Hôpital ; aujourd'hui maison

Désignation

Dénomination de l'édifice

Hôpital

Destination actuelle de l'édifice

Maison

Titre courant

Hôpital ; aujourd'hui maison

Localisation

Localisation

Bourgogne-Franche-Comté ; Côte-d'Or (21) ; Laignes ; Petite rue de la maison Dieu

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Bourgogne

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Laignes

Canton

Laignes

Adresse de l'édifice

Petite rue de la maison Dieu

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Partie constituante non étudiée

Grotte de Lourdes, oratoire

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1894, 1903

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Auteur de l'édifice

Guénon (architecte)

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Description historique

Une ancienne fondation existait à Laignes sous l'ancien Régime, dont il ne reste plus que la chapelle (étudiée, IA00063000). En l'an IX, il n'y avait plus dans la commune qu'un service de soins à domicile. L'activité hospitalière reprend grâce au legs de Melle Mélanie Frays en 1891 et l'hospice est installé en 1894. Des travaux ont lieu surtout entre 1903 et 1909 (communs construits par Guénon, architecte à Châtillon-sur-Seine, 1909). En 1910, l'hôpital a un médecin attitré, le docteur Le Moal et le service des soins est assuré par les trois soeurs de l'ordre du Divin Rédempteur, d'Epinal et Niederbronn. L'hospice, qui reçoit son règlement en 1909, faisait aussi fonction d'hôpital rural et avait une activité de maternité. En 1938, dans le contexte de l'application du décret-loi du 30 octobre 1935, l'hôpital, qui comprend deux salles de trois lits, échappe de peu à la fermeture. Ne répondant plus aux normes sanitaires, il a été fermé dans les années qui ont suivi la fin de la seconde guerre mondiale (présence de photographies anciennes datées de 1950, 1953 et d'un carnet daté de 1950 dans la chapelle du jardin). Le bâtiment a été vendu et le nouvel établissement, une maison de retraite (étudiée, IA21000873) , a été construit entre 1972 et 1980.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Pierre, enduit

Matériaux de la couverture

Ardoise

Typologie de plan

Plan rectangulaire régulier

Description de l'élévation intérieure

Rez-de-chaussée, 1 étage carré, étage de comble

Typologie de couverture

Toit à longs pans, toit à deux pans, toit en pavillon

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier demi-hors-oeuvre

Couverts ou découverts du jardin de l'édifice

Bois de jardin

Commentaire descriptif de l'édifice

L'ancien hôpital de Laignes consiste en un corps de logis flanqué, sur la façade postérieure d'une aile en retour flanquée à son extrémité d'une tour et sur la façade antérieure, d'une avancée qui abrite l'escalier en demi-hors-oeuvre et d'une véranda. Des bâtiments annexes, jouxtant le corps de logis principal, complètent cet ensemble. Dans le jardin, devant la façade antérieure, un oratoire en brique et brique vernissée abrite une grotte de Lourdes. Le corps de logis principal et l'aile en retour ouvrent sur une cour et sur la grille de l'entrée principale. A l'intérieur, l'édifice a gardé une grande partie de son décor d'origine, fait dans le style éclectique pour l'entrée, les pièces du rez-de-chaussée sauf la salle qui jouxte la cuisine et pour quelques pièces du premier étage. Les chambres sont numérotées jusqu'à 9. Au rez-de-chaussée, une entrée pavée de marbre rose et blanc, ouvre sur 4 portes donnant accès, à droite, à deux bureaux lambrissés et à plafonds à caissons. Le premier bureau en entrant à droite a une cheminée et un miroir. Ses lambris sont marquetés de motifs d'étoiles. Sur la gauche, une grande salle dont les deux portes sont encadrées de deux pilastres de style éclectique (néo-Renaissance et néo-classique). Au fond de cette aile, la cuisine et une salle lambrissée dont les panneaux peints comportent des pilastres cannelés et des décors de vases antiques. Au premier étage, l'escalier en vis débouche sur une grande salle et une série de chambres. Tout est lambrissé, sculpté dans le goût néo-Renaissance et la dernière pièce, à laquelle on accède par un couloir, comporte un plafond peint bleu, à frise de motifs géométriques sur le pourtour. A l'extérieur, sur la façade postérieure, des portes sculptées d'emblêmes (travaux des champs, architecture) et de deux monogrammes, C et B.

Protection

Observations concernant la protection de l'édifice

L'intérêt de l'édifice réside dans le fait qu'il ait gardé son décor intérieur et la plupart des dispositions d'origine qui illustrent parfaitement le type de fondation hospitalière privée en vogue aux 19e et début du 20e siècle dans les bourgades rurales. Ces hôpitaux ruraux, très généralistes, abritaient des fonctions médicales de base et jouaient un rôle de premier plan dans la bienfaisance locale, depuis les lois d'assistance mises en place par la 3e République.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2003

Date de rédaction de la notice

2004

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Le Clech-Charton Sylvie

Cadre de l'étude

Enquête thématique régionale (patrimoine hospitalier)

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Bourgogne - Service Patrimoine et Inventaire 17, bd de la Trémouille BP 23502 - 21035 Dijon cedex - 03.80.44.40.55

1/24
hôpital ; aujourd'hui maison
hôpital ; aujourd'hui maison
© Région Bourgogne - Inventaire général
Voir la notice image