Maison dite Villa L'Escopette

Désignation

Dénomination de l'édifice

Maison

Appelation d'usage

Villa L'Escopette

Titre courant

Maison dite Villa L'Escopette

Localisation

Localisation

Nord-Pas-de-Calais 62 Neufchâtel-Hardelot

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Samer

Canton

Samer

Lieu-dit

Hardelot-Plage

Adresse de l'édifice

Mer (boulevard de la) 90

Références cadastrales

1985 AS 112

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

En écart

Partie constituante non étudiée

Jardin

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

1er quart 20e siècle

Commentaires concernant l'attribution de l'édifice

Attribué par travaux historiques

Personnalités liées à l'histoire de l'édifice

Blériot Louis (personnage célèbre)

Description historique

Selon La Vie à la Campagne (1913) , cette villa était la plus vaste de la station d'Hardelot en 1913 ; elle apparaissait sur le plan de lotissement de la station dressé en 1906 par l'architecte Louis-Marie Cordonnier (IA00062392) et avait été construite par cet architecte pour l'aviateur Louis Blériot. Elle affectait un plan en T très ramassé. Elle était entourée d'un mur de clôture à soubassement en grès bleuté, palissade et portails pour piéton et pour automobiles en bois peint en blanc et jaune moutarde. Le rez-de-chaussée était construit en grès bleuté avec volets et porte de garage peints en blanc et encadrements jaune moutarde. L'étage était couvert d'un crépi blanc, les huisseries reprenant les mêmes couleurs que celles du rez-de-chaussée. La toiture était couverte en tuile plate. L'aspect pittoresque de la villa était donné par ses volumes et ses toitures complexes, le jeu de pan de bois, les balcons, les bow windows et la tourelle à toit conique située dans l'angle rentrant à gauche de la façade principale. Le rez-de-chaussée abritait un garage à automobiles et les services. L'accès à l'étage se faisait par un escalier extérieur, longeant le mur situé à droite de la façade principale, donnant accès au hall d'entrée, sur deux niveaux, et à la salle à manger ; ces pièces étaient ornées de pan de bois apparent et de lambris très simples, formés de planches verticales dépourvues de décor. L'étage de comble abritait les chambres. Elle a été détruite, sans doute durant la Seconde Guerre mondiale, comme nombre d'autres villas de la station.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Grès, crépi, pan de bois

Matériaux de la couverture

Tuile plate

Description de l'élévation intérieure

1 étage carré, étage de comble

Partie d'élévation extérieure

Élévation ordonnancée sans travées

Typologie de couverture

Toit à longs pans brisés, pignon, noue, toit conique

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier de distribution extérieur, en maçonnerie, escalier dans-oeuvre, en charpente

Commentaires d'usage régional

Villa balnéaire

État de conservation (normalisé)

Détruit

Protection

Intérêt de l'édifice

À signaler

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1979

Date de rédaction de la notice

2005

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Rougier Michèle, Benoit-Cattin Renaud

Cadre de l'étude

Inventaire topographique, patrimoine de la villégiature

Typologie du dossier

Dossier individuel

Adresse du dossier Inventaire

Conseil régional du Nord - Pas-de-Calais - DAIRE 151 Bd Hoover 59555 Lille Cedex - 03 28 82 67 40

maison dite villa l'Escopette
maison dite villa l'Escopette
© Inventaire général, ADAGP ; © Archives départementales, Pas-de-Calais
Voir la notice image