Présentation du canal de Bourgogne (canaux de Bourgogne)

Désignation

Titre courant

Présentation du canal de Bourgogne (canaux de Bourgogne)

Localisation

Localisation

Bourgogne-Franche-Comté ; Côte-d'Or (21)

Précision sur la localisation

Oeuvre située en partie sur le département : 89 ; Anciennement région de : Bourgogne

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Bourgogne

Nom du cours d'eau traversant ou bordant l'édifice

Canal de Bourgogne (le) ; Armançon (l') ; Ouche (l') ; Vandenesse (la) ; Yonne (l') ; Saône (la)

Historique

Description historique

Le canal de Bourgogne est né du désir de concurrencer le canal de Briare et de donner un essor économique à la région. Après plusieurs atermoiements concernant le tracé et les obstacles techniques liés au relief, un projet est enfin retenu en 1724. Cinquante ans sont cependant nécessaires à l'organisation de son financement : par les édits de 1773, le trésor royal décide de prendre en charge la construction du canal sur le versant Yonne, et les Etats de Bourgogne, celle du versant Saône. Entre 1775 et 1793, les travaux commencent sur les deux versants et sont arrêtés par la Révolution. En 1808, les travaux reprennent et la partie Dijon / Saint-Jean-de-Losne est ouverte à la navigation le 14 décembre. Dans la partie Yonne, entre l'embouchure du canal et Tonnerre, les terrassements étaient à peu près terminés mais les ouvrages d'art peu avancés. L'ensemble a besoin de beaucoup de réparations. En 1808, les travaux reprennent dans l'Yonne depuis l'embouchure jusqu'à l'écluse de la Maladrerie (109 du versant Yonne). En 1813, le tronçon Dijon / Pont-de-Pany est ouvert. Les travaux sont cependant interrompus de la fin de l'Empire jusqu'en 1818. En 1822, ils reprennent avec énergie, surtout après le choix définitif du point de partage à Pouilly-en-Auxois. Les ingénieurs en chef sont alors Forey, Morissey, Bonnetat, Vinard, Lacordaire. Ils sont secondés par des ingénieurs ordinaires. En 1822, le tronçon Migennes / Tonnerre est ouvert. Entre 1826 et 1832, le tunnel de Pouilly-en Auxois est percé sous la direction de Philibert Lacordaire. En 1826, la navigation est déjà ouverte depuis La Roche-Migennes jusqu'à Tanlay, puis courant octobre 1828, d'Ancy-le-Franc à Montbard. En 1832, le tronçon Pont-de-Pany/Tonnerre est ouvert et des travaux d'achèvement sont adjugés de la prise d'eau d'Ancy jusqu'à la limite du département. Le canal est pour la première fois livré à navigation dans toute son étendue en décembre 1832. Il est entièrement ouvert à la circulation le 2 janvier 1833. A partir de 1835, son alimentation en eau est notablement améliorée avec l'utilisation des réservoirs de Cercey, Panthier et Tillot, dont la construction est terminée. Les travaux sur le canal se poursuivent avec la construction des réservoirs de Grosbois et de Chazilly, puis plus tard de Pont-et-Massène, et les travaux de consolidation (1832-1843). Entre 1878-1882, suite à la loi dite Freycinet, tous les sas d'écluse sont allongés pour faire passer des péniches à plus grande capacité. Dans le même temps, les tranchées sont élargies pour le passage des chevaux de halage. Pour davantage de précisions : http://canaux.region-bourgogne.fr/bourgogne/histoire/introduction/.

Description

Commentaire descriptif de l'édifice

Long de 242 kilomètres, le canal de Bourgogne relie la ville de Saint-Jean-de-Losne (21) à Laroche-Migennes (89), en passant par Dijon, Montbard ou encore Tonnerre. Il traverse deux départements, la Côte d'Or et l'Yonne. Le bief de partage est situé à Pouilly-en-Auxois : il est à la ligne de partage des bassins de la Seine et du Rhône. Il est ponctué par 189 sites d'écluse. Il est alimenté par 6 réservoirs et par des prises d'eau dans les rivières voisines. Les réservoirs sont alimentés par des cours d'eau naturels ou par des rigoles de remplissage. Au-delà du simple linéaire, le canal de Bourgogne a une incidence sur l'ensemble du réseau hydraulique de la région. Le plus long de ses biefs fait 10,45 kilomètres (bief 13 du versant Yonne) ; le plus court, 210 mètres (bief 37 du versant Yonne). La largeur de la cuvette du canal est généralement de 9 à 10 mètres au plafond, et de 17,5 mètres à 18 mètres à la ligne de flottaison. Dans le département de la Côte-d'Or, il existe plusieurs parties du canal en tranchées. Les digues du canal, ainsi que celles des rigoles de remplissage et d'alimentation sont bordées d'une ou plusieurs lignes de plantations. Pour davantage d'information : http://canaux.region-bourgogne.fr/bourgogne/.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété publique

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2011

Date de rédaction de la notice

2011

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Lestienne Cécile, Malherbe Virginie, Lallement Aurélie

Cadre de l'étude

Enquête thématique régionale (canaux de Bourgogne)

Typologie du dossier

Dossier de l'aire d'étude

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Bourgogne - Service Patrimoine et Inventaire
17, bd de la Trémouille BP 23502 - 21035 Dijon cedex - 03.80.44.40.55

1/6
présentation du canal de Bourgogne (canaux de Bourgogne)
présentation du canal de Bourgogne (canaux de Bourgogne)
© Région Bourgogne - Inventaire général
Voir la notice image