Chapelle Saint-Pons (?) puis chapelle Saint-Sauveur

Désignation

Dénomination de l'édifice

Chapelle

Vocable - pour les édifices cultuels

Saint-Pons ; Saint-Sauveur

Titre courant

Chapelle Saint-Pons (?) puis chapelle Saint-Sauveur

Localisation

Localisation

Provence-Alpes-Côte d'Azur ; Alpes-de-Haute-Provence (04) ; Le Fugeret

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var

Canton

Annot

Lieu-dit

Saint-Sauveur

Références cadastrales

1830 B 356, 1983 B2 non numérotée

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

Isolé

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

Haut Moyen Age

Siècle de campagne secondaire de consctruction

16e siècle (?), 17e siècle (?)

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Le site de Saint-Pons/Saint-Sauveur correspond à un oppidum protohistorique, dont l'occupation s'est poursuivie jusqu'à l'époque médiévale. Ainsi, un mur d'enceinte en pierre sèche fait le tour complet de la partie occidentale du plateau et l'on trouve, au sommet de l'échine rocheuse qui domine le Ravin de l'Hubac, les bases de deux bâtiments avec des élévations en petit appareil. A l'origine de la chapelle Saint-Sauveur se trouve l'ancienne église du site castral, dont les élévations en petit appareil indiquent une construction du Premier Moyen-Age. Cette église était peut-être dédiée à Saint-Pons, comme semble l'indiquer le nom de la feuille cadastrale de 1830. Cependant, la lecture des élévations de l'abside montre qu'il s'agit d'une reconstruction partielle du bâtiment initial, qui remonte peut-être au 16e siècle ou au 17e siècle. Sur la Carte de Provence des Ingénieurs Géographes Militaires, la chapelle est figurée et elle est nommée « Chapelle Saint Sauvaire ». Le cadastre de 1830 la mentionne comme « bâtiment chapelle Saint Sauveur » et elle appartient à la Commune du Fugeret. Le plan de masse correspond clairement à l'abside du bâtiment initial alors que l'espace de la nef, non figuré sur le plan cadastral mais encore contenu entre les arasement des élévations, est probablement aménagé en enclos. A noter que sur le cadastre de 1830, l'emplacement de l'actuelle Chapelle Notre-Dame de la Salette (construite en 1873) est occupé par une « terre vague » nommée « Le Chazal » (= « ruine »), qui pourrait là aussi correspondre aux restes d'un bâtiment médiéval.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Grès, moellon, petit appareil

Commentaire descriptif de l'édifice

Cette chapelle est située à quelques dizaines de mètres à l'ouest de la chapelle Notre-Dame de la Salette. Elle est construite sur les ruines d'une petite église médiévale orientée, dont ne subsistent que la base des élévations, sur un mètre de hauteur environ. La maçonnerie fait 65 cm d'épaisseur et les parements sont en petit appareil de moellons de grès équarris. Le parement extérieur de l'élévation nord a été ultérieurement doublé en maçonnerie ordinaire (ép. = 45 cm). L'emplacement de la chapelle correspond à celui de l'abside originelle de l'église. Petite, elle est de plan carré (200 cm x 210 cm), et la maçonnerie de ses élévations est en moellons de grès. Un jour ébrasé est ouvert du côté sud. L'espace de la nef (650 cm x 320 cm) paraît aménagé en enclos.

Dimensions normalisées des édicules uniquement

Dimensions extérieures de l'ensemble : longueur = 1010 cm, largeur = 450 cm

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2011

Date de rédaction de la notice

2012

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Laurent Alexeï

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Direction Culture et Patrimoine - Service de l'Inventaire général du patrimoine culturel Grand Horizon, 11-13 boulevard de Dunkerque, 13002 Marseille - 04 88 10 76 66