Usine de quincaillerie, immeuble

Désignation

Dénomination de l'édifice

Usine de quincaillerie, immeuble

Titre courant

Usine de quincaillerie, immeuble

Localisation

Localisation

Bourgogne-Franche-Comté ; Jura (39) ; Dole ; 61, 63 rue de Crissey

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Franche-Comté

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Jura

Canton

Dole nord-est

Adresse de l'édifice

Crissey (rue de) 61, 63

Références cadastrales

1980 BW 108, 109

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En ville

Partie constituante non étudiée

Logement patronal, bureau d'entreprise, transformateur (abri), atelier de fabrication, entrepôt industriel, magasin industriel, atelier de réparation, buanderie, cour, jardin

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1er quart 20e siècle

Commentaires concernant la datation

Daté par tradition orale

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Créée en 1898 à la Vieille-Loye, la maison Jolimois est par la suite transférée à Dole. Félicien Jolimois et son fils Virgile y construisent une maison (logement patronal) vers 1907 puis l'atelier de ferronnerie et un immeuble locatif (8 logements) vers 1909 (d'autres immeubles seront construits à Dole même). L'affaire emploie à l'origine une dizaine de personnes, dont 8 forgerons occupant 4 forges doubles. La production se compose de pentures, équerres, gonds, loquets, charnières, crochets, etc. Des bâtiments annexes sont édifiés vers 1922. En 1989, l'atelier est tenu par André Jolimois, directeur de la société de fait les Enfants de V. Jolimois. 1989, équipement comprenant notamment un marteau-pilon de l'Atelier de Mécanique d'Enkoeping (Suède) , une cisaille conçue par un ingénieur de la société Schneider au Creusot, une "machine à rouler" allemande de 1824 et un petit laminoir. Une dizaine de personnes vers 1910, 13 salariés en 1977, 12 en 1987, 6 en 1989.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, moellon, enduit, béton, parpaing de béton, enduit

Matériaux de la couverture

Tuile mécanique, ciment-amiante en couverture, tôle ondulée

Description de l'élévation intérieure

Sous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 3 étages carrés

Typologie du couvrement

Charpente en bois apparente, charpente métallique apparente

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Toit à longs pans, pignon couvert, appentis

Source de l'énergie utilisée par l'édifice

Énergie électrique, achetée, moteur électrique

Commentaire descriptif de l'édifice

Logement patronal (à un étage carré et étage de comble) et immeuble (à 3 étages carrés) munis d'un sous-sol et d'un rez-de-chaussée surélevé. Baies en arc segmentaire pour l'atelier de fabrication. Murs en béton et charpente métallique pour l'entrepôt industriel ouest, à couverture en ciment-amiante, et pour l'atelier de réparation, couvert en tôle ondulée.

Commentaires d'usage régional

Baie rectangulaire,arc segmentaire

Protection

Eléments remarquables dans l'édifice

Machine de production

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1989

Date de rédaction de la notice

1991

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Poupard Laurent

Cadre de l'étude

Repérage du patrimoine industriel

Typologie du dossier

Dossier individuel

Accès Mémoire

Patrimoine industriel du Jura ; métallurgie ; transformation du métal ; Patrimoine industriel

usine de quincaillerie, immeuble
usine de quincaillerie, immeuble
© Région Franche-Comté, Inventaire du patrimoine, ADAGP
Voir la notice image