Four 1. L'ensemble du four 1 a une longueur totale de 7,20 m. Le laboratoire et les alandiers sont construits en tuiles. Le laboratoire était surmonté d'un dôme constitué de tuiles probablement noyées dans de l'argile. Les deux chaufferies, dont la partie supérieure des murets s'est effondrée, devaient également être abritées par une toiture en tuiles. On note des lambeaux de craie et quelques silex le long du côté ouest du laboratoire. Il s'agit probablement de la zone d'accès au four, à partir de laquelle s'effectuait le chargement. L'étude archéomagnétique permet de le dater des années 305 + 15 ap. J.C.

1. Sujet de la photographie

Localisation

Localisation

France ; Picardie ; Somme ; Beuvraignes

Code INSEE de la commune

80101

Adresse et/ou lieu-dit

Près des Noyers

Identification

Édifice

Atelier de terre cuite

Légende

Four 1. L'ensemble du four 1 a une longueur totale de 7,20 m. Le laboratoire et les alandiers sont construits en tuiles. Le laboratoire était surmonté d'un dôme constitué de tuiles probablement noyées dans de l'argile. Les deux chaufferies, dont la partie supérieure des murets s'est effondrée, devaient également être abritées par une toiture en tuiles. On note des lambeaux de craie et quelques silex le long du côté ouest du laboratoire. Il s'agit probablement de la zone d'accès au four, à partir de laquelle s'effectuait le chargement. L'étude archéomagnétique permet de le dater des années 305 + 15 ap. J.C.

2. Auteur

Photographe ou dessinateur

Benredjeb, Tahar

3. Description de la photographie

Éléments d’identification

Catégorie de phototype

Phototype argentique

Numéro du phototype

ARR22_89801487ZA

Droits diffusion

Reproduction soumise à autorisation du titulaire des droits d'exploitation

Description technique du phototype

Format du négatif

Z

Datation et événements liés à l’image

Date de prise de vue

1989

Four 1. L'ensemble du four 1 a une longueur totale de 7,20 m. Le laboratoire et les alandiers sont construits en tuiles. Le laboratoire était surmonté d'un dôme constitué de tuiles probablement noyées dans de l'argile. Les deux chaufferies, dont la partie supérieure des murets s'est effondrée, devaient également être abritées par une toiture en tuiles. On note des lambeaux de craie et quelques silex le long du côté ouest du laboratoire. Il s'agit probablement de la zone d'accès au four, à partir de laquelle s'effectuait le chargement. L'étude archéomagnétique permet de le dater des années 305 + 15 ap. J.C.