POP

Plateforme ouverte du patrimoine

Présentation de la commune d'Escosse

Désignation

Titre courant

Présentation de la commune d'Escosse

Localisation

Localisation

Occitanie ; Ariège (09) ; Escosse

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Communauté de communes du Pays de Pamiers

Canton

Pamiers-ouest

Historique

Description historique

En 1002, par testament, Roger le Vieux, comte de Carcassonne, fait don à sa femme Adalaïs, des alleux de Bézac et d'Escosse. Dès 1007, Pierre de Carcassonne donne à Raimond son frère aîné la moitié des églises et abbayes qu'il possède, dont l'abbaye de Frédélas et 27 églises du pays de Foix, parmi lesquelles celle d'Escosse. En 1034, un alleu est également mentionné à Escosse dans les accords passés entre Pierre et son neveu Roger. En 1074, l'église d'Escosse est citée comme une ancienne abbaye qui abrite encore des sépultures de religieux : il s'agit là de la première église d'Escosse (église paroissiale primitive ?), attestée au 11e siècle au lieu-dit Saint-Arnier, extérieur à l'agglomération, au nord-est d'Escosse. Son nom proviendrait de Asnier ou Asnaire, abbé de Lézat, enterré sur place. Cette église est donnée par le Comte de Foix à l'abbaye Saint-Pons-de-Thomières (Hérault). Il est possible, par ailleurs, que la première communauté villageoise d'Escosse ait possédé sa propre église, au centre du bourg, car il est signalé que cet édifice aurait été reconstruit après les Guerres de religion au 17e siècle. En outre, Escosse est au Moyen Age le siège d'une seigneurie importante : au 13e siècle, les seigneurs de Miglos sont installés, entre autres, à Escosse. A cette même période, la famille de Villemur, unie à celle des Marquefave, ajoute à ses possessions déjà nombreuses des droits sur Escosse. En 1766, le seigneur d'Escosse avait droit de haute justice. Il détenait 5 sièges seigneuriaux à Lafitte, pourvus des trois officiers habituels : le juge, le procureur juridictionnel et le greffier. Ces officiers étaient nommés par le seigneur, mais non rémunérés : ils occupaient dans le même temps d'autres fonctions. Aucun élément ne permet de dater la formation du village, ni l'antériorité du château ou de l'église. La Carte de Cassini indique bien un château et une paroisse sur Escosse. Le plan napoléonien permet de déterminer un coeur de village fortifié, de forme trapézoïdale, dont le côté ouest était constitué par le ruisseau du Tambouret. Ce premier noyau paraît s'être étendu ensuite sur une première couronne, englobant les parcelles cultivées en lanière autour du village. Au centre, l'église occupe le côté sud d'une vaste esplanade dégagée. Après la Révolution, la ville d'Escosse était, avec les Pujols, loin derrière Bonnac cependant, le bourg le plus peuplé du territoire (472 habitants). Lié à l'histoire industrielle de Pamiers, ainsi qu'à un regain de l'activité viticole, ce nombre ne cesse d'augmenter tout au long du 19e siècle, particulièrement après 1840, jusqu'à atteindre 750 habitants en 1871. Puis, la démographie diminue régulièrement au long du 20e siècle jusqu'à la perte d'une moitié de son effectif en 1975, pour remonter depuis légèrement (environ 353 habitants aujourd'hui).

Description

Commentaire descriptif de l'édifice

Commune du Terrefort, Escosse est située à 9 Km de la ville de Pamiers. D'une surface de 1477 ha, très étendue, la commune est divisée en deux dans le sens nord-sud par l'Estrique. A l'est de cette vallée, le paysage des coteaux est accidenté avec un réseau hydrographique très peu visible. A l'inverse, à l'ouest, leurs pentes sont plus douces et de nombreux ruisseaux les traversent dans le sens sud-ouest/ nord-est. En dehors des ripisylves, quelques linéaires de haies ont été conservés. Les altitudes s'échelonnent entre 420 m à l'est, 280 m dans la vallée de l'Estrique, et s'élèvent à l'ouest jusqu'à 380 m. Le peuplement est plus dense à l'ouest, de même que les principales voies de communication. Ces dernières (R.D. 626 et D. 119) suivent le cours des ruisseaux. La D. 110, seule voie des coteaux à l'est, relie le bourg à Pamiers. Le boisement, peu important, est plus présent dans la moitié orientale de la commune, où se trouvent les plus fortes pentes. Le bourg d'Escosse s'est développé dans l'étroite plaine alluviale de l'Estrique, au sud de la confluence de l'Estrique et du petit ruisseau du Tambouret. L'habitat se répartit entre le bourg centre et différents petits hameaux ou fermes isolées et surtout localisées dans la partie ouest de la commune.

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2002

Date de rédaction de la notice

2003

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Fournier Claire ; Claeys Laurent ; Pradier Sandrine

Cadre de l'étude

Typologie du dossier

Présentation de la commune

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional Occitanie - Direction de la Culture et du Patrimoine - Service Connaissance et Inventaire des Patrimoines 22, bd Maréchal Juin 31406 Toulouse cedex 9 - Espace Capdeville, 417 Rue Samuel Morse, 34000 Montpellier - 05.61.39.62.47