Mairie-école

Désignation

Dénomination de l'édifice

Mairie, école primaire

Titre courant

Mairie-école

Localisation

Localisation

Provence-Alpes-Côte d'Azur ; Alpes-de-Haute-Provence (04) ; Le Fugeret ; Grande Rue

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var

Canton

Annot

Adresse de l'édifice

Grande Rue ()

Références cadastrales

1983 D 75

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

3e quart 19e siècle, 4e quart 19e siècle

Auteur de l'édifice

Guirand (maçon)

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribution par source

Description historique

Cet emplacement n'est pas bâti à l'époque du cadastre de 1830. Le 30 mars 1869, le maçon Guirand de Castellane rédige un « devis et détail estimatif pour la construction d'une maison d'école », qui sera construite « sur la place publique du Fugeret confrontant du levant la maison Moulard, du midi la place, du couchant le presbytère et nord divers propriétaires ». Elle mesurera 16,6 mètres de longueur et 6,35 mètres de largeur et sera adossée au presbytère, dont le mur mitoyen sera percé de portes pour faire communiquer les étages. La hauteur sera de 11 mètres, plus 1,5 mètres de fondations. Les murs feront 75 centimètres d'épaisseur aux fondations et 50 centimètres au comble. « Les façades devant et midi seront crépies au mortier et frottées à la palette. Celle du nord sera renfournie au mortier et frappée au balai (ou si non faite en rustique) avec couleur badigeon au goût de M. le Maire ». Elle comportera un rez-de-chaussée, deux étages et un « sous-toit ». Il y aura « deux portes en pierre de taille pour donner entrée à chaque partie du logement avec un escalier pour arriver au premier étage », les menuiseries seront en noyer. Hormis celles du rez-de-chaussée, les fenêtres seront équipées de contrevents (« abat-jours ») à persiennes, « peints en gris ainsi que toutes les portes intérieures ». Les menuiseries des fenêtres et des portes intérieures seront en « bois de pin du pays » et seront « à panneaux et à frises ». Au rez-de-chaussée sont prévus, « une salle d'école pour les garçons, un bucher pour l'Instituteur et un bucher pour l'Institutrice. Trois « croisées » éclaireront la salle de classe et une autre sera partagée entre les deux bûchers ; les fenêtres de l'école disposeront d'un vantail supérieur inclinable « afin d'empêcher que l'air vienne tomber sur la tête des enfants ». La salle d'école sera « parquettée en bois de mélèze sur toute sa surface avec les bancs nécessaires pour recevoir les garçons », les murs seront « crépis au mortier dressé à la règle et frottés à la palette et le plafond fait en plâtre avec une légère couche de mortier frotté aussi à la palette pour recevoir le blanchissage au lait de chaux à trois couches et soubassement [= plinthe] en bas ». « Les corridors seront carrelés avec des mallons [= carreaux de terre cuite] de 0,25 mètres carrés pour une épaisseur de 25 millimètres. Les buchers seront pavés avec des dalles et les murs renfournis ». L'escalier, tournant, sera construit sur une structure en chêne. Ses marches seront en « mallons trois quarts » et il possèdera une rampe en fer jusqu'au dernier étage, avec « une boule en cuivre au rez-de-chaussée ». Le premier étage sera divisé entre une « salle pour la maison commune, une salle d'école des filles et un appartement pour l'Institutrice ». Cet appartement sera éclairé par deux fenêtres et il disposera d'un évier, d'un petit cabinet attenant et d'un lieu d'aisance. La « salle de l'Amérie [= mairie] » disposera d'une cheminée et le sol sera, ainsi que dans la salle de classe, en parquet de mélèze dont les dimensions et spécificités sont définies dans le texte. Dans l'appartement et les couloirs, les sols seront en « mallons », les murs seront enduits et blanchis. Le second étage sera divisé « en trois pièces pour l'Instituteur et une pièce pour l'Institutrice, et des cabinets ». Il y aura trois cheminées. Dans l'appartement de l'instituteur, les murs seront enduits au plâtre pour recevoir une tapisserie, ailleurs ils seront enduits au mortier ; les plafonds seront enduits et blanchis. « Tout le deuxième étage sera carrelé en mallons de Salernes ainsi que l'escalier qui arrivera au sous-toit ». Cet étage de comble possèdera un plancher en « plates [= planches] » dont « on aura soin de faire sauter les arêtes supérieures et les biens bûcher de chaque côté et par dessous afin que le plâtre prenne avec plus de facilité et de solidité et espacées de trois centimètres l'une de l'autre et remplie en vide avec du plâtre afin que cela for me voute ». A tous les étages, les cloisons seront en « briques cuites », enduites et blanchies. La charpente sera à trois fermes et la toiture à longs pans et croupe sera couverte en tuile creuse, une gouttière sera installée. Il y aura une génoise à « deux rangs de tuiles creuses et trois rangs de mallons ». Un préau est également prévu, sur six piliers en pierre de taille, couvert par un toit en pavillon (longueur 8 mètres, largeur 6 mètres). Ce projet est prévu pour être mis en adjudication, avec plusieurs clauses (modifications en cours, possibilité d'imposer le travail en régie si le rythme du chantier ne paraît pas « convenable », etc.). Les lieux d'extraction ou de fabrication des matériaux nécessaires au chantier sont également précisés. Ainsi, « la chaux sera prise des fours construits dans la commune à une distance d'environ 2 kilomètres, le sable sera pris dans le ravin dit des Lunières ». Les moellons et les pierres de taille seront prises « dans le ravin dit la Vaïre à 500 mètres de distance ». Les tuiles et « mallons » seront pris dans les fabriques du Fugeret, les « mallons fins » seront pris aux fabriques de Salernes, et « le bois dans les forêts jugées convenables ». S'ensuit le devis chiffré par postes, pour un total estimé à 11 624 francs et 28 centimes, plus 230 francs d'imprévus et 270 francs d'honoraires d'architecte. Ce devis est signé et approuvé par le Maire le 22 avril 1869. En octobre 1869, le projet du préau est abandonné de manière à baisser le coût de la construction et un secours de 3600 francs est demandé. En 1889, la commune obtient un emprunt de 16 235 francs sur 30 ans pour cette construction. L'école primaire a fermé en 1991 et le rez-de-chaussée a alors été transformé en auberge ; la mairie occupe le premier étage.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, grès, moellon

