelles sont dans l'ensemble assez grandes et de formes variées. Deux types d'implantation du bâti sont récurrents. Le premier est constitué d'ensembles mitoyens implantés parallèlement à la rue soit à l'alignement (côté est de la place des Marronniers) soit en retrait avec cour au-devant (côté ouest de la rue Robert). Le deuxième type se compose d'un bâtiment principal ou d'un ensemble de logis mitoyens implanté perpendiculairement à la rue avec cour au-devant dans laquelle se situent souvent des dépendances (rue Monument du Canon). La majeure partie du bâti du noyau historique présente des caractéristiques viticoles ou agricoles. On dénombre ainsi trente maisons avec cellier en rez-de-chaussée et logis à l'étage desservi par un escalier en façade. Ces maisons sont le plus souvent étroites et mitoyennes. Quelques-unes cependant possèdent une dépendance accolée sous le même toit ou non. Elles semblent pour la plupart avoir perdu leur usage d'origine (logis de vigneron) pour une utilisation plus résidentielle ce qui a parfois entraîné des réhabilitations importantes (création de véranda sur le palier de l'escalier extérieur, modifications des ouvertures et des huisseries…). Quelques ensembles agricoles sur cour, de taille modeste, sont encore visibles notamment à l'ouest du village. Sur la place des Marronniers, la plupart des maisons sont mitoyennes mais sans escalier en façade et confère à cette place une ambiance plus citadine. Le gabarit des bâtiments est relativement homogène avec un rez-de-chaussée et un ou deux étages dont le dernier est souvent en surcroît avec des baies oblongues. Majoritairement, les baies sont rectangulaires et les toits sont à longs-pans et couverts de tuiles mécaniques. L'enduit (ou crépi) est dominant dans la mise en oeuvre conférant à certains ensembles mitoyens une ambiance chromatique homogène dans des tonalités blanches, beiges ou grises. Les moellons de calcaire apparents utilisés pour certains édifices présentent une teinte légèrement ocre. L'église et la mairie sont les seuls bâtiments marquant du paysage urbain. Entourée par le cimetière, l'église est située en léger surplomb de la rue. Elle présente un plan en croix latine avec une tour-clocher carrée en façade construite en moellons de pierre apparents et couverte d'un toit en pavillon en zinc. La nef de trois travées, et le transept d'une seule travée, sont couverts de toits à longs-pans. Le chevet d'une travée s'achève par une croupe ronde. L'ensemble est couvert de tuiles plates. Les murs en maçonnerie enduite avec chaînes d'angle en pierre sont percés de baies en plein-cintre et d'oculi. La mairie, de plan en T, possède un niveau de soubassement en moellons de pierre apparents, un rez-de-chaussée surélevé et deux étages dont un de combles. Les toits sont à croupes ou à deux pans couverts de tuiles plates. Les murs sont construits en maçonnerie enduite avec bandeaux en pierre et les baies sont rectangulaires ou à arc segmentaire. La travée centrale de la façade est, surmontée d'un fronton-pignon, présente un léger avant-corps encadré de chaînes d'angle en pierre de taille. En dehors du noyau villageois, la commune comprend quelques éléments isolés, notamment une cabotte au sud en bordure de la voie communale n°2 dite de Villers-la-Faye. De plan circulaire, elle est construite en moellons de pierre sèche apparents et couverte d'un toit en coupole de laves. Enfin, selon une enquête de l'inventaire réalisée en 1990, la commune compte trois lavoirs, mais un seul a été repéré sur la voie communale n°5 au nord du village. De plan rectangulaire, il comporte un toit à deux pans couvert de tuiles mécaniques. Ses murs sont en moellons de pierre enduits. Il est ouvert sur un de ses côtés et son bassin en pierre de taille est placé en dessous du niveau du sol.

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2011

Date de rédaction de la notice

2011

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

GRAHAL

Cadre de l'étude

Pré-inventaire

Typologie du dossier

Présentation de la commune

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Bourgogne - Service Patrimoine et Inventaire
17, bd de la Trémouille BP 23502 - 21035 Dijon cedex - 03.80.44.40.55

1/4
village
village
© Région Bourgogne - Inventaire général ; © Association pour les Climats de Bourgogne ; © GRAHAL
Voir la notice image