Hippodrome de la Touques

Désignation

Dénomination de l'édifice

Hippodrome

Appelation d'usage

Hippodrome de la Touques

Titre courant

Hippodrome de la Touques

Localisation

Localisation

Normandie ; Calvados (14) ; Deauville ; boulevard Mauger ; rue Hocquart de Turtot

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Basse-Normandie

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Deauville

Canton

Trouville-sur-Mer

Adresse de l'édifice

Mauger (boulevard) ; Hocquart de Turtot (rue)

Références cadastrales

1984 AM 1 à 8, 18, 30

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Tribune du public, écurie, jardin, communs, enclos, portail, maison

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

3e quart 19e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

1er quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1864

Commentaires concernant la datation

Daté par travaux historiques, date portée, daté par source

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par travaux historiques, signature

Description historique

Située dans une région spécialisée depuis le début du 19e siècle dans l'élevage du cheval de demi-sang et de pur-sang, Deauville a offert au duc de Morny, grand promoteur de réunions hippiques, l'opportunité de créer un hippodrome. De telles réunions étaient organisées depuis longtemps déjà dans d'autres stations, comme Dieppe, mais c'est véritablement à Deauville, qu'elles font l'objet d'aménagements spécifiques et que l'hippodrome s'inscrit au nombre des équipements d'une station de bord de mer. Prévu dès 1860 sur le plan d'urbanisme, les premières courses s'y déroulent dès le lendemain de son inauguration, le 13 août 1864, et s'imposent comme l'événement sportif et mondain de la saison estivale. Détenu par la Société Civile de Deauville, dont Morny, Donon et Olliffe étaient les principaux actionnaires, l'hippodrome de la Touques devient en 1865, à la mort de Morny, la propriété de Castor et Mauger. Dès sa création, il bénéficie de l'appui de la Société d'encouragement du cheval français, fondée à Caen en 1864. En 1865, est créée la Société des courses de Deauville, présidée par le vicomte Paul Daru. Réorganisée en 1888, elle prend la forme d'une société anonyme en 1908. Les premières tribunes sont construites en 1864 par l'architecte Saint-Germain, auteur de l'hippodrome de Vincennes, assisté de l'architecte Callenge. En 1870, l'établissement est doté d'une piste circulaire supplémentaire de 2000 mètres et d'une piste droite de 1400 mètres. A partir des années 1880, un terrain de polo est aménagé au centre du champ de courses. Le pavillon des balances, construit en 1890 d'après les plans de l'architecte trouvillais Delarue, est agrandi en 1913. Cette même année, le paddock est redessiné par l'architecte-paysagiste Thouret, la piste droite de 1400 mètres est rallongée de 200 mètres, l'entrée principale boulevard Mauger est déplacée rue Hocquart de Turtot, où est aménagé un "vestiaire à voiture", et les architectes Alfred Pigny et Louis Lefranc sont chargés de concevoir les plans des nouvelles tribunes. Celles-ci sont construites en 1919, à l'emplacement des anciennes. En 1921, de nouvelles écuries et quatre maisons, Le Thym, Botton of the Hill, Les Polos et Punta Gorda, destinées à loger les propriétaires d'écuries au moment des courses, sont édifiées par Charles Adda, assisté de son fils Raymond et Navarre. En 1932, ces mêmes architectes réalisent des garages et un abri pour le polo. L'année suivante, les tribunes sont remaniées par l'architecte Patrick Le Goslès, qui réorganise également les espaces intérieurs et aménage un restaurant panoramique sur le toit.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Béton armé, brique

Commentaire descriptif de l'édifice

Bordé à l'ouest par la rue Hocquart de Tutot et au sud par la route de Saint-Arnoult, l'hippodrome de la Touques comprend des tribunes, un pavillon des balances, des écuries et quatre maisons (Le Thym, Botton of the Hill, Les Polos et Punta-Gorda). Les premières tribunes étaient composées de gradins en bois protégés par un large auvent orné de lambrequins, soutenu par des poteaux en fonte. Inspirées de celles de Longchamp, les tribunes actuelles sont en béton armé partiellement recouvert d'un parement en brique. A l'origine, le corps central abritait un buffet, un restaurant et des pièces de service, les deux tours latérales en avant-corps logeaient les escaliers desservant les gradins, l'aile nord-ouest contenait la cuisine, la salle à manger, le salon des dames et le secrétariat, l'aile sud-est divers salons réservés au public, à la presse, aux propriétaires et aux membres du Cercle. Actuellement, ces espaces sont occupés par les bureaux du Pari Mutuel. Le pavillon des balances, construit en 1890 par l'architecte Delarue, est de style normand : pan de bois, toit à longs pans et demi-croupe, couverture en tuile plate. Les quatre maisons, de plan massé, sont en brique avec pierre en remplissage (?) , sous enduit. Deux d'entre elles, Le Thym et Botton-of-the-Hill, comprennent un rez-de-chaussée surélevé sur sous-sol, un étage carré et un étage de combles. Les deux autres, Les Polos et Punta-Gorda, comptent un rez-de-chaussée abritant des écuries et un étage carré à usage de logement. Une partie des écuries est en brique, l'autre en pan de bois.

État de conservation (normalisé)

Remanié

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1998

Date de rédaction de la notice

2004

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Tournoux Marie-Noël, Hébert Didier

Cadre de l'étude

Patrimoine de la villégiature

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Basse-Normandie - Direction de l'Inventaire général du patrimoine culturel
Abbaye aux Dames - Place Reine Mathilde BP 523 - 14035 Caen Cedex - 02.31.06.97.33