Mine d'argent du Fournel (mine de plomb argentifère) : site d'extraction 19e siècle

Désignation

Dénomination de l'édifice

Mine

Précision sur la dénomination de l'édifice - hors lexique

Mine de plomb argentifère

Appelation d'usage

Site d'extraction 19e siècle

Titre courant

Mine d'argent du Fournel (mine de plomb argentifère) : site d'extraction 19e siècle

Localisation

Localisation

Provence-Alpes-Côte d'Azur ; Hautes-Alpes (05) ; L'Argentière-la-Bessée

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

L'Argentière-la-Bessée

Canton

L'Argentière-la-Bessée

Lieu-dit

Argentière-la-Bessée (près de l')

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

Isolé

Partie constituante non étudiée

Puits d'extraction, salle des machines

Nom de l'édifice

Mine de plomb argentifère dite mine d'argent du Fournel

Références de l'édifice de conservation

IA05000620

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

4e quart 18e siècle, 1er quart 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1786, 1835, 1847, 1892, 1901

Commentaires concernant la datation

Daté par travaux historiques

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

La mine médiévale est reprise par la compagnie Schlagberg en 1786, qui se contente de grapiller dans les travaux anciens. La compagnie d'Allemont entreprend des travaux plus conséquents en 1835 et ouvre la galerie de Rebaisse. En 1847 Duclos se cantonne à exploiter un filon nouvellement découvert. C'est à partir de 1851 sous la direction de Suquet que la mine se développe, occupant de 100 à 200 ouvriers pour l'extraction souterraine. Les ouvrages se développent sur 400 m en allongement et 170 m en dénivelé. Après 1874 la mine passe aux mains de compagnies anglaises. En 1879 est achevée une grande galerie d'écoulement de 600 m. En 1885 sont installés une pompe et une treuil hydrauliques.La dernière reprise au début du 20e siècle voit la mine se réorganiser au profit de cette grande galerie.

Description

Commentaire descriptif de l'édifice

L'exploitation est décomposée en nombreuses chambres d'abattage du fait du morcellement du filon par de nombreuses failles. Des galeries équipées de voies ferrées et de plans inclinés desservent ces chantiers. La sortie du minerai s'effectue par la galerie principale de Rebaisse et les galeries du Lacet et de Sainte-Barbe. Sous la Rebaisse, les travaux étaient asséchés par une pompe mue par une roue hydraulique de 5 m de diamètre ; le minerai était remonté par un treuil hydraulique. 20000 m2 de filon dépilé ; travaux étendus sur 400 m de longueur.

État de conservation (normalisé)

Désaffecté, restauré, inégal suivant les parties

Protection

Date et niveau de protection de l'édifice

1994/10/01 : inscrit MH

Intérêt de l'édifice

À signaler, site archéologique

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1998

Date de rédaction de la notice

2001

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Ancel Bruno, Marciano Florence

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Sous-dossier

Adresse du dossier Inventaire

Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Direction Culture et Patrimoine - Service de l'Inventaire général du patrimoine culturel Grand Horizon, 11-13 boulevard de Dunkerque, 13002 Marseille - 04 88 10 76 66