Immeuble à logements dit Maison Veran

Désignation

Dénomination de l'édifice

Immeuble à logements

Appelation d'usage

Maison Veran

Titre courant

Immeuble à logements dit Maison Veran

Localisation

Localisation

Provence-Alpes-Côte d'Azur ; Bouches-du-Rhône (13) ; Marseille 16e arrondissement ; 88 à 100 boulevard Roger-Chieusse ; 2 à 14 montée des Ecoles

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Grand Projet de Ville, l'Estaque-les Riaux

Lieu-dit

Estaque-Eglise ou de l'Estaque-Plage (quartier de l')

Adresse de l'édifice

Roger-Chieusse (boulevard) 88 à 100 ; Ecoles (montée des) 2 à 14

Références cadastrales

1819 Séon 992 bis, 1978 Estaque K 236, 237, 238

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Boutique, four à pain

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e quart 19e siècle, 3e quart 19e siècle, 4e quart 19e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

2e quart 20e siècle

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Carvin Noël (promoteur), Veran Jacques (?, promoteur)

Description historique

Situés en lisière du terrain acquis en 1837 par Noël Carvin de Marie-Elisabeth Sacoman - qui avait reçu ce terrain de la succession Ginac au début du 19e siècle - ces immeubles sont sans doute les premiers établis le long du nouveau tracé du chemin de l'Estaque, qui précédemment, était situé sur l'autre rive, dans le lit du ruisseau. Au moment de leur construction, Noël Carvin, qui apparaît dans des actes notariés comme "marin" en 1837 et "ancien marin" en 1857, possède dans ce secteur une tuilerie qu'il a fait construire, vraisemblablement sur l'emplacement actuel des écoles (parcelle K 271) et qui cesse de fonctionner en 1863 (d'après le cadastre) et plusieurs petites maisons acquises de Marie-Elisabeth Sacoman. Noël Carvin semble avoir construit le premier immeuble (parcelle K 238) vers 1850, en avoir ajouté un second mitoyen avant 1865 dénommé la boulangerie (parcelle K 237). Le troisième immeuble (parcelle K 237 nord), situé au nord, est postérieur à 1882 et a peut-être été construit par Jacques Veran dont l'épouse, Louise Roux, a hérité des biens Carvin en 1870. La pointe du terrain (parcelle K236) semble avoir été construite ultérieurement, après le partage de 1892 qui crée la rue des Ecoles, vraisemblablement pour madame Laferme née Veran. Cette partie a été surélévée après 1921, date de la vente de cet immeuble par les époux Laferme-Veran.
Sur le recensement de 1886, une "maison Veran" à l'Estaque loge treize ménages regroupant soixante neuf personnes. Les chefs de famille se répartissent en six tuiliers, trois boulangers, un garde, un marin, un pêcheur cependant que les épouses se répartissent en quatre poissonnières, trois boulangères, deux ménagères, une repasseuse, une blanchisseuse et une modiste. Une autre "maison Véran" qui loge huit ménages regroupant trente-neuf personnes correspond vraisemblablement au petit alignement en retour sur la rue des Ecoles (parcelles K 267 à 270). Se trouvent là pêcheur, marin, garde-maritime, tuilier, charpentier, mécanicien. Le recensement de 1886 ne mentionne pas les employeurs.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Enduit

Matériaux de la couverture

Tuile creuse, tuile creuse mécanique, tuile plate mécanique

Description de l'élévation intérieure

2 étages de soubassement, en rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré

Typologie de couverture

Toit à longs pans, pignon couvert

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre

Commentaire descriptif de l'édifice

Sur la pente escarpée du vallon du ruisseau du Marinier, actuellement busé sous le boulevard Roger-Chieusse et la rue des Ecoles, ces immeubles sont adossés à la pente. Ils constituent un alignement d'une cinquantaine de mètres et, articulés en cinq corps de bâtiments, ils épousent la forme courbe du chemin et sans doute du dénivellé dont ils usent : les étages de soubassement sont desservis (sept portes) à partir du boulevard Roger-Chieusse, cependant que sur la montée des Ecoles s'ouvrent dix portes d'accès aux logements des rez-de-chaussée et de l'étage. Les escaliers semblent être individuels. Trois ou quatre corps de bâtiments : tous ont une hauteur similaire mais des largeurs qui s'adaptent à l'espace libre. Les immeubles sud (parcelles K 237, 238) ont des élévations couronnées de deux rangs de génoise et sont couverts de tuiles creuses, cependant que l'immeuble le plus au nord est couronné d'une corniche et couvert de tuiles plates mécaniques et a certainement été surélevé (parcelle K 236). Sur les façades des immeubles méridionaux sur le boulevard Roger-Chieusse, des traces d'anciens commerces fermés et des baies cintrées aux encadrements de briques sont visibles.

Commentaires d'usage régional

Immeuble à logements à escaliers intérieurs,immeuble à logements à accès sur façades opposées

Protection et label

Observations concernant la protection de l'édifice

Il s'agit des premiers immeubles du secteur de l'Estaque-Plage. Cet ensemble de logements est vraisemblablement le plus important construit dans ce secteur. Il est à rapprocher des immeubles Tamisier antérieurs à 1873 (non étudiés), légèrement en contrebas (parcelles K 246 et 247) élevés de deux et trois étages sur rez-de-chaussée. Ils sont aussi à rapprocher du lotissement Malleterre - qui est construit quarante ans plus tard - pour l'utilisation la pente (Référence IA13001152).

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2000

Date de rédaction de la notice

2012

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Fuzibet Agnès, Gontier Claudie

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Direction Culture et Patrimoine - Service de l'Inventaire général du patrimoine culturel
Grand Horizon, 11-13 boulevard de Dunkerque, 13002 Marseille - 04 88 10 76 66