Prieuré de bénédictins Saint-Pierre, actuellement ferme

Désignation

Dénomination de l'édifice

Prieuré, ferme

Genre du destinataire

De bénédictins

Vocable - pour les édifices cultuels

Saint-Pierre

Destination actuelle de l'édifice

Ferme

Titre courant

Prieuré de bénédictins Saint-Pierre, actuellement ferme

Localisation

Localisation

Provence-Alpes-Côte d'Azur ; Alpes-de-Haute-Provence (04) ; Saint-Pierre

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var

Canton

Entrevaux

Lieu-dit

Château (le)

Références cadastrales

1817 A 203, 204, 208, 209, 211, 212, 1935 A1 76 à 79, 2013 A1 78, 79, 82, 81, 532, 533, 534

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

Isolé

Partie constituante non étudiée

Étable, entrepôt agricole, citerne, puits

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

16e siècle, 17e siècle, 18e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

19e siècle, milieu 20e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1673, 1768

Commentaires concernant la datation

Porte la date

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Prieuré fondé au 11e siècle, après le don des terres de Saint-Pierre de Bonvillar à l'abbaye bénédictine de Saint-Victor de Marseille qui le conserve pendant tout le Moyen Age. Les chanoines de Saint-Victor le vendent à une date indéterminée : on sait qu'au 18e siècle il appartient à des particuliers qui paient une redevance à l'abbaye. Les bâtiments actuels ne remontent pas au-delà du 16e siècle et sont plus probablement le résultat de plusieurs campagnes de reconstruction ou d'extension aux 17e et 18e siècles. Deux d'entre eux portent une date : 1673 sur une porte de l'élévation sud et 1768 à la base du passage couvert. Seul un entrepôt agricole disjoint, au sud-est de l'ensemble, n'est pas figuré sur le cadastre de 1817. L'église, ancienne église paroissiale de la commune, a été démolie en deux campagnes. Une première démolition, avant 1873, avait laissé subsister la partie attenante au cimetière. Le conseil municipal avait envisagé de la transformer en chapelle funéraire pour les enterrements. Le coût élevé des travaux a probablement empéché le projet de se réaliser. La démolition totale est intervenue quelques années avant 1926 et a été réalisée par M. Burdeze, entrepreneur à Sigale (Alpes-Maritimes). Dans les années 1940-1950, les bâtiments du prieuré, en partie ruinés, ont été restaurés ou reconstruits.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, grès, moellon sans chaîne en pierre de taille

Matériaux de la couverture

Tuile creuse, tuile plate mécanique, calcaire en couverture

Description de l'élévation intérieure

Étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, étage de comble

Typologie du couvrement

Voûte en berceau segmentaire, coupole

Typologie de couverture

Toit à un pan, toit à longs pans, pignon couvert

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier en vis, escalier dans-oeuvre : escalier tournant

Commentaire descriptif de l'édifice

L'édifice est adossé parallèlement au sens de la pente et se compose de plusieurs bâtiments accolés et d'un bâtiment disjoint. Les bâtiments comportent quatre étages : un étage de soubassement, un rez-de-chaussée surélevé, un étage carré et un étage de comble. L'étage de soubassement est occupé par des étables et des resserres, couvertes par des voûtes en berceau segmentaire. Dans la partie est se trouve un four à pain (bouche, coupole et sol en grès) et son fournil. Le rez-de-chaussée est occupé par différents logis (cuisines et chambres) qui correspondent au lotissement du bâtiment. Les murs et les plafonds sont enduits, les sols sont en carreaux de terre cuite ou en tomettes. L'étage carré et l'étage de comble ont été profondément modifiés. Ils abritaient des logis, des fenils et des séchoirs. Dans la partie est, un escalier intérieur tournant dessert tous les étages depuis l'étage de soubassement. Dans la partie ouest, on note les vestiges d'un ancien escalier intérieur précédé d'un couloir communiquant avec la base de la tour. Dans la tour, se trouve un escalier en vis qui part actuellement du rez-de-chaussée surélevé et qui dessert chaque étage grâce à des portes dont les encadrements en pierre de taille sont chanfreinés. L'ensemble est construit en maçonnerie de moellons calcaires et de grès. Les enduits sont récents. Les toits sont couverts en tuile creuse, en tuile plate mécanique et en plaques de ciment-amiante. Un puits-citerne se trouve accolé à l'élévation nord, il est alimenté par les eaux de pluies collectées sur la toiture ainsi que par une veine d'eau souterraine. Le cuvelage est en maçonnerie. Un autre puits de plan circulaire est situé devant l'élévation nord (diamètre extérieur = 250 ; hauteur = 280). Un bâtiment agricole disjoint se trouve immédiatement devant l'élévation sud, il est couvert par un toit à un pan en tuile plate mécanique.

Commentaires d'usage régional

F3 : ferme à bâtiments accolés et/ou disjoints

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2009

Date de rédaction de la notice

2009

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Laurent Alexeï, Brunet Marceline

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Direction Culture et Patrimoine - Service de l'Inventaire général du patrimoine culturel
Grand Horizon, 11-13 boulevard de Dunkerque, 13002 Marseille - 04 88 10 76 66