Maison de commerçant

Désignation

Dénomination de l'édifice

Maison

Genre du destinataire

De commerçant

Titre courant

Maison de commerçant

Localisation

Localisation

Provence-Alpes-Côte d'Azur ; Bouches-du-Rhône (13) ; Marseille 16e arrondissement ; 37 rue Le-Pelletier

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Grand Projet de Ville, l'Estaque-les Riaux

Lieu-dit

Estaque-Gare (quartier de l')

Adresse de l'édifice

Le-Pelletier (rue) 37

Références cadastrales

1978 Estaque E 80

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Jardin, lavoir, mur de clôture, boutique

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e quart 19e siècle, 4e quart 19e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

2e moitié 20e siècle

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Icart Marie-Magdeleine (commanditaire), Sacoman Joseph (commanditaire)

Description historique

Un terrain de cent cinquante mètres carrés démembrés de la proprieté Silvy de 1827, est vendu en 1845 par Jullien, mandataire de Daumas, à Marie-Magdeleine Icard, veuve Icard, laquelle fait construire en 1848 une maison (cadastre). Celle-ci est frappée d'alignement dans les années 1880. Elle appartient alors à Magdeleine-Pauline-Constantine Icard, épouse de Joseph Sacoman, qui fait refaire la façade, ou reconstruit la maison en 1887. Ce qui banalise le bâtiment et l'inserre visuellement dans l'ensemble des maisons d'industriels tuiliers ses voisines. Des transformations, vraisemblablement dans le 4e quart du 20e siècle, ont supprimé la boutique au rez-de-chaussée, selon un phénomène très récurrent dans la rue Le-Pelletier qui a perdu son caractère de rue commerçante principale avec l'arrêt des activités industrielles.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Maçonnerie, enduit

Matériaux de la couverture

Tuile creuse

Description de l'élévation intérieure

Rez-de-chaussée, 1 étage carré

Typologie de couverture

Toit à deux pans

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier droit

Commentaire descriptif de l'édifice

Un plan dressé lors de la mise en alignement montre une maison d'un étage sur rez-de-chaussée et cave avec en rez-de-chaussée donnant sur rue, une boutique et un couloir d'où un escalier droit à quart tournant dessert l'étage où sont les chambres. Côté jardin, cuisine et salle à manger donnent sur une terrasse. Dans le jardin, lavoir et puits. Lors de sa réfection, le traitement des façades reprend le vocabulaire de la maison d'industriel voisine (Référence IA13001325) avec la même différence de traitement entre façade antérieure (trame de façade en pierre de taille) et façade sur jardin (encadrement de baies en briques). La maison a été modifiée par la suppression de la boutique du rez-de-chaussée et le percement d'une nouvelle porte. Un haut mur de clôture en tuile isole la maison de ses voisines, rappellant sans doute son histoire singulière alors que sur rue, elle s'inscrit dans la continuité stylistique de ses voisines.

Protection

Observations concernant la protection de l'édifice

Exemple de maison isolée sur un terrain situé dans un angle de propriété, juste avant que ne soit fait un lotissement en lisière de voie. La maison monofamiliale avec boutique au rez-de-chaussée est un modèle représenté dans cette première phase d'urbanisation le long de la rue Le-Pelletier, tant dans le lotissement Crillon voisin (parcelle E 73, maison Veran par exemple), que sur la lisière nord de la rue Le-Pelletier entre la traverse Bovis et la traverse de l'Harmonie. £Cette maison semble avoir été construite l'année même du mariage de Magdeleine-Pauline-Constantine Icard, tailleuse, fille de Claude Icard, patron de madrague (décédé en 1819) et Marie Thérèse-Félicité-Carvin avec Joseph Sacoman, fabricant tuilier, fils de Laurent Sacoman et de Marie-Magdeleine Maunier (descendante Ginac). S'agit-il d'une construction liée à la création d'un nouveau ménage ? Sur les recensements de 1856, 1872 et 1886 apparaît une famille Joseph Sacoman, fabricant tuilier et son épouse Icard, Madeleine ou Constantine, épicière, puis mercière et leurs enfants Ernest, commerçant en 1886, François ou Marie, tuilier en 1886 et Anne ou Anaïs mercière en 1886. La même famille possède d'autres maisons dans le quartier (Référence IA13000890 ; Référence IA13000928 ; Référence IA13001325 et sans doute d'autres non étudiées).

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2002

Date de rédaction de la notice

2012

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Fuzibet Agnès, Gontier Claudie

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Direction Culture et Patrimoine - Service de l'Inventaire général du patrimoine culturel Grand Horizon, 11-13 boulevard de Dunkerque, 13002 Marseille - 04 88 10 76 66