Croix de chemin, oratoires

Désignation

Dénomination de l'édifice

Croix de chemin, oratoire

Titre courant

Croix de chemin, oratoires

Localisation

Localisation

Provence-Alpes-Côte d'Azur ; Alpes-de-Haute-Provence (04) ; Le Fugeret

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var

Canton

Annot

Nombre d'édifices concernés par l'étude

14 repérés, 11 étudiés

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

18e siècle, 19e siècle, 20e siècle

Description historique

Les plus anciens édicules religieux (croix et oratoires) de la commune du Fugeret trouvent sans doute leurs origines dès le 16e siècle ou le 17e siècle. Sur la Carte de Provence des Ingénieurs Cartographes Militaires (1748-1778), on note déjà la présence d'une douzaine de croix ou oratoires : « Oratoire St-Joseph » aux Lunières, « Oratoire Saint-Antoine » aux Prés, « Oratoire » et croix au Col de Pelloussis, croix au moulin de Chabrières, croix au Thoron, croix à la « Fontaine de Touron », croix à l'emplacement de l'actuelle chapelle de La Béouge, croix au départ du chemin de La Béouge à Chabrières, croix à l'entrée sud des Raboulx, croix au départ du chemin d'Argenton au Mélé, croix au Villard au-dessus de ce même chemin, croix (?) à la tuilerie des Prés, oratoire au bord du chemin sous La Rouie... Le plan cadastral de 1830 est beaucoup moins riche. On y retrouve tout de même une croix de La Béouge, à l'emplacement actuel de la chapelle, une croix ou un oratoire au départ du chemin d'Argenton vers Aurent, une croix ou un oratoire au départ du chemin d'Argenton au Mélé. L'oratoire Saint-Antoine, aux Chalées, n'est pas dessiné mais le toponyme est mentionné. Cependant les constructions que l'on peut observer aujourd'hui datent du 18e siècle, du 19e siècle, du 20e siècle ou du 21e siècle. Seules deux croix (Chabrières, Le Villard) et un oratoire (Argenton) ne portent pas de dates, ils remontent sans doute à la fin du 19e ou au début du 20e siècle. La croix de Saint-Pierre porte la date de 1728, la croix des Prés celle de 1820, l'oratoire Saint-Antoine des Chalées celle de 1821, l'oratoire de La Combe celle de 1832, l'oratoire Sainte-Madeleine celle de 1835, l'oratoire du Villard celle de 1862, l'oratoire Saint-Louis des Raboulx celle de 1881, l'oratoire du Col de Pelloussis et celui du Haut-Pelloussis celle de 1904 (pour ce dernier, on remarque deux blocs déposés à côté, portant les dates de 1800 et 1859), la croix de Mission des Aires celle de 1913 et la croix de la Bastié celle de 2006.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Grès, pierre de taille

Commentaire descriptif de l'édifice

Sur la commune du Fugeret, 6 croix (La Bastié, Les Aires, Les Prés, Saint-Pierre, Le Villard, Chabrières) et 8 oratoires (Argenton, Le Villard, La Combe, Les Raboulx, Haut-Pelloussis, Col de Pelloussis, La Rouie, Les Chalées) ont été répertoriés. Sur les cinq croix, deux sont en bois (Le Villard, La Bastié), les autres possèdent un socle ou fût en pierre de taille de grès, avec une croix en ferronnerie ou en fonte. L'oratoire Sainte-Madeleine (La Rouie) est rupestre, celui d'Argenton est construit en maçonnerie de moellons, couvert en bâtière par des lauzes. Tous les autres oratoires sont en pierre de taille de grès, bouchardée, smillée ou piquetée, avec un couronnement pyramidal tronqué parfois surmonté d'une sphère monolithe (Les Chalées, Les Raboulx). Les niches sont en arc plein-cintre ou segmentaire ou bien elles sont rectangulaires. Au sommet, les croix scellées sont en fonte ou en ferronnerie. La répartition spatiale des oratoires et des croix sur le territoire communal montre que ces édicules religieux sont placés à proximité du village (Les Aires) ou des hameaux (Argenton, Les Raboulx, Chabrières), au bord des chemins (Les Prés, Le Villard, La Combe, La Rouie, Les Raboulx), à des croisements (Col de Pelloussis, Haut-Pelloussis) ou passages dangereux (La Bastié, Les Chalées), ou sur un point topographique remarquable (Saint-Pierre). Outre des fonctions de protection religieuse et/ou votives évidentes, ces édicules jouent également un rôle de bornes territoriales et de marqueurs spatiaux entre un espace domestique (le village, le hameau) et un espace sauvage.

Technique du décor des immeubles par nature

Fonderie

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2011

Date de rédaction de la notice

2012

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Laurent Alexeï

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier collectif

Adresse du dossier Inventaire

Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Direction Culture et Patrimoine - Service de l'Inventaire général du patrimoine culturel Grand Horizon, 11-13 boulevard de Dunkerque, 13002 Marseille - 04 88 10 76 66