Présentation de la commune de Nolay

Désignation

Titre courant

Présentation de la commune de Nolay

Localisation

Localisation

Bourgogne-Franche-Comté ; Côte-d'Or (21) ; Nolay

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Bourgogne

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Climats du vignoble de Bourgogne

Description

Commentaire descriptif de l'édifice

Située à 21,1 km au sud-ouest de Beaune et à 65,8 km au sud-ouest de Dijon, la commune de Nolay compte 1 496 habitants (recensement INSEE 2008) pour une superficie de 14,3 km². Elle est limitrophe de Cormot-le-Grand et Aubigny-la-Ronce au nord, de Saisy à l'ouest, d'Epertully au sud-ouest, de Change au sud et de La Rochepot à l'est. Nolay est traversé par la RD 973 qui permet, à l'ouest, de rejoindre Autun et, à l'est, Chagny. Elle est également traversée du nord au sud par la RD 33 et la RD 111. Le GR 7 traverse le territoire du nord au sud en passant par le centre-bourg ; le GR 137 passe au sud du centre-ville. Par ailleurs, le sentier Jean-Marc Boivin, en provenance du Cirque du Bout du Monde, rejoint le centre-ville. Nolay est implanté au fond de la vallée de la Cosanne à une altitude de 328 mètres. A l'ouest du centre-bourg coule le ruisseau de Bruyère. Malgré cette localisation, le relief alentour est très escarpé variant de 464 mètres à la hauteur du hameau de Saigey à 523 mètres pour la crête des Roches de Combeille, au nord du territoire. Cette topographie confère au site des perspectives visuelles sur un paysage diversifié alliant des parcelles viticoles, agricoles et des espaces boisés. La commune est particulièrement visible depuis le monument de Notre-Dame de la Délivrance située sur les Roches de Combeille, au nord du hameau de Cirey, sans qu'aucun élément ne se démarque du paysage. La morphologie de la commune est relativement groupée autour du noyau historique au tissu dense et resserré formant plusieurs îlots. Les développements en étoile depuis le centre ancien le long des axes de communication forment une première extension de faubourg au 18e siècle puis au 19e siècle, ainsi qu'une plus large périphérie sous forme de zones pavillonnaires et de zones d'activité. Ces diverses extensions urbaines occupent aujourd'hui une place plus importante que le centre historique. La trame viaire, étroite et sinueuse dans le noyau historique, est plus large et droite dans la première couronne de faubourgs du 18e siècle, ce phénomène s'accentuant vers la périphérie. Dans le centre historique ainsi que les faubourgs, le tissu très dense, se constitue d'un parcellaire en lanière étroit et resserré. En périphérie, les parcelles sont plus grandes et abritent un tissu lâche. Les aménagements urbains sont importants sur l'ensemble de la commune : trottoirs, écoulement des eaux, éclairage public, mobiliers urbains (bornes, bancs, signalétique), rond-point et stationnement sont installés. Toutefois, certaines rues du centre ville ont moins d'aménagements : les accotements restent en gravillons et des revêtements différents sont utilisés pour séparer l'espace piéton de l'espace automobile. Plusieurs places publiques marquent le paysage du centre-bourg. La place des Halles, située au coeur du centre ancien, accueille la Halle du 14e siècle (classée Monument historique en 1907). La place est encadrée de plusieurs bâtiments anciens (maisons médiévales à encorbellement recensées pour la plupart par l'Inventaire général de 1978), par l'église paroissiale Saint-Martin qui se distingue par l'utilisation d'une pierre granit très foncée (recensée par l'Inventaire général de 1978) et son parvis. A l'ouest, la place Monge accueille un espace uniquement à l'usage du piéton avec un revêtement pavé et quelques aménagements (bancs, fontaine, arbres). Les restaurants et les commerces implantés autour concourent à la création d'un espace de convivialité dans le tissu urbain. La place de l'Hôtel de ville, située à l'ouest du noyau historique, dans les extensions du 18e siècle, où se situe la mairie (recensée par l'Inventaire général de 1978) se compose d'une place dédiée au stationnement à l'est et d'une autre place, située à l'arrière de l'édifice, dédiée au piéton avec mobiliers urbains, platanes, espaces enherbés et aire de jeux pour les enfants. Le bâtiment de la Poste, situé au sud-ouest de cette place, se distingue par son architecture et fait l'objet d'une fiche de l'Inventaire général de 1978. Enfin, la place de l'Europe et la place Carnot, situées à l'est du noyau historique, sont des marqueurs de l'espace urbain (avec le monument Carnot comme élément de repère) et matérialisent l'entrée du centre-bourg, mais ne constituent pas un espace convivial dédié aux piétons notamment à cause du passage incessant des automobiles et de l'absence d'aménagements urbains à l'exception des stationnements. Le bâti, essentiellement mitoyen et en alignement sur la rue dans le centre ancien et les faubourgs, est à l'inverse implanté en milieu de parcelles dans les extensions urbaines. Parmi les formes architecturales qui se distinguent du noyau historique, les maisons du 16e et du 17e siècle à encorbellement sont récurrentes et font l'objet de fiches de l'Inventaire général de 1978. Les maisons de faubourgs du 18e siècle, mitoyennes et alignées sur la rue, comprenant un rez-de-chaussée et un ou deux étages dont un à surcroît et parfois une descente de cave en façade principale (dont certaines ont été recensées lors de l'Inventaire général de 1978) constituent également une forme architecturale récurrente autour du noyau historique. Les îlots au sud et au nord-est du noyau historique abritent un bâti d'origine agricole ou viticole (maisons mitoyennes sur cours ouvertes). De manière générale, les toitures sont diversifiées : toits à longs-pans et toits à croupes couverts de tuiles plates ou mécaniques. La mise en oeuvre est également variée offrant des pans de bois, du moellon de pierre calcaire, granit ou pierre de taille apparent, de la maçonnerie enduite ou crépie. Cette diversité dans l'utilisation de matériaux ne concoure pas à créer une ambiance chromatique homogène. Les hameaux situés sur le territoire communal ont un tissu urbain restreint : groupé et dense pour Quart-Joly, il est plus lâche et étalé notamment pour le hameau de Cirey. Implanté au pied des Roches de Combeille, ce dernier bénéficie d'un site d'implantation intéressant qui lui offre des perspectives visuelles sur la ville et le paysage environnant. L'ancienne abbaye, datant des 15e et 17e siècle, constitue un élément qui se distingue par son architecture et fait l'objet d'une fiche de recensement de l'Inventaire général de 1978.

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2011

Date de rédaction de la notice

2011

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

GRAHAL

Cadre de l'étude

Pré-inventaire

Typologie du dossier

Présentation de la commune

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Bourgogne - Service Patrimoine et Inventaire 17, bd de la Trémouille BP 23502 - 21035 Dijon cedex - 03.80.44.40.55

1/7
village
village
© Région Bourgogne - Inventaire général ; © Association pour les Climats de Bourgogne ; © GRAHAL
Voir la notice image