Maison

Désignation

Dénomination de l'édifice

Maison

Titre courant

Maison

Localisation

Localisation

Provence-Alpes-Côte d'Azur ; Alpes-de-Haute-Provence (04) ; Chaudon-Norante

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var

Canton

Barrême

Lieu-dit

Champagnel

Références cadastrales

1838 E1 105, 106, 1986 E1 122

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En écart

Partie constituante non étudiée

Bergerie, étable à chevaux

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e moitié 18e siècle (?)

Siècle de campagne secondaire de consctruction

1ère moitié 20e siècle

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Le bâtiment est mentionné sur le cadastre napoléonien de 1838 ; il doit donc remonter au 18e siècle, vraisemblablement dans la seconde moitié. La petite pièce d'habitation séparée du reste du logis par une cloison fine paraît être un aménagement du début du 20e siècle.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, moellon

Matériaux de la couverture

Tuile creuse

Description de l'élévation intérieure

Étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé

Typologie de couverture

Toit à longs pans

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier de distribution extérieur : escalier droit, en maçonnerie

Commentaire descriptif de l'édifice

Il s'agit de l'unique édifice non totalement ruiné du hameau de Champagnel situé sur un plateau étroit culminant à plus de 1 000 m. d'altitude et balayé par les vents. La parcelle 122 est composée des anciennes parcelles 105 et 106, cette dernière étant détruite. Les matériaux employés, de même que la mise en oeuvre (maçonnerie de moellon calcaire lié au mortier, chaînage d'angle et couverture en tuile creuse) ressortissent d'un mode de construction traditionnel sur la commune. La façade principale orientée au sud ouvre sur une bergerie-étable en soubassement, voûtée en berceau segmentaire, avec des râteliers mobiles le long des murs et une banquette maçonnée au fond. Une lunette droite inclinée dans le mur est ouvrait un accès aujourd'hui muré avec une autre pièce en soubassement de l'ancienne parcelle 106. En revanche la communication existe encore avec le soubassement de l'ancienne parcelle mitoyenne 107, par le biais d'un passage dans le même mur. On accède au niveau de logis par un escalier perpendiculaire à la façade. La porte donne sur une pièce éclairée par une fenêtre en façade contenant un poêle et une alcôve. Une seconde porte ouvre sur un autre espace d'habitation de dimensions plus petites. Il a été pris sur la pièce d'origine qui occupait initialement tout l'étage pour ménager un lieu de repos. La cloison séparative est montée au plâtre et rigidifiée par des pièces de bois. Il s'agit d'une maison de taille très modeste, imbriquée dans un petit noyau de quatre habitations qui communiquaient par leurs parties agricoles en soubassement.

Commentaires d'usage régional

A1 : maison avec partie agricole en partie basse

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2008

Date de rédaction de la notice

2009

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Mosseron Maxence

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Direction Culture et Patrimoine - Service de l'Inventaire général du patrimoine culturel Grand Horizon, 11-13 boulevard de Dunkerque, 13002 Marseille - 04 88 10 76 66