Hôpital Saint-Nicolas ; aujourd'hui maison de retraite

Désignation

Dénomination de l'édifice

Hôpital

Vocable - pour les édifices cultuels

Saint-Nicolas

Destination actuelle de l'édifice

Maison de retraite

Titre courant

Hôpital Saint-Nicolas ; aujourd'hui maison de retraite

Localisation

Localisation

Bourgogne 21 Pouilly-en-Auxois

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Pouilly-en-Auxois

Canton

Pouilly-en-Auxois

Adresse de l'édifice

Général de Gaulle (avenue)

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e quart 19e siècle, 3e quart 19e siècle, 1er quart 20e siècle, 4e quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1837, 1851, 1861, 1862, 1903, 1911, 1977, 1986

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Auteur de l'édifice

Sirodot Auguste (architecte)

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Description historique

L'établissement actuel prend la suite d'un hôpital de trois lits, situé près de l'église, fondé entre 1696 et 1722. En 1836, les bâtiments de ce premier hôpital tombent en ruine, un projet de reconstruction dû à Lacordaire, fait l'objet de remarques négatives par le conseil des bâtiments civils et l'hospice réservé aux ouvriers du canal a été fermé. La commune achète donc un nouveau terrain et Auguste Sirodot, architecte de Dijon, reconstruit l'hôpital dans le style néo-classique, entre 1837 et 1842. C'est un bâtiment sur caves voûtées, de plan symétrique comprenant, au rez-de-chaussée, autour d'un avant corps central abritant le vestibule et l'escalier, à gauche, la cuisine, la lingerie et la pharmacie et, à droite, deux pièces pour les consultations, la salle des soeurs et celle du conseil d'administration. Au premier étage, une salle des hommes à gauche et, à droite, une salle des femmes, chacune de 6 lits. Au bout de chacune des ailes, les sanitaires. Les dépendances et la statue de la Charité, qui devait orner la niche du corps de bâtiment central, sont soit remises à plus tard (1861-1862) , soit ajournées. La grille est posée en 1851. L'hôpital avait un jardin sur rue, avec parterre et bosquet au centre. La façade postérieure donnait sur un jardin de plan centré, composé de carrés de plantations. La chapelle, détruite après 1986, visible sur les cartes postales des années 1980, a été adjointe avant 1896. Sur le plan de 1838, un simple autel est dressé à l'étage. La salle d'opération date de 1903. Une morgue est construite en 1911. Les derniers agrandissements remontent à 1977 et 1986.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Pierre, moellon, pierre de taille, enduit

Matériaux de la couverture

Tuile plate mécanique

Typologie de plan

Plan rectangulaire régulier

Description de l'élévation intérieure

Rez-de-chaussée, 1 étage carré, étage de comble

Partie d'élévation extérieure

Élévation ordonnancée

Typologie de couverture

Toit à longs pans, toit à deux pans

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier intérieur

Couverts ou découverts du jardin de l'édifice

Bois de jardin ; pelouse

Commentaire descriptif de l'édifice

L'édifice consiste en un corps de bâtiment de sept travées et deux niveaux sous combles. La façade ancienne, en pierre de Créancey, est rythmée par deux bandeaux entre le rez-de-chaussée et l'étage carré et un avant corps en légère saillie, de pierre de taille de Tonnerre. Cet avant-corps comprend la porte d'entrée, à laquelle on accède par un perron de quelques marches, remanié en 1976-1977, surmontée d'une balustrade et d'une fenêtre cintrée, elle-même encadrée de deux pilastres d'ordre toscan. Les fenêtres du rez-de-chaussée sont de forme carrée et celles du premier étage sont cintrées. Dans l'axe de la porte d'entrée, un campanile en bois surmonté d'un dôme recouvert d'ardoise, abrite une petite cloche. La trace de l'ancien lavoir à deux bacs subsiste à droite, en contrebas, dans le jardin. Sur la façade postérieure, une légère saillie abrite les commodités et est prolongée par l'aile contemporaine terminée en 1977. Les plans de 1976 permettent de retrouver les dispositions anciennes, avec quelques changements par rapport à 1838. Au rez-de-chaussée, les bureaux abritaient le réfectoire et les cuisines. Sous l'escalier central, une lingerie, remplacée par un vestiaire. A gauche, les sanitaires correspondaient à une salle de soins, sans doute du début du 20e siècle. Au premier palier, l'actuel bureau du directeur était la salle d'opération. Au premier étage gauche, la salle de réunion abritait la salle des hommes prolongée par deux chambres pour le personnel soignant. Au premier étage, à droite, la salle de kinésithérapie était la salle des femmes prolongée symétriquement par deux chambres. Donnant sur le palier vers les combles, la chambre des veilleuses de nuit et au fond une lingerie. Le rez-de-chaussée est pavé de grandes dalles de pierre d'Is-sur-Tille. On distingue au sol deux croix de consécration qui semblent indiquer l'emplacement centré de la première chapelle. Les traces de l'ancien chauffage (calorifère) sont visibles au bas de la cage d'escalier.

État de conservation (normalisé)

Bon état

Protection

Référence aux objects conservés dans l'édifice

IM21009619

Observations concernant la protection de l'édifice

L'édifice est caractéristique des petits hôpitaux ruraux édifiés sous la Monarchie de Juillet et dédiés à l'accueil des bénéficiaires de l'aide médicale gratuite en application de toute la législation sociale du 19e siècle. Le décor intérieur d'origine n'existe plus en dehors de niches et le mobilier ancien provient du château de Mont-Saint-Jean. La grille d'entrée comportait, dans un cartouche central, l'inscription, aujourd'hui enlevée, d'hôpital. Le dossier d'archives de l'établissement est riche de plans et dessins sur les dispositions, matériaux et décors portés d'origine.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété publique

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2002

Date de rédaction de la notice

2004 ; 2011

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Le Clech-Charton Sylvie, Potier Nicolas

Cadre de l'étude

Enquête thématique régionale (patrimoine hospitalier)

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional de Bourgogne - Service Patrimoine et Inventaire 17, bd de la Trémouille BP 23502 - 21035 Dijon cedex - 03.80.44.40.55