Demeure (logement patronal) dite Château du Cheval blanc ou Château Vermot, puis école, mairie

Désignation

Dénomination de l'édifice

Demeure

Genre du destinataire

D'industriel

Appelation d'usage

Château du Cheval blanc ; Château Vermot

Destination actuelle de l'édifice

École ; mairie

Titre courant

Demeure (logement patronal) dite Château du Cheval blanc ou Château Vermot, puis école, mairie

Localisation

Localisation

Bourgogne-Franche-Comté ; Jura (39) ; Fraisans ; rue de l'Eglise

Précision sur la localisation

Anciennement région de : Franche-Comté

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Jura

Canton

Dampierre

Adresse de l'édifice

Eglise (rue de l')

Références cadastrales

1979 ZC 287, 288, 290 à 294

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En village

Partie constituante non étudiée

Communs, terrasse en terre-plein, jardin

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1er quart 19e siècle, 2e quart 19e siècle

Commentaires concernant la datation

Daté par travaux historiques

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

Demeure faisant partie de l'ensemble métallurgique de Fraisans. Construction entre 1822 et 1825, au lieu-dit le Rocher du Cheval blanc (actuel Sur le Mont) , d'un logement patronal destiné à Théodore Caron, maître des forges de Fraisans avec son frère François. Complété par un bâtiment dit l'Orangerie regroupant serres et dépendances (voir dossier immeuble de l'Orangerie). Acheté par l'abbé Vermot en 1848, l'ensemble est destiné à abriter une maison de retraite pour prêtres. La société des Hauts Fourneaux, Fonderies et Forges de Franche-Comté l'acquiert en 1858 et, après des travaux fin 1866, y installe une école de garçons, le logement de l'instituteur et la mairie. Le 1er mai 1867, le presbytère occupe un bâtiment annexe à l'est. L'ensemble est vendu à la commune le 19 mai 1868. En 1982 sont inscrits à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques les façades et la toiture du logement patronal ainsi que le grand escalier avec sa rampe et sa cage décorée. La demeure abrite actuellement la mairie et des appartements, le presbytère est une habitation privée.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, moellon, enduit partiel

Matériaux de la couverture

Tuile mécanique

Description de l'élévation intérieure

Sous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 2 étages carrés, étage en surcroît

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Toit à longs pans, pignon couvert, croupe

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, suspendu, escalier isolé : escalier droit, en maçonnerie

Commentaire descriptif de l'édifice

Accès à la terrasse par un escalier droit à 3 paliers. Logement patronal : plafond des paliers du grand escalier décoré de peintures à sujet mythologique. Ancien presbytère : étage de soubassement, un étage carré et étage de comble, toit à longs pans et pignon couvert.

Technique du décor des immeubles par nature

Peinture

Indexation iconographique normalisée

Scène mythologique

Description de l'iconographie

Support : cage d'escalier

Protection

Date et niveau de protection de l'édifice

1982/12/16 : inscrit MH partiellement

Intérêt de l'édifice

À signaler

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété publique

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1988

Date de rédaction de la notice

1989

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Poupard Laurent

Cadre de l'étude

Repérage du patrimoine industriel

Typologie du dossier

Dossier individuel

Accès Mémoire

Patrimoine industriel du Jura ; protégé MH ; Patrimoine industriel