Matériaux de la couverture

Tuile creuse

Description de l'élévation intérieure

Rez-de-chaussée, 2 étages carrés, étage de comble

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Toit à longs pans

Commentaire descriptif de l'édifice

La mairie-école est située à l'entrée sud du village du Fugeret. Elle comporte un rez-de-chaussée, deux étages carrés et un étage de comble. L'ensemble du bâtiment est construit en maçonnerie de moellons calcaires et de grès, les chaînes d'angles sont en pierre de taille de grès. Les élévations nord et sud portent un enduit lisse ancien, l'élévation est porte un enduit rustique ; l'élévation ouest reçoit un enduit récent avec décor peint de faux encadrements et de faux pilastres. Au premier niveau de l'élévation ouest, on remarque deux grandes portes jumelles en arc segmentaire, avec encadrement en pierre de taille de grès, flanquée d'une fenêtre avec un encadrement de même nature. Les encadrements des autres ouvertures sont façonnés au mortier de gypse, avec linteau en bois. Les anciens contrevents sont à persiennes doubles. Au centre de la façade ouest, on note une lucarne de toit qui accueille le cadran d'une horloge, et qui est surmontée d'une cloche couverte par un chapeau en tôle à lambrequins et bulbe. Le toit à longs pans est couvert en tuile creuse. L'avant-toit côté ouest est constitué de trois rangs de génoise intercalés avec un rang de carreaux de terre cuite. L'avant-toit côté est et les saillies de rive en pignon sont traités par seulement deux rangs de génoise.

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété de la commune

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2011

Date de rédaction de la notice

2012

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Laurent Alexeï

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Direction Culture et Patrimoine - Service de l'Inventaire général du patrimoine culturel Grand Horizon, 11-13 boulevard de Dunkerque, 13002 Marseille - 04 88 10 76 66