Moulin à farine, moulin à huile, filature et moulinerie de soie Fabre, puis Les Moulinages de Lirac

Désignation

Dénomination de l'édifice

Moulin à farine, moulin à huile, moulinerie, filature

Précision sur la dénomination de l'édifice - hors lexique

Filature de soie ; moulinerie de soie

Appelation d'usage

Moulin Fabre ; puis Filature Fabre ; puis les Moulinages de Lirac

Destination actuelle de l'édifice

Maison

Titre courant

Moulin à farine, moulin à huile, filature et moulinerie de soie Fabre, puis Les Moulinages de Lirac

Localisation

Localisation

Languedoc-Roussillon ; Gard (30) ; Lirac

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Gard

Canton

Roquemaure

Lieu-dit

Le Moulin

Références cadastrales

1830 D 115, 127, 128, 1985 D 198 A 200

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

Isolé

Nom du cours d'eau traversant ou bordant l'édifice

Le Nizon (affluent du Rhône)

Partie constituante non étudiée

Atelier de fabrication, entrepôt industriel, logement patronal

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

2e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1827, 1848

Commentaires concernant la datation

Daté par source

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Un moulin à farine avec bassin existant sur le ruisseau de Font Besse et appartenant à Jules Fabre est complété en 1827 par un moulinage de soie et en 1848 par une filature avec transformation en moulin à huile. Arrêt pendant la crise de la pébrine, de 1862 à 1869. A la mort de Jules Fabre fils vers 1895, ses enfants Fanny et Joseph confient la direction à Gat (usine de Tavel) puis à F. Roux. La filature devient alors marginale par rapport au moulinage qui reste seul dès le début du siècle. Arrêt pendant les 2 guerres. Reprise en 1929 par Placide Nègre (époux Fabre) et à la Libération par Noël Paillet, moulinier à Châteauneuf-de-Gadane (Drôme) sous l'enseigne les moulinages de Lirac (rayonne et un peu de soie). Fin vers 1960 et transformation partielle en appartements.
Droit d'eau du moulin étendu à la filature en octobre 1848, puis à usine et irrigation en 1856 et 1858. Bassin long de 100 m alimentant une roue verticale de 6 m. 1852 : autorisation pour 2 chaudières cylindrosphériques de 3, 747 m³, 2 atmosphères et 3, 959 m³, 3 atmosphères et une machine à vapeur de 2, 5 ch.
1852 : 50 bassines. 1870 : filature et moulinage 100 personnes. 1880 : 50 personnes. Autour de 1890, filature, 2 surveillantes, 32 ouvrières, 2 hommes. Moulinage 1 contremaître, 20 femmes, 15 enfants

Description

Matériaux du gros-œuvre

Pierre, enduit

Matériaux de la couverture

Tuile creuse

Description de l'élévation intérieure

1 étage carré

Typologie du couvrement

Charpente en bois apparente

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Toit à longs pans

Source de l'énergie utilisée par l'édifice

Énergie hydraulique, produite sur place, énergie thermique, produite sur place

Commentaire descriptif de l'édifice

Bâtiment industriel en 3 corps avec travées de baies rectangulaires avec arc de décharge en mitre ; la partie nord, en ruines, dont le rez-de-chaussée devient étage de soubassement ; bassin d'une centaine de mètres de long remblaye et transformé en cour . Surface du site en m2 : 5753

Commentaires d'usage régional

Rectangulaire

État de conservation (normalisé)

Établissement industriel désaffecté, menacé

Protection et label

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1989

Date de rédaction de la notice

1992

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Wienin Michel

Cadre de l'étude

Repérage du patrimoine industriel

Typologie du dossier

Dossier individuel

Accès Mémoire

Patrimoine industriel

Adresse du dossier Inventaire

Région Languedoc-Roussillon - Service chargé de l'inventaire
Espace Capdeville - 417 rue Samuel Morse - 34 000 Montpellier - 04.67.22.86.86