Ferme de la Tuilière

Désignation

Dénomination de l'édifice

Ferme

Titre courant

Ferme de la Tuilière

Localisation

Localisation

Provence-Alpes-Côte d'Azur ; Alpes-de-Haute-Provence (04) ; Blieux

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Pays Asses, Verdon, Vaïre, Var

Canton

Barrême

Lieu-dit

Tuilière (la)

Références cadastrales

1811 E1 692 et 700, 1982 E1 904, 905, 916, 917, 918, 919, 920

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En écart

Partie constituante non étudiée

Entrepôt agricole, bergerie, porcherie, étable, fenil

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e moitié 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1864

Commentaires concernant la datation

Date portée

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

La ferme est postérieure au cadastre napoléonien de 1811. Les deux dates portées - 1864 et 1866, la seconde suivie d'un G - semblent crédibles et désignent certainement un membre de la famille Garon, puisque la ferme jouxte deux bâtiments dont l'un, aujourd'hui ruiné et correspondant à la parcelle bâtie 692, appartenait en 1819, d'après l'état de classement des propriétés bâties de la commune de Blieux, à Jean-Baptiste Garon dit Marioute. Ces dates donnent une indication crédible de construction de la ferme. En revanche leur emplacement n'est pas entièrement fiable, du moins pour celle située sur le mur gouttereau est, dans la mesure où les deux encadrements de portes ont été modifiés récemment. La date portée 1866 G a donc pu être déplacée. En outre la porte de la troisième travée a vraisemblablement été percée ultérieurement : dans la mesure où l'accès est assuré par une porte charretière en pignon nord, on comprend mal la nécessité fonctionnelle de cette porte sinon dans le cadre d'un aménagement postérieur du bâtiment pour des raisons de confort. L'édifice a perdu aujourd'hui toute fonction agricole.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, moellon

Matériaux de la couverture

Tuile creuse

Description de l'élévation intérieure

Rez-de-chaussée, 1 étage carré, étage de comble

Typologie de couverture

Toit à longs pans

Commentaire descriptif de l'édifice

L'ensemble est implanté en terrain plat, entouré de prés de fauches et de terres agricoles. Il s'agit d'une ferme à bâtiments accolés et disjoints mais dont le corps principal est constitué d'un seul bâtiment en longueur sur trois niveaux, de type F1 (ferme en maison-bloc à terre : logis et parties agricoles juxtaposés). Quelques modifications de structure (appareillage hétérogène dans la partie haute de la façade est, après la seconde travée, baie fenière murée sur le pignon nord) laissent penser que le bâtiment a pu être rehaussé d'un étage, mais sans certitude. L'ensemble est construit en moellons calcaire avec chaînage d'angle et toit à longs pans recouvert en tuile creuse qui a été refait récemment sans que l'élévation ait été modifiée. L'avant-toit reçoit un décor de génoise à deux rangs sur les murs gouttereaux, à rang simple en pignons. L'impossibilité de pénétrer dans le bâtiment rend malaisée l'appréhension de l'aménagement intérieur, d'autant que les portes en façade principale orientée à l'est ont été modifiées dans leur encadrement. La date 1866 G surmonte l'entrée du logis. La cuisine s'inscrit dans la partie sud du rez-de-chaussée. La partie nord correspond en tout état de cause à la remise, aujourd'hui transformée en salon avec cheminée, à laquelle une porte charretière dans le pignon nord ainsi qu'une porte bâtarde en façade principale donnent accès (voir ci-dessus). C'est au-dessus de cette ouverture en pignon qu'on trouve 1867. L'étage carré est intégralement réservé aux chambres. On observe à cet étage, flanquant la fenêtre de la deuxième travée, une tablette d'envol et une plaque en grès plaquée sur champ qui désignent très vraisemblablement, depuis l'extérieur, la présence à l'intérieur d'un ancien rucher-placard. La pièce fermée par le pignon nord contient une cheminée. La question des cheminées pose problème car les trois souches observables sont de facture moderne ; elles ont pu être restaurées lors de la réfection de la toiture. Par ailleurs, les ouvertures des fenêtres au rez-de-chaussée et à l'étage carré reçoivent un encadrement saillant moderne peint en blanc. Le comble est dévolu au fenil, avec baie fenière en pignon nord et quatre oculi régulièrement disposés dans les murs gouttereaux. Le pignon sud, recouvert d'enduit au ciment, est entièrement aveugle. La ferme possède en outre, attenants, une porcherie, à proximité un entrepôt servant de bergerie (ancienne parcelle 700), réaménagé, et deux autres entrepôts accolés au sud de l'exploitation (anciennes étables surmontées de fenil) transformés en maisons : ces deux derniers ont pu être construits en même temps que le corps principal, qui ne possédait pas d'étable.

Commentaires d'usage régional

F3 : ferme à bâtiments accolés et/ou disjoints

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

2008

Date de rédaction de la notice

2009

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Mosseron Maxence

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Direction Culture et Patrimoine - Service de l'Inventaire général du patrimoine culturel Grand Horizon, 11-13 boulevard de Dunkerque, 13002 Marseille - 04 88 10 76 66