Moulin de La Ferrière

Désignation

Dénomination de l'édifice

Moulin à blé

Appelation d'usage

Moulin de La Ferrière

Destination actuelle de l'édifice

Usine électrique ; maison

Titre courant

Moulin de La Ferrière

Localisation

Localisation

Auvergne-Rhône-Alpes ; Ain (01) ; Sainte-Euphémie

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Rhône-Alpes

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Reyrieux

Lieu-dit

Bady (le)

Références cadastrales

1823 A 654, 675, 676, 1984 A 445, 446, 447

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En écart

Nom du cours d'eau traversant ou bordant l'édifice

Formans (dérivation du)

Partie constituante non étudiée

Remise, logis, étable, écluse

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

18e siècle

Siècle de campagne secondaire de consctruction

1er quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1817

Commentaires concernant la datation

Porte la date

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Le moulin date probablement du 18e siècle. En novembre 1793, Léonard Dupont est cité comme meunier de la Ferrière dans une délibération relative à la surveillance des meuniers et au séquestre de leurs bluteaux. En novembre 1794, un "procès-verbal relatif à la commise du citoyen Vincent, administrateur du district de Trévoux", précise que Léonard Dupont stocke 75 sacs de grains dans son moulin. le 21 novembre 1794, un nouveau procès-verbal lève les séquestres des bluteaux fins chez les meuniers de la commune des Balmes (Sainte-Euphémie). Un procès-verbal de récolement du moulin de la Ferrière du 8 octobre 1857 précise que le propriétaire est M. Dupont. Le logis accolé au moulin porte la date de construction F 1817 D, avec les initiales du propriétaire. Les autres corps de bâtiment sont antérieurs à 1823 puisqu'à cette date ils figurent sur le cadastre. L'activité du moulin a cessé à la fin du 19e siècle et a été remplacée dans les années 1930 par une usine électrique. Aujourd'hui entièrement remanié, il sert de maison d'habitation.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Pisé, crépi

Matériaux de la couverture

Tuile creuse, tuile plate mécanique

Description de l'élévation intérieure

1 étage carré

Typologie de couverture

Toit à longs pans, croupe, appentis

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier de distribution extérieur : escalier droit, en maçonnerie

Source de l'énergie utilisée par l'édifice

Énergie hydraulique, produite sur place, roue hydraulique verticale

Commentaire descriptif de l'édifice

Le moulin de la Ferrière est construit le long de la dérivation du Formans. Il est composé de trois bâtiments. Le corps central, qui abritait le moulin a été entièrement remanié. Les murs sont en pisé sur solin en moellons calcaires. On distingue encore l'emplacement de la roue sur la façade est. Le moulin était alimenté en eau par un bief de dérivation du Formans. En amont, une écluse était fermée en période d'activité. Un système de trop-plein faisait se déverser l'eau dans un petit canal. Plus en amont, une seconde écluse à manivelle sert encore aujourd'hui à faire dériver le ruisseau quand le débit est trop fort. Le moulin est couvert d'un toit à longs pans avec croupes, en tuile mécanique. Au nord est accolé un appentis et au sud, en retrait et plus bas, un logis de deux niveaux, avec, contre la façade, un escalier droit en pierre portant l'inscription F 1817 D. Ce corps est couvert d'un toit à longs pans, en tuile creuse ; sur la façade ouest, l'avant-toit débordant est porté par trois aisseliers. Un second bâtiment, parallèle au précédent, est construit sur deux niveaux, en pisé sur solin en moellons calcaires. Il est entièrement enduit et couvert en tuile creuse par un toit à longs pans avec croupe au nord, prolongé par un avant-toit, et au sud par un appentis. Les baies de la façade est, correspondant au logis à droite, sont rectangulaires avec des linteaux en pierre de taille calcaire, à l'exception d'un linteau en bois au rez-de-chaussée. Contre cette élévation, un escalier extérieur droit, construit en pierre, donne accès à l'étage ; le palier est une dalle monolithe portée par un corbeau en pierre. Sous le même toit, du nord au sud, se trouvent une remise ouverte sur deux niveaux, des dépendances et un petit atelier. Au nord, une étable isolée, couverte d'un toit à longs pans en tuile creuse, s'ouvre par une porte à deux battants surmontée d'une baie rectangulaire avec un encadrement en bois et un linteau cintré ; elle correspond au même mode de construction que le logis précédemment décrit.

Commentaires d'usage régional

Escalier extérieur,avant-toit débordant

État de conservation (normalisé)

Remanié

Protection

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1989

Date de rédaction de la notice

2003

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Duperray-Millaud Bénédicte, Jourdan Geneviève

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Région Auvergne-Rhône-Alpes - Centre de documentation du patrimoine - 59 boulevard Léon Jouhaux - CS 90706 – 63050 Clermont-Ferrand CEDEX 2 - 04.73.31.84.88