Moïse sauvé des eaux

Identification du bien culturel

N°Inventaire, ancien(s) numéros(s), autres numéros, N° de dépôt

1877.001.0006

Domaine (catégorie du bien)

peinture

Dénomination du bien

Tableau

Titre

Moïse sauvé des eaux

Auteur / exécutant / collecteur

anonyme

Ecole

France

Période de création / exécution

1ère moitié 17e siècle

Matériaux et techniques

Peinture à l'huile (toile)

Mesures

H. 85,7 ; l. 95,5 ; H. avec cadre : 110 cm ; l. avec carde : 120 cm

Inscriptions

Numéro

Précisions sur les inscriptions

Sur le cadre, au verso, au crayon de couleur bleu : 'n° 6' ' musée de morez' ; sur le châssis, au verso, au crayon de couleur bleu :'n° 6' ' musée de morez

Sujet représenté

Scène biblique (Egypte, Moïse, femme, enfant, cours d'eau)

Précisions sur le sujet représenté

Thermusis (fille du pharaon)

Source de la représentation

Ancien Testament

Informations juridiques

Statut juridique

Propriété de la commune, don, Morez, musée de la Lunette

Date d’acquisition

1877/03/15

Ancienne appartenance

JOURDAIN François Honoré (collection)

Localisation

Morez ; musée de la Lunette

Informations complémentaires

Commentaires

L'origine de la scène représentée, celle de la découverte dans une corbeille deroseaux flottant sur le Nil, du petit Moïse, par la fille de Pharaon et ses servantes, est à rechercher dans le Livre de l'Exode (II, 5-7). Aux côtés de la princesse égyptienne apparaît la sœur aînée de l'enfant, Miriam, qui vient anonymement proposer les services d'une nourrice, ceux de la mère du futur libérateur du peuple Hébreu. Donné à l'école italienne, dès 1877, dans la première liste des tableaux de la collection, l'œuvre développe un style pictural, enlevé, avec des figures étirées et nerveuses se détachant sur un fond de paysage doté de monuments qui semblent empruntés à la Rome antique. La peinture appartient àune culture figurative redevable à l'art baroque italien, ne serait-ce que parl'ampleur des rythmes, l'effet théâtral et les jeux de clair-obscur. Pourtant,sa facture nous paraît davantage revenir à un artiste français qui aurait peut-être eu connaissance du travail de Sébastien Bourdon [1616-1671] et de son entourage. L'attribution reste problématique, on oscille entre la France et l'Italie, il n'est d'ailleurs pas exclu que l'œuvre dérive d'un modèle gravé

Exposition

8 novembre 2003-29 février 2004 : 'Un collectionneur et son époque : François-Honoré Jourdain', musée de la Lunette, Morez.