Tuilerie du Schiste, scierie

Désignation

Dénomination de l'édifice

Tuilerie, scierie

Appelation d'usage

Tuilerie du Schiste

Titre courant

Tuilerie du Schiste, scierie

Localisation

Localisation

Franche-Comté 25 Lods

Aire d'étude pour le domaine Inventaire

Ornans

Lieu-dit

Le Schiste

Références cadastrales

1971 C 226, 228, 229

Milieu d'implantation pour le domaine Inventaire

Isolé

Nom du cours d'eau traversant ou bordant l'édifice

Dérivation de la Loue

Partie constituante non étudiée

Cour, jardin, canal, maison, bûcher

Historique

Siècle de la campagne principale de construction

3e quart 19e siècle

Année(s) de(s) campagne(s) de construction

1860

Commentaires concernant la datation

Daté par source, daté par travaux historiques

Auteur de l'édifice

maître d'oeuvre inconnu

Description historique

En 1860, le sieur Saint-Loup fait construire un pont entre la N 67 et sa propriété où il se propose d'édifier une tuilerie. La cheminée et le canal datent de cette époque. La terre était extraite des gorges de Nouailles, en amont du tunnel dit la Percée. En 1900, la tuilerie est remplacée par une scierie appartenant toujours à la famille Saint-Loup. Puis, elle fut rachetée par Léon Genestier, propriétaire de la scierie du Grand Bief. Deux turbines, encore en état de marche, sont installées en 1938. La scierie ferme ses portes en 1968. Elle est actuellement désaffectée.

Description

Matériaux du gros-œuvre

Calcaire, brique, bois, moellon, enduit

Matériaux de la couverture

Tuile mécanique, tuile en écaille

Description de l'élévation intérieure

Sous-sol, 1 étage carré

Partie d'élévation extérieure

Élévation à travées

Typologie de couverture

Toit à longs pans, demi-croupe, pignon couvert

Emplacement, forme et structure de l’escalier

Escalier dans-oeuvre

Source de l'énergie utilisée par l'édifice

Énergie hydraulique

Commentaire descriptif de l'édifice

Le bâtiment, qui abritait la tuilerie, est un de plan rectangulaire en moellons calcaire . Il est percé de grandes baies en plein cintre sur les deux élévations nord et sud. Le toit, à longs pans et demi-croupes, est couvert de tuiles plates et de tuiles mécaniques. Une grande cheminée en brique est située au nord. L'habitation, perpendiculaire à la tuilerie, est en moellons calcaire enduit. C'est une construction de plan rectangulaire, d'élévations à travées comportant un sous-sol et un étage carré. Le toit, à longs pans et pignons couverts, est recouvert de tuiles plates, de tuiles mécaniques et de tuiles en écaille du côté du jardin. Le bûcher, de plan rectangulaire, est en bois. Le toit à deux versants est couvert de tuiles mécaniques.

État de conservation (normalisé)

Établissement industriel désaffecté

Statut juridique

Statut juridique du propriétaire

Propriété privée

Références documentaires

Date de l'enquête ou du dernier récolement

1980

Date de rédaction de la notice

1981

Noms des rédacteurs de la notice et du dossier

Hamelin Liliane, Lhomme Annick

Cadre de l'étude

Inventaire topographique

Typologie du dossier

Dossier individuel