Lotissement de colonisation dit lotissement Laugier-Crillon

Désignation

Dénomination de l'édifice

Lotissement

Précision sur la dénomination de l'édifice - hors lexique

Lotissement de colonisation

Appelation d'usage

Lotissement Laugier-Crillon

Titre courant

Lotissement de colonisation dit lotissement Laugier-Crillon

Localisation

Localisation

Provence-Alpes-Côte d'Azur ; Bouches-du-Rhône (13) ; Marseille 16e arrondissement ; 60 à 68 rue Le-Pelletier

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Grand Projet de Ville, l'Estaque-les Riaux

Lieu-dit

Estaque-Gare (quartier de l')

Adresse de l'édifice

Le-Pelletier (rue) 60 à 68

Références cadastrales

1819 Séon 736, 1978 Estaque H 4 à 9

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Maison, immeuble

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e quart 19e siècle, 3e quart 19e siècle

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Laugier (promoteur), Crillon Jean-Eucher-Hyppolite (promoteur)

Description historique

Jean-Eucher-Hyppolite Crillon acquiert le terrain en 1847 de Laugier, propriétaire, qui avait acheté à Carvin en 1844, une bande de terrain à la lisière sud de la parcelle F 736, dont la partie opposée est en partie expropriée par le chemin de fer. Lors du découpage de cette lisière en bordure du chemin, l'espace au nord est occupé par l'activité tuilière. A l'est, la maison Carvin (parcelle H10-11), sur laquelle viendront s'appuyer les nouvelles constructions, est déjà construite. A l'ouest la traverse Jullien (actuelle traverse du Bon-Coin) limite le fonds. Crillon revend ce terrain en deux fois : d'abord en 1852, le lot est est vendu à un maçon qui lui-même revend quelques mois après (Référence IA13001432) ; puis, en 1857, le lot ouest est vendu aux frères Ginac fabricants tuiliers à Saint-Henri, qui revendent en 1862 à des commerçants qui sont chargés de finir de payer à Crillon l'acquisition Ginac. Ces commerçants Joseph Valorino (ou Vallarino), débitant de tabac domicilié quai du port, et Jacques Basso, cordonnier, son gendre, construisent des immeubles de rapport en 1863 et 1865. Ces deux premiers immeubles lors du recensement de 1886 apparaissent sous le nom de maison Thenon (ayant été acquis de Valorino par Thenon, gendre Fenouil). Ils logent chacun huit ménages. Les locataires sont maçons, ouvriers, avec un très fort taux de population active. La famille du propriétaire réside dans l'immeuble. L'immeuble Basso est par la suite acquis par Sacoman. Autrement dit, si les premiers propriétaires sont extérieurs au quartier, les biens sont rachetés par des familles de possédants locaux.

Description

Commentaire descriptif de l'édifice

Le lotissement forme une lisière de vingt-cinq mètres de profondeur sur trente-cinq de long sur la rive nord de la rue Le-Pelletier, entre l'actuelle impasse du Bon-Coin et une maison préexistante. Il ne forme pas un îlot : les constructions adossées à ce lotissement au nord sont très postérieures et relèvent d'un autre fonds. Le lotissement est formé de cinq parcelles régulières de six mètres quarante sur vingt-cinq mètres, construites sur rue et en fond de parcelles. A l'est, une maison et un petit immeuble percé d'un porche, qui permet d'accéder aux logements et remises de fond, tandis qu'à l'ouest s'élèvent trois immeubles à trois fenêtres et trois niveaux, classiques du paysage marseillais du 19e siècle. Les rez-de-chaussée sont occupés par des commerces. La rangée de constructions de fond correspondant à ces trois immeubles est accessibles par un passage latéral donnant sur la traverse du Bon-Coin.

Commentaires d'usage régional

Portion d'îlot,lisière avec passage

Protection

Observations concernant la protection de l'édifice

Il s'agit de la première apparition dans le secteur de la construction sur deux lignes avec immeuble sur rue et immeuble en fond de parcelles, les constructions sur rue étant de statut social plus élevé que celles sur cour. Cette forme se retrouvera dans les premiers îlots du boulevard Fenouil, qui présentent aussi des similitudes par ses premiers investisseurs : des commerçants qui ne semblent pas avoir de lien dans le secteur (Référence IA13000888 ; Référence IA13004520), mêlés à des investisseurs issus de familles largement possessionnées localement mais qui ne possédaient rien sur ces axes de nouveau développement lié au chemin de fer. £Dans ce petit lotissement apparaissent les mêmes acteurs qu'au lotissement Crillon (Référence IA13001486) : le notaire Brun qui réalise la première vente en 1844, puis Crillon, lotisseur. Apparaissent en outre des intermédiaires dont nous ne décelons pas exactement le rôle - sinon d'investisseur. £Quant à la forme des bâtiments, il semble que ce soit la première apparition dans le secteur des immeubles locatifs à trois fenêtres et trois niveaux, distribués en deux appartements par étages. Cette forme d'immeuble voisine avec une forme plus maladroite qui évoque les maisons formant une partie de l'alignement sud qui lui fait face.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2003

Date de rédaction de la notice

2012

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Gontier Claudie, Fuzibet Agnès

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier avec sous-dossier

Adresse du dossier Inventaire

Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Direction Culture et Patrimoine - Service de l'Inventaire général du patrimoine culturel Grand Horizon, 11-13 boulevard de Dunkerque, 13002 Marseille - 04 88 10 76 66