Partie de voie navigable, dite tranchée du Creusot (canal de Bourgogne)

Désignation

Dénomination de l'édifice

Voie navigable

Appelation d'usage

Partie de voie navigable dite tranchée du Creusot

Titre courant

Partie de voie navigable, dite tranchée du Creusot (canal de Bourgogne)

Localisation

Localisation

Bourgogne-Franche-Comté ; Côte-d'Or (21) ; Saint-Thibault

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Bourgogne

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Bourgogne

Lieu-dit

Bief 13 du versant Yonne

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

Isolé

Nom du cours d'eau traversant ou bordant l'édifice

Canal de Bourgogne

Partie constituante non étudiée

Borne

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1er quart 19e siècle, 2e quart 19e siècle, 4e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1812, 1833, 1878

Commentaires concernant la datation

Daté par travaux historiques, daté par source

Description historique

Bief creusé à partir de 1812 d'après le devis de l'ingénieur Charles Forey (Archives départementales de la Côte-d'Or, XIII S 1 a / 10 bis). Il comporte une partie en tranchée profonde dont les murs ont été achevés à partir de 1833. Adjugés à Claude Monniot, de Marey-sur-Tille, et Nicolas Garnier, de Is-sur-Tille, les travaux sont terminés après 1841 par Claude Leblanc, de Dijon (Archives départementales de la Côte-d'Or, XIII S 1 a / 15). Deux gares d'évitement sont aménagées dans la tranchée à partir de 1846 par les entrepreneurs Antoine Son (remplacé après son dépôt de bilan par Constant Cuvelier et Jean Gardavanne, de Pouilly) et Alexis Breton, d'après le projet dressé par l'ingénieur ordinaire Collin en 1845 (Archives départementales de la Côte-d'Or, XIII S 1 a / 15). Suivant un projet élaboré en 1873-74 par l'ingénieur en chef Chenot, la tranchée a été élargie à partir de 1878 par Gossot, entrepreneur à Painblanc, également chargé de l'allongement des gares extrêmes qui sont portées à 80 m. "Les moellons de parement qui sont employés [...] proviennent de la carrière dite de la Croisée, située sur la commune de Braux". Suivis par les ingénieurs Bazin et Mauris, les travaux seront achevés en 1881 (Archives départementales de la Côte-d'Or XIII S 1 a / 187 et Archives nationales F14 12518). L'élargissement de la tranchée pour permettre aux bateaux de se croiser a entraîné le remaniement complet des banquettes de halage. Car dans la tranchée du Creusot qui est rectiligne et longue de 1130 m, « les haleurs peuvent s'apercevoir d'un bout à l'autre et l'existence de 3 gares permet aux bateaux de se croiser sans retards bien notables ». Mais « c'est surtout d'un point de vue de la facilité du halage que l'état de chose actuel présente de graves inconvénients. Les banquettes pavées qui règnent au fond de la tranchée ne sont accessibles qu'aux piétons et le halage par chevaux s'effectue depuis la banquette supérieure placée en certains points à 9 mètres de hauteur au dessus de l'eau [...]. Il est indispensable de ramener au fond la banquette de halage pour les chevaux en donnant 4 mètres de largeur à l'une des étroites banquettes qui existe aujourd'hui. Cette opération entraîne la reconstruction du pont en pierre de taille établi sur la tranchée pour le passage de la route n°1 » (Archives nationales, F14 12518, rapport de l'ingénieur en chef Bazin du 31 janvier 1878).

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, pierre de taille

Commentaire descriptif de l'édifice

La tranchée du Creusot est rectiligne et longue de 1130 m, deux banquettes permettaient le halage. Elle présente parfois 9 m de dénivelé. Un pont ancien doublé d'un pont moderne permet le franchissement. Garde-corps en métal le long du chemin de halage. Borne kilométrique K 139, rive gauche.

Protection

Observations concernant la protection de l'édifice

La maison possédée à Marey-sur-Tille par l'entrepreneur Claude Monniot existe toujours. Outre d'importants volumes qui témoigne de l'aisance du propriétaire, elle se signale surtout par un rare portail dont le linteau sculpté est orné en léger relief par les différents outils utilisés en menuiserie et en charpenterie (Bernard Sonnet, Un portail singulier à Marey-sur-Tille, Mémoires de la Commission des Antiquités du département de la Côte-d'Or, t. XXXV, 1987-1989, p. 345-352).

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété publique

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2007 ; 2011

Date de rédaction de la notice

2008 ; 2011

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Inguenaud Virginie, Lestienne Cécile, Malherbe Virginie, Lallement Aurélie

Cadre de l'étude

Enquête thématique régionale (canaux de Bourgogne)

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Bourgogne - Service Patrimoine et Inventaire 17, bd de la Trémouille BP 23502 - 21035 Dijon cedex - 03.80.44.40.55

1/5
Partie de voie navigable, dite tranchée du Creusot (canal de Bourgogne)
Partie de voie navigable, dite tranchée du Creusot (canal de Bourgogne)
© Région Bourgogne - Inventaire général
Voir la notice